Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (14)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. quatorzième semaine.

Edité par l'Association pour l'Enseignement de la Langue d'Oc

L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .


















            partager partager

Massilia universel

Sound System contre cònòs en trente fois 365 jours


A l’occasion de leur trente ans d’existence, une certaine lumière a été portée sur le groupe emblématique marseillais Massilia Sound System.



Massilia universel
Ils se sont bien racontés, eux, de K7 en CD, les galères, les espoirs, et la ville dans laquelle ils baignent. Mais on ne les avait pas encore racontés.
 
C’est chose faite avec le « Massilia Sound System – la façon de Marseille  », du journaliste (et musicien) montpelliérain Camille Martel (ed. Le mot et le reste).

Une fraternité déclinée en occitan contre la xénophobie

Camille Martel (photo MN)
Camille Martel (photo MN)
Succession de biographies des membres du groupe et d’analyses de leurs albums, dans laquelle s’insère les étapes marquantes de la trajectoire du Massilia, il s’en dégage une impression forte.
 
C’est l’amitié qui a soudé ces musiciens. Et ce sentiment d’amitié a transpiré vers leur public, qui le leur a renvoyé. La fameuse Chourmo, récupère le discours engagé du Massilia Sound System dans une sorte de développement politique.
 
Enfin ! Si on veut bien considérer que la politique, c’est se préoccuper du vivre ensemble dans la cité. Et dans ce vivre ensemble il y a la fête, et la langue occitane. Et l’association des deux pour dire une société réelle, et une société rêvée. C’est notre Andalousie qu’ils ont chanté. A la fois paradis perdu et avenir espéré. Une utopie, indispensable.
 
L’amitié désirée, qui soutient dans les épreuves de l’existence, et donne un sens plus profond aux bons moments, c’est sans doute la valeur la plus durable de ces trente ans de phénomène de société.
 
Elle n’a pas toujours été au beau fixe. Camille Martel raconte les séparations, dont la plus injuste est la disparition d’un pilier de cette còla, Lux Botté, en 2008.
 
« Après ça nous avons mieux veillé à prendre soin les uns des autres » nous a glissé Gari Grèu, un des Massilia, lors d’un récent entretien.
 
C’est, avec la résistance au totalitarisme, avec le rejet sans concession de la xénophobie, avec l’appel à une société de convivència, avec la tendresse manifestée au monde ouvrier et aux cultures populaires, la grande leçon que pourrait nous donner ces trente années du Massilia.
 
Ils auraient pu exploser pour de sordides questions de droits d’auteur – et ça a failli, nous explique Camille Martel – ou d’ego mal soigné. Cela n’est pas arrivé ; les crises ont bien éclaté, et elles ont été dépassées.
 
Cette fraternité s’est construite sur un projet de société, un projet artistique, toutes les difficultés qu’on affronte ensemble, et toutes les joies qu’on partage avec tous les espoirs.
 
C’est le message universel, chanté souvent en occitan, que cette demi-douzaine de garçons comme les autres nous adressent. 

A lire aussi sur le même sujet 

Mercredi 29 Octobre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí en mai

Dison que...

La ruralité a forte identité, l'oubliée des blocs politiques

La décentralisation c'est le thème que les candidats les plus en vue de la présidentielle ont mis sous le tapis. Et pourtant, c'est là que se concentrent problèmes et frustrations.

Nous l'avons remarqué, durant la campagne pour l'élection présidentielle, la place et l'avenir des territoires, des pays, a été pratiquement absente, en tout cas dans la propagande des trois premiers candidats. Pourtant, la question du pouvoir d'achat, qu'ils ont tous abordé abondamment, dépend bel et bien de la place qu'on occupe dans le pays.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.