Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Pantòri le roman des multiples destins


Pantòri est une île que fait naître Rémy Jumeau, Et aussi une oeuvre d'inspiration stendhalienne, en occitan de Marseille, dans laquelle la multiplicité des destins rappelle le foisonnement de la vie.



Rémy Jumeau (photo MN)
Rémy Jumeau (photo MN)
Pantòri n’est pas un roman historique. Même s’il transporte son lecteur à la naissance du second empire. Pantòri n’est pas un roman par lettres, comme il en a tant fleuri aux temps classiques.

Même si les lettres de son héroïne en scandent le cours. Pantòri n’est pas une œuvre de fiction. Même s’il fait coexister la géographie la plus concrète avec ce lieu de pantai qu’évoque irrésistiblement son nom.

Phántagma, disaient les Phocéens dans leur grec asiatique, ce qui nous a permis de distinguer fantasmes et fantômes, et a laissé à notre mot occitan une trace d’inquiétude dans sa double connotation.

Car Pantòri, cette île que l’auteur a fait surgir à l’entrée de la rade de Marseille, renferme un double et douloureux mystère. Comme toutes les œuvres qui ouvrent une voie, Pantòri est inclassable. 

On chercherait en vain dans Pantòri un récit linéaire. Comme dans la tradition du roman baroque, les intrigues s’enchevêtrent, le personnage dont les aventures ou les désarrois avaient commencé à nous attirer ou nous émouvoir se quitte, se retrouve, se délaisse à nouveau.

Les événements de la grande histoire traversent la trame, mais vécus dans un éparpillement tout stendhalien, à la limite de la légèreté, jusqu’à ce que l’un d’eux précipite, dans tous les sens du terme, le drame.

Ce parti pris fait du lecteur le spectateur un peu désorienté du foisonnement de la vie, avant que ne se resserrent les fils et que l’anxiété ne prenne le dessus sur la paresseuse contemplation d’un kaléidoscope un peu énigmatique.

Nous ne serons pas laissés dans un total désarroi : une part du voile se lèvera, le reste sera abandonné à nos rêves.
 
Les amants du langage marseillais auront plaisir à le voir mis à l’honneur avec une fidélité à la fois à ses modèles populaires et à ses modèles historiques.

Il en résulte une langue qui elle aussi relève de la création ; et quand la paresse prive le lecteur des secours de la lexicologie, elle contribue à faire surgir dans la signification des mots une pluralité virtuelle qui fait écho aux zones d’ombre du texte.

Avec Pantòri, Rémy Jumeau, artiste et poète autant que romancier, a offert à notre littérature une création qui ne passera certainement pas inaperçue.

Publié par IDECO
Pantòri le roman des multiples destins


Mardi 17 Septembre 2013
Alain Barthélemy-Vigouroux




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.