Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Majoritairement favorables aux langues de France


Mettons de côté les enquêtes bidon qui invitent les gens à réagir sur le coup. Il reste les sondages plus sérieux, et les enquêtes d’opinions qui, elles, montrent que les langues régionales sont très majoritairement perçues comme devant bénéficier de droits en France.



Un récent « sondage » (en fait une incitation aux lecteurs à répondre au pied levé durant quelques heures) du Figaro a pu laisser penser que 60 % des gens étaient opposés à l’enseignement des langues régionales en France.
Majoritairement favorables aux langues de France

Cet exercice de pseudo enquête d’opinion, dans le quotidien le mieux financé par l’argent public en France, n’est heureusement pas la seule façon de cerner ce que pensent nos concitoyens.
 
Le quotidien Ouest-France (lui aussi pas mal aidé par l’Etat) a demandé à l’institut IFOP de questionner de façon plus scientifique l’état de l’opinion à ce sujet. Au moins notre argent aura là été utilisé plus raisonnablement.
 
Il en ressort que 72% des Français sont favorables à la reconnaissance des langues de France. C’est logique au fond, qu’ils se reconnaissent eux-mêmes. Et ce pourcentage monte à 85% dans les départements où l’une des langues régionales est employée.
 
C’est le signe que, au fond, il y a en France un attachement à notre diversité, et que nos langues sont perçues comme un patrimoine national, y compris par ceux qui ne sont pas directement concernés.
 
Dans l’océan de bêtise où nous sommes contraints de naviguer chaque jour, un peu d’intelligence ne fait pas de mal !
 
Et voici que France TV Info réalise une enquête sur le même thème, mais de façon plus personnalisée. C’est pourquoi je vous invite à y participer en livrant un peu de vous.
 
Qui sait si, demain, nous n’aurons pas au bout de la démarche, un documentaire largement diffusé qui affirmera notre envie d’aller de l’avant avec des langues qui disent le terroir et l’histoire, mais qui sont aussi souvent un lien entre les peuples.
 
Avec l’occitan, nous le savons bien, puisqu’il nous donne des dispositions pour mieux comprendre nos amis Italiens, Espagnols, Catalans et Portugais, pendant que l’alsacien ouvre à l’allemand, le corse à l’italien, et le breton à l’espace du gaélique. Et que dire du berbère et de l’arménien, ces autres langues de France, qui sont notre passeport pour des échanges culturels et économiques fructueux avec d’autres parties du monde.
 

Mercredi 17 Juin 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.