Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.







Les articles les plus commentés







            partager partager

Solidaritat òubriera


Au XXIè siècle la concurrence entre entreprises est devenue la concurrence entre leurs salariés, comme l'a montré l'échauffourée entre ouvriers des abattoirs bretons de Limpol et Josselin. Qu'il semble lointain le temps où l'espoir s'exprimait dans le "prolétaires de tous les pays, unissez vous!"



Solidaritat òubriera
V'avieu encara jamai vist. D'òubriers d'una mema societat que si castanhon e que lei CRS assajon de separar. Totei emplegats de GAD, societat d'adobadors de pòrcs de Bretanha .

Leis uns èron vestits de blanc e an gardat son travalh, leis autrei l'an perdut. Lei promiers vodrien faire entrar lei camions cargats de pòrcs dins l'usina de Josselin (Morbihan), leis autrei son venguts de l'usina barrada de Lampol per v'empachar... tot aquò davant lei cameras de televisien.
 
Lei 889 chaumaires an pas fach lo viagi per rèn ; lo lendeman la prima de partença a doblat. Mai lo problema es pas reglat, lo còmpte li es pas pèr lei chaumaires.
 
Qu si sarié pensat qu'emé un president, un governament, una chambra dei deputats, un senat socialistas, lei pastissons entre òubriers venguèsson l'ultima possibilitat de negociacien pèr lei mesquins qu'an perdut son travalh? Tuar lo pòrc èra una tradicien dei païsans, mai nen siam venguts a tuar la classa òubriera.
 
Mi fa pensar a mon paire qu'anava vèire passar lei trins de sordats en gara de Rocabruna lei dijòus dau tèmps de la guèrra de 14. Mai d'un còp mi diguèt qu'avié vist un jorn pintat en grand e en parlar varés sus un vagon "Nous mandoun a l'abatouar coumo lei pouar". Aquò l'avié marcat. Leis òubriers GAD de Lampol elei anaran pus a l'abatouar. 
 

Jeudi 31 Octobre 2013
Andrieu Abbe




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.