Aquò d'Aqui


            partager partager

150 chants occitans d’entre Aude et Hérault




150 chants occitans d’entre Aude et Hérault
L’an passé l’association tarnaise La Talvera  exhumait les chansons populaire de Soulages, tout à la fois collecteur de mémoires vives et maire d’Albi ; un parcours comparable à celui de Damase Arbaud en Provence.
 
Voici que l’association publie en format court et carré un recueil de chants occitans, Se canta que cante, proposant 150 des chants les moins anecdotiques d’un corpus immensément plus riche.
 
C’est que les très nombreux chants propres à un village donné ont été écartés de cette publication, déjà fournie. Mais La Talvera promet une édition sonore pour bientôt, qui réunira ces derniers.
 
Pastourelles, chants grivois, religieux, identitaires ou d’amour…Se canta que cante ordonne ces chansons avec leur partition en 15 domaines.
 
Et les partitions, saisies avec le logiciel de transcription musicale Sibelius, permettra de diffuser aux gens intéressés une copie informatique.
 
Gageons, avec ce travail, que le répertoire des groupes trads occitans et l’éventail des musiques de balèti vont s’élargir sous peu !
 
La totalité de ces chants ont été collectés dans l’Aude, l’Aveyron, le Tarn-et-Garonne et l’Hérault. Mais on le sait bien, ils ont voyagé, et passé le Rhône depuis longtemps.
 
Les Provençaux pourront s’amuser à comparer ceux que proposent La  Talvera avec ceux dont ils disposent déjà, collectés entre Rhône et Tinée.
 
248p. 12€ (+4€ port quelle que soit la quantité), réduction aux adhérents de la Talvera. Commandes à Cordae/La Talvera – 23 Grand Rue de l’Horloge – 81170 Cordes.

Mercredi 26 Août 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.