Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

“Sant” Loís ?


AIGUES-MORTES. L'image d'Epinal d'un bon Roi, proche des pauvres et justicier, ne résiste pas à cette réalité ; Louis IX, ferme partisan de la croisade contre les Albigeois, a contribué à détruire une civilisation avancée. En couvrant de multiples massacres, il aurait mérité, de nos jours, d'être présenté devant la Cour pénale internationale, pour crimes contre l'humanité.



Sara Laurens es professora d'occitan e escrivana (photo MN)
Sara Laurens es professora d'occitan e escrivana (photo MN)
Lo 25 d'agost, se festèja la “Sant Loís” un pauc d'en pertot, a Sèta, ais Aigas-Mòrtas... De son nom politic, Loís IX, “lo Prudòme”, filh de Loís VIII, lo “Lion” e de Blanca de Castilha es citat coma un rei de legenda que rend la justicia sota son rore (sembla qu'aquò siegue una invencion) e que lava leis pès bruts dei paures. Per lo francès d'Oïl es supausat estre un rei sanctificat e exemplari. Per un francès d'Òc, es au mens un tiran.

Le roi croisé ne devrait pas être célébré là où ses crimes ont été perpétrés

I a jà un paradòxe familhiau dei mai parlaficants : sa maire, Blanca, es la felena d'Alienor d'Aquitanha, reina de França puei d'Anglatèrra, autra figura occitana de poder e de cultura. Alienor, ela-mema, es la reire-felena de Guilhem IX d'Aquitanha, oficialament lo tot premier trobador e mai que mai grand femnassièr davant l'Eternau. Ambé una tala ascendéncia, es tristament ironic que Blanca e son filh Loís, siegon en granda partida responsables dei problèmas actuaus de la lenga occitana. Es Blanca, premier, que sostenguèt la crosada còntra leis Albigès e puei Loís que faguèt capitular lo comte Raimon VII de Tolosa. Anarèm pas parlar dei detalhs dau conflicte que se pòdon aisadament trobar. Basta de saupre que Joana, filha de Raimond, e darrièra de sa linhada, foguèt maridada a Anfós, comte de Peitieus e fraire dau rei. Loís, eu, esposèt Margarida de Provença, filha de Raimond-Berengier IV, comte de Provença, rivau dau comte de Tolosa, qu'aqueu maridatge arrenjava ben.
 
Mai basta ambé lei fachs istorics e parlam d'actualitat. Me sembla d'un marrit gost que dins d'endrechs de lenga d'Òc coma Aigas-Mòrtas, se celèbra de lònga un gus que nos faguèt tant de mau, amai aguèsse sei rasons. En mai d'aquò DOS MES après la Santa Estèla felibrenca que s'i faguèt. I a quand mema una ignorància dei grèvas senon una manca de respiech. Quauqueis ans fa, l'estatua granda de Sant Loís que se tròba sus la plaça principala de la vila, èra pintrada de roge o se pendolava au còu una pancarta marcada “ASSASSIN”. Aquò, l'ai agut vist. Un òme politic de l'encontrada declarèt mema que lei gènts avián “una memòri d'elefant”. Sabi pas s'arribèt aquest an. Me rampèli aquest afaire a Lavaur onte d'agents immobiliers gaire escarabilhats avián vougut nomar “Simon de Montfort” o quauquaren coma aquò un lotjament tot nau. Lei gents de l'encontrada se'n estofèron. Urosament que foguèt abandonat.
 
“Sant Loís” bastiguèt lei barris d'Aigas-Mòrtas, benlèu, mai n'en demòra pas mens que nos colonisèt, Tolosa e Provènça compresas. Li fasèm tròp d'onor a mon gost e seis accions son tròp oblidadas.

Sara Laurens et professeure d'occitan à Marseille et membre du Pen Club d'Occitania
 
Tel que l'ont présenté ses thuriféraires dès le Moyen Âge, longtemps suivis par l'Ecole républicaine...et certains maires encore aujourd'hui. La réalité a été bien moins idyllique en Languedoc et Provence (XDR)
Tel que l'ont présenté ses thuriféraires dès le Moyen Âge, longtemps suivis par l'Ecole républicaine...et certains maires encore aujourd'hui. La réalité a été bien moins idyllique en Languedoc et Provence (XDR)


Mardi 2 Septembre 2014
Sara Laurens





1.Posté par Olivier le 04/09/2014 00:00
Lo comte de Tolosa era lo domenjat del re de França et lo traïguet. Era una mentalitat feusalat.

2.Posté par Patrick Hutchinson le 05/09/2014 11:26
A la perfin, qualqu'un parla! Osca a la dona!

3.Posté par Denis DROUET le 07/01/2015 18:31
Marti l'a dich dins sa canson Mas perqué m'an pas dich a l'escola... "Un sant ome aqueu Sant Lois" (ironicament segur).

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.