Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Poitavin : du sel qu’on répand sur les plaies


L’Esprit de sel, c’est l’ancien nom de l’acide chlorhydrique. Et dans la littérature de Matthieu Poitavin, on le répand sur les plaies de l’âme, les personnalités apeurées, les vies dévastées. L’auteur serine le trouble des êtres humains dans ce recueil, et projette déjà un nouveau livre, bien différent.



Avec Esperit de sau, Matthieu Poitavin explore la dualité des êtres (photo Stéphane Barbier DR)
Avec Esperit de sau, Matthieu Poitavin explore la dualité des êtres (photo Stéphane Barbier DR)
Avec Esperit de sau, son dernier recueil de nouvelles, Matthieu Poitavin introduit à nouveau le fantastique dans la réalité. Son Matagòt modèrn, voici quatre ans, était tout de même destiné à un public adolescent, celui des cours de ce professeur d’occitan-langue d’oc, entre autres.
 
Mais avec Esperit de sau, « c’est un fantastique bien plus profond et inquiétant » que les trois nouvelles de ce recueil proposent, note Daniela Julian, qui préface l’ouvrage publié chez L’Aucèu Libre. Le fantastique convoqué c’est celui « que chaque être humain porte en lui. C’est la dualité des êtres dévoilée peu à peu, qui fait de ces récits des histoires inquiétantes ».
 
Le chapeau de feutre de Paul, qu’on vient d’enterrer, devrait être dans son cercueil. Alors que fait-il sur la table de sa veuve ? Pourquoi le mort s’impose t’il ainsi ? Et l’enfant d’Una Mariòta, à quel jeu l’invite le Pinocchio de sucre que lui offre son père ? Enfin, Le saunier a-t-il  vraiment trouvé le bonheur ? Que signifie alors l’attirance-répulsion qu’il ressent pour l’autre, l’étranger ? 

Fantastique ?

Poitavin : du sel qu’on répand sur les plaies
« Fantastique ? Il s’agit plutôt de mon propre rapport à la réalité », préfère dire le jeune auteur. « Le réalisme en littérature me réclame un effort …fantastique ».
 
Lui préfère parler de la violence, de la mort et du racisme « auquel j’assiste chaque jour », et qui sont ses thèmes choisis.
 
Le réalisme c’est d’ailleurs ce vers quoi le portent ses choix de lecteur.

Mais un réalisme passé par la plume de ses aînées en littérature : Marguerite Duras et Françoise Sagan.
 
A noter que les projets de Matthieu Poitavin ne s'arrêtent pas avec cet ouvrage.

Le 11 mars dernier, au Cirdoc de Béziers, il a verni une exposition avec les photographes Stéphane Barbier et Georges Souche, sur « Lei piadas de l’absenta ».
 
Il est question que leur projet commun débouche sur, comme on dit, « un beau livre ».

Matthieu Poitavin, Esperit de sau – nòvas, ed. L’Aucèu Libre (éd. Bilingue : français occitan), préf. Daniela Julian. 168 p. ill. 14€. Commande Association L’Aucèu Libre – 800 ch. De la Gare – 30250 Salinelles (tel. 06 23 53 25 32).

Vendredi 18 Mars 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.