Aquò d'Aqui


            partager partager

Sèrgi Bec par Renat Sette


VENTABREN. L’artiste adapte au chant la poésie « universelle » de Sèrgi Bec, célébré le 5 novembre à Ventabren.



Serge Bec en 2007 (photo MN)
Serge Bec en 2007 (photo MN)
La poésie de Serge Bec, que célèbre le 5 novembre l’Association Culturelle Provençale, à Ventabren, n’est pas toujours d’un optimisme lumineux.
 
« L’a que lou vènt dóu nord / que s’avalanco dintre / li cerieisié mort / de toun enganço / i’a que lo vènt dóu nord / que davalo / sus la radiero / raro / de ta vido » lit-on dans « Suito pèr uno eternita » (2002, ed. En Forêt).
 
Sa puissance évocatrice du plus concret de la vie et du plus éthéré de la pensée, tout à la fois, en fait « une œuvre cosmique et universelle, qui semble hélas faire peur aux Provençaux » regrette Renat Sette.
 
Le chanteur a pris plaisir à mettre en musique l’œuvre du poète aptésien. « Nous pouvons en tirer de la bossa nova comme de la tarentelle, tant elle est marquée par la souplesse formelle de la diversité. »
 
Renat Sette l’illustrera le samedi 5 novembre, salle Sainte-Victoire, sur le plateau qui surplombe Ventabren, près d’Aix. Il sera accompagné par un ensemble de musiciens, également marqué par la diversité d’approches : Aurélie Lombard, Diego Lubrano, et Christiane Ildevert, venus du jazz ou de la variété.
 
Mais, pour l’heure, le chanteur se remet d’une semaine passée sur la route, sur la scène, et en discussion avec d’autres auteurs, qu’il va adapter. Entre les quatre rivières de Barjols, il respire et ne nous parle que de Serge Bec.
 
« Je ne le connaissais que comme ça…Et puis voici quelques années, j’ai été invité en Arles, pour un hommage. Là, moi que ne savais pas écrire de la musique, je m’y suis mis…Et aujourd’hui je lui dois cette impulsion ».
 
Serge Bec a été longtemps le premier directeur de communication du  jeune Parc Naturel Régional du Luberon, qu’il a vu naître en 1979. Et pour celui-ci, qui devait faire des émules, il a publié des guides. Mal lui en prit ! Trop longtemps on lui a collé l’étiquette de publiciste alors qu’il développait une œuvre admirable, profonde, « à côté de laquelle trop de Provençaux sont passés, alors que le poète était traduit, en particulier en allemand, et qu’il publiait 23 opus qu’on a très envie, une fois lus, de conserver dans sa bibliothèque ».
 
Et d’ailleurs on y trouve tout autant un hymne à la vie et à ses pulsions qu’une réflexion sur le devenir de l’homme.
 
« Espandis soun sèisse / dubert à brand / d’uno envejo d’ome / tant de tèms amoulado / i plang / di negadis »
 
En pratique 
 
 

Mercredi 26 Octobre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.