Aquò d'Aqui


            partager partager

Tramontana en quête de mémoire occitane à Guillaumes

Le linguiste Giovanni Agresti terminait un périple à travers les langues d'Italie.


GUILLAUMES. Le projet de collecte de mémoire montagnarde fait appel aux langues régionales. Monté en Italie, il reçoit le soutien du président des communes rurales des Alpes-Maritimes.



Giovanni Agresti (photo XDR)
Giovanni Agresti (photo XDR)
Valoriser la mémoire des zones de montagnes en mettant au centre les langues employées par les montagnards, tel est le projet Tramontana, le seul que l’Union Européenne ait retenu au titre du programme Cultura en 2012.
 
Son inspirateur principal, l’universitaire italien Giovanni Agresti ( linguiste, Université de Teramo) conduit actuellement une Caravane de la mémoire et de la diversité linguistique à travers l’Italie, avec une unique étape française.
 
Il était ainsi à Guillaumes (06) le 11 septembre, une des communes du Parc National du Mercantour, pour une rencontre entre chercheurs et militants de la promotion de l’occitan. Auparavant, la « caravane » avait fait étape en Calabre, dans les Abruzzes et dans le Piémont italien.
 
Giovanni Agresti s’est exprimé en occitan dans cette réunion où étaient invités édiles et habitants. Le maire, et président de l’association des maires ruraux des Alpes-Maritimes Jean-Paul David, s’est dit prêt à soutenir l’initiative, selon le quotidien Nice Matin.
 
A cette occasion des témoignages en occitan alpin ont été enregistrés, qui iront rejoindre le fonds important de Tramontana. Un fonds qui devrait être disponible sur internet.

Lundi 14 Septembre 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.