Glaudi Bressand nous a quitté

Il était habitué des stages d'occitan estivaux, durant lesquels il pratiquait son activité de prédilection : l'écoute des autres.

Glaudi Bressand  nous a quitté
Glaudi Bressand s’est simplement affaissé lors d’une cueillette en montagne le 30 juillet dernier, et ne s’est plus relevé. Il avait 72 ans. 






            partager partager

Majoritairement favorables aux langues de France


Mettons de côté les enquêtes bidon qui invitent les gens à réagir sur le coup. Il reste les sondages plus sérieux, et les enquêtes d’opinions qui, elles, montrent que les langues régionales sont très majoritairement perçues comme devant bénéficier de droits en France.



Un récent « sondage » (en fait une incitation aux lecteurs à répondre au pied levé durant quelques heures) du Figaro a pu laisser penser que 60 % des gens étaient opposés à l’enseignement des langues régionales en France.
Majoritairement favorables aux langues de France

Cet exercice de pseudo enquête d’opinion, dans le quotidien le mieux financé par l’argent public en France, n’est heureusement pas la seule façon de cerner ce que pensent nos concitoyens.
 
Le quotidien Ouest-France (lui aussi pas mal aidé par l’Etat) a demandé à l’institut IFOP de questionner de façon plus scientifique l’état de l’opinion à ce sujet. Au moins notre argent aura là été utilisé plus raisonnablement.
 
Il en ressort que 72% des Français sont favorables à la reconnaissance des langues de France. C’est logique au fond, qu’ils se reconnaissent eux-mêmes. Et ce pourcentage monte à 85% dans les départements où l’une des langues régionales est employée.
 
C’est le signe que, au fond, il y a en France un attachement à notre diversité, et que nos langues sont perçues comme un patrimoine national, y compris par ceux qui ne sont pas directement concernés.
 
Dans l’océan de bêtise où nous sommes contraints de naviguer chaque jour, un peu d’intelligence ne fait pas de mal !
 
Et voici que France TV Info réalise une enquête sur le même thème, mais de façon plus personnalisée. C’est pourquoi je vous invite à y participer en livrant un peu de vous.
 
Qui sait si, demain, nous n’aurons pas au bout de la démarche, un documentaire largement diffusé qui affirmera notre envie d’aller de l’avant avec des langues qui disent le terroir et l’histoire, mais qui sont aussi souvent un lien entre les peuples.
 
Avec l’occitan, nous le savons bien, puisqu’il nous donne des dispositions pour mieux comprendre nos amis Italiens, Espagnols, Catalans et Portugais, pendant que l’alsacien ouvre à l’allemand, le corse à l’italien, et le breton à l’espace du gaélique. Et que dire du berbère et de l’arménien, ces autres langues de France, qui sont notre passeport pour des échanges culturels et économiques fructueux avec d’autres parties du monde.
 

Mercredi 17 Juin 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dans l'Aquò d'Aquí de rentrée : la montagne de l'économie de proximité
Dison que...

Quand lei French Lovers èron occitans

Evoquons deux acteurs occitans qui ont marqué le cinéma américain.

Sieu un cinefile d’avans leis anadas 2000, ai mai vist fa gaire a la telé «  Parìs brula ti »  ? (1966) de René Clément pèr lo cinquième còp. Lei stars dei doas ribas de l’Atlantica li son en abonde, aquò pòrta tòrt a l’intensitat dramatica dau filme, mai lo publique revés seis idòlas emé plesir. 
Quand lei French Lovers èron occitans


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.