Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

Vai te’n …plantar a la vinha


Ni Mélenchon ni Torreton n’avaient lu Giono ; mais alors qu’est-ce qu’ils en ont parlé avec certitude, à France 2 ! Ne reste plus qu’à ériger en vérité, absolue car médiatique, la diffamation de l’auteur. Sa mémoire doit être vaccinée à force…



D’aquela campanha electorala presidenciala, belèu que vos en parlarèm  pas mai que ce que fau… Avètz d’autre part de que escarcalhar uelhs e aurelhas, tant sembla que lei mèdias vòugon a tot pretz un segond torn amé sei candidats, que jornaus e cadenas siégon publics o que siégon detenguts per un papivòr, televòr, e obligat d’un dei candidats.
 
Es adonc amé eisitacien que vos parlarai de JL Mélenchon. Bòrd que fa pas partida d’aquélei candidats ja elegits per lei cadenas de TV.
Vai te’n …plantar a la vinha

C'est après guerre que Giono a écrit L'homme qui plantait des arbres

Pasmens , l’autre dijòus, nos a assegurats d’una mena tant autoritària de sa coneissença de l’òbra de Jean Giono, un dei chantres màger de l’esperit provençau, que sa fauta pòu pas demorar dins leis esperits coma una veritat.
 
Pujadas e Salamé avián convidat l’actor Philippe Torreton a "L'émission politique" per charrar ‘mé lo candidat « desgatgista ». L’actor, un temps elegit parisenc EELV, lo coneissèm perqu’èra lo Jean Jaurès dau TV film Qui a tué Jaurès, de Philippe Tourancheau : un Jaurès que capita la proesa de parlar dins lo biais de la Comèdia Francesa en plaça d’aqueu d’Albi.
 
Ce que sabiam pas, es que l’òme se ditz afogat de l’òbra de Giono. Vengut coma ecologista qu’a rejonch Benoît Hamon, es arribat sus lo platèu amé lo famós libre : « L’homme qui plantait des arbres ». Per n’en regalar lo candidat de senèstra. E de li legir lei premièrei frasas, aquélei que díson coma reconéisser d’un biais segur un òme de valor.
 
Mélenchon, l’avèm ansin après, es tambèn un admirator de l’òbra de Giono, mai pas tant de l’òme. Sabèm ja que lo pacifista siguèt considerat fòrça temps coma una valor de l’Estat Francés, valent a dire dau Petainisme. Esperam totjorn de fachs en luèc dau « se ditz que… » a son prepaus. L’apeu ai valors de tradicien rurala de Les vraies richesses (1943) li bàston pas.
 
E Mélenchon d’afirmar que Giono aviá escrich l’òbra dau temps de la guèrra : « e quand li a lo nazisme, plantam pas d’aubres, prenèm una arma e anèm se batre », qu’a dich.
 
L’empacha aquí, es que lo libre de Giono siguèt publicat en 1953, e qu’Elzéard Bouffier, l’òme que plantava d’aubres, mòrt a l’òspici de Banon en 1947, aviá ja 87 ans en 1945… Per lo maquís, vos disi pas !
 
L’error es umana. Avèm ja agut drech, en 2007 a un Sarkozy e una Royal completament incapables de dire quand de percentatge d’energia deviam au nucleari... Èra segur ben mai greu. Jean-Luc Mélenchon a pas d’èstre un especialista de Giono. Mai a pas tampauc de dire una còntra-veritat dau biais segur d’aqueu que saup.
 
Lo pièger aquí, aquò dich, es pas dau candidat, necessariament un actor (mai que d’un còup un bòn), mai ben qu’un actor, un verai, siegue arribat sus lo platèu per balhar au candidat un libre qu’aviá pas legit fins qu’a la fin.
 
L’òme que plantava d’aubres es un librilhon, li fau de dessenhs per n’en donar pron per lo vendre. En 50 paginas escrichas gròs l’auriá lèu acabat. Bòrd que l’informacien sus la mòrt de Bouffier la legissèm dins l’ultima pagina. Quant a l’annada de publicacien, Wikipédia, pas mai, vos dirà ce que n’en es. La comanda veniá dau populari e american Reader’s digest, e non deis autoritats literàrias de Vichy.
 
Alòr dirèm de tot aquò que siguèt una mena de pèça mau jogada per un faus actor, e pièger per un autre que n’en èra un verai…Enfin, dau còup,  n’en siáu plus tant segur.
 
E, se jamai, monsur Mélenchon, deguessiatz devenir president en mai venent, per gràcia, faguètz pas de Philippe Torreton vòstre ministre de la Cultura.
Jeudi 23 février (photo XDR)
Jeudi 23 février (photo XDR)

Avec les suggestions lexicales de Reinat Toscano

Dimanche 26 Février 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Lo raiòu le 27/02/2017 10:17
S'èron mai onèstes los politicians, lurs fariá pas besonh se justificar.
Son sovent a sortir un argument per de dire de se diferenciar nete de lur adversari, sustot quand aquel es a l'extrèma.
Estruchs qu'estruchs, pòdon pas tot saupre de per còr. E malerosament, de còps que i a, fan parlar los mòrts.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.