Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

A l’Ostau dau País Marselhés des cours garantis sans ennui


Les lundi et mardi soir, deux cours d’occitan marseillais misent sur la conversation pour faire passer la langue sans efforts ni lourdeurs. Priorité à la discussion conviviale, ponctuée de précisions sur la langue du pays.



Dans les nouveaux locaux du l'OPM les cours sont des conversations pour avancer en douceur dans l'apprentissage de l'occitan. Ici le cours du mardi avec Sébastien Abbal (photo MN)
Dans les nouveaux locaux du l'OPM les cours sont des conversations pour avancer en douceur dans l'apprentissage de l'occitan. Ici le cours du mardi avec Sébastien Abbal (photo MN)
Par quel cheminement lexical l’alabrena (salamandre) a-t-elle fini par désigner un garde-chasse ? Mystère, mais en revanche on sait mieux que le Pas des Lanciers n’a jamais vu le moindre lancier. « Probablement le propriétaire s’appelait ainsi, ou bien il faut y voir que ce défilé, entre Miramas et Avignon, coupe gorge pour voyageurs, était celui de l’ansiá (de l’angoisse !) » souligne, malicieux, Sébastien Abbal.
 
Et tous les mardis c’est ainsi ; on apprend une foule de choses passionnantes au détour d’une phrase, d’un bout de discussion, tenu par les élèves de cet atelier hebdomadaire de conversation en  occitan.
 
A l’Ostau dau País Marselhès, apprendre le provençal se fait de façon plaisante. On n’y dit pas pour autant de banalités. Un tel parle de telle entreprise locale qui fait faillite (un lieu commun en ces temps de crise !), on saura que l’expression adéquate est « faire quinquinèla ».
 
La veille, Mireille Combe laisse, elle, durer son cours de premier niveau au-delà de l’heure et demie initiale. « On apprend la langue tout en discutant, priorité au dialogue, c’est plus convivial et plus formateur aussi ».
 
Et puis, une fois quelques phrases tentées avec des fautes, on en parle et, tout naturellement, les bonnes manières de parler s’inscrivent dans la mémoire de la douzaine d’apprenants. « Ça ne doit jamais être rébarbatif » insiste l’institutrice retraitée, un temps formatrice de maîtres en langue régionale.

Le lundi soir c'est avec Mireille Combe: "on discute et je donne des repères, puis ceux qui restent tard font aussi la conversation" (photo MN)
Le lundi soir c'est avec Mireille Combe: "on discute et je donne des repères, puis ceux qui restent tard font aussi la conversation" (photo MN)
Et puis, passé huit heures du soir, le lundi, ceux qui se débrouillent mieux, pratiquent la conversation à bâtons-rompus. « Il y a tout le monde à ce cours » souligne Mireille Combe : « des ados, des plus âgés, une famille entière… »
 
Comme Mireille, Sébastien privilégie le vécu. « Souvent c’est l’actualité qui commande de quoi on va parler en occitan, et je m’adapte à la conversation de mes élèves en la ponctuant du vocabulaire qui va permettre d’en dire plus ».
 
Et, Mireille Combe de préciser, à notre grand contentement, que ce sont régulièrement les articles d’Aquò d’Aquí qui servent de base aux conversations, durant ses cours.
 
Il en coûtera aux « élèves » deux €uros pour toute l’année. C’est le prix de l’adhésion à l’OPM. Les cours eux, sont gratuits, car les maîtres sont bénévoles. Personne n’a encore demandé de remboursement pour insatisfaction !

Où quand comment?

A l’Ostau dau País Marselhès (18 rue de l'Olivier, 13005 Marseille) le lundi à 18h30-20h avec Mireille Combe pour débutants et confirmés; le mardi mêmes heures avec Sébastien Abbal, axé sur la conversation. Cours gratuits, adhésion à l'OPM requise (2€)

Mardi 4 Novembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Jornalet cerca lo mejan de contuniar

Le journal occitan en ligne vend désormais des livres et reçoit des dons sur son site web

BARCELONA. Dans l’écosystème médiatique occitan, il y a bien peu de journaux d’actualité sociétale. Les maintenir relève du tour de force, et Jornalet, à Barcelona, propose à ses visiteurs d’acheter dans sa boutique en ligne pour tenir le coup. Laissons la parole au créateur et cheville ouvrière du Jornalet, Ferriol Macip Bonet.

Ferriol Macip Bonet, fondateur du Jornalet, qui fait un appel à dons et met en place la vente en ligne de livres en occitan (photo MN)

Jornalet se finança mai que mai amb la collaboracion de sos legeires. Nasquèt en març de 2012 gràcias a la generositat de dos mecènas que cresián al projècte, e tanben gràcias la publicitat institucionala de tres collectivitats importantas. Quant Jornalet nasquèt aviam previst qu’auriam pro de ressorsas publicitàrias, gràcias a la difusion del quotidian numeric. Mas, d’un latz, Google Ads acceptèt pas de publicar d’anóncias car son traductor automatic compren pas l’occitan.

 

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.