Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Pantòri le roman des multiples destins


Pantòri est une île que fait naître Rémy Jumeau, Et aussi une oeuvre d'inspiration stendhalienne, en occitan de Marseille, dans laquelle la multiplicité des destins rappelle le foisonnement de la vie.



Rémy Jumeau (photo MN)
Rémy Jumeau (photo MN)
Pantòri n’est pas un roman historique. Même s’il transporte son lecteur à la naissance du second empire. Pantòri n’est pas un roman par lettres, comme il en a tant fleuri aux temps classiques.

Même si les lettres de son héroïne en scandent le cours. Pantòri n’est pas une œuvre de fiction. Même s’il fait coexister la géographie la plus concrète avec ce lieu de pantai qu’évoque irrésistiblement son nom.

Phántagma, disaient les Phocéens dans leur grec asiatique, ce qui nous a permis de distinguer fantasmes et fantômes, et a laissé à notre mot occitan une trace d’inquiétude dans sa double connotation.

Car Pantòri, cette île que l’auteur a fait surgir à l’entrée de la rade de Marseille, renferme un double et douloureux mystère. Comme toutes les œuvres qui ouvrent une voie, Pantòri est inclassable. 

On chercherait en vain dans Pantòri un récit linéaire. Comme dans la tradition du roman baroque, les intrigues s’enchevêtrent, le personnage dont les aventures ou les désarrois avaient commencé à nous attirer ou nous émouvoir se quitte, se retrouve, se délaisse à nouveau.

Les événements de la grande histoire traversent la trame, mais vécus dans un éparpillement tout stendhalien, à la limite de la légèreté, jusqu’à ce que l’un d’eux précipite, dans tous les sens du terme, le drame.

Ce parti pris fait du lecteur le spectateur un peu désorienté du foisonnement de la vie, avant que ne se resserrent les fils et que l’anxiété ne prenne le dessus sur la paresseuse contemplation d’un kaléidoscope un peu énigmatique.

Nous ne serons pas laissés dans un total désarroi : une part du voile se lèvera, le reste sera abandonné à nos rêves.
 
Les amants du langage marseillais auront plaisir à le voir mis à l’honneur avec une fidélité à la fois à ses modèles populaires et à ses modèles historiques.

Il en résulte une langue qui elle aussi relève de la création ; et quand la paresse prive le lecteur des secours de la lexicologie, elle contribue à faire surgir dans la signification des mots une pluralité virtuelle qui fait écho aux zones d’ombre du texte.

Avec Pantòri, Rémy Jumeau, artiste et poète autant que romancier, a offert à notre littérature une création qui ne passera certainement pas inaperçue.

Publié par IDECO
Pantòri le roman des multiples destins


Mardi 17 Septembre 2013
Alain Barthélemy-Vigouroux




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dans l'Aquò d'Aquí de l'été...

Dison que...

Uno marcho di fierta countrariado

AVIGNON. Les Gay Pride sont faites pour que la diversité s’affiche, s’affirme, gaiement et en couleurs. Quittant le chantier de l’Oustau Prouvençau e Occitan de Sault, bientôt inauguré, Raphaël a participé à celle d’Avignon. Hélas ! Tout y a été contraint par des autorités locales qui semblaient vouloir, sans vouloir.

Rafaèl Cuny
Lou darrié dissate, tres de setèmbre, m'anère espaceja dóu coustat de la ciéuta papalo, qu'aviéu ausi que se ié debanavo la proumiero Gay Pride avignounenco, caminado di fierta.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.