Flambèu catalan

Les élections catalanes du 21 décembre ont à nouveau montré que la moitié de la population souhaite la République et le divorce avec l'Espagne. Elles signent la déroute de la catastrophique gestion de crise du pouvoir espagnol. Elles interrogent enfin tous les Européens sur la qualité de leurs propres démocraties.

Adonc vaquí l’ora dei resultats. E de se dire : « tot aquò per aquò !? ».






            partager partager

« Ma si, naturalmente ! »


Notre langue d’oc permet de parler avec bon nombre de gens, dans l’espace roman. Sachez le reconnaitre avant de tuer l’enseignement de cet idiome, mesdames et messieurs les gouvernementaux !



Cette semaine j’étais là, à attendre, devant le Tribunal de Grande Instance d’Aix, avec des soutiens de migrants, qu’on accorde, ou pas, l’asile à un Soudanais anxieux (lire ici). Parmi ses appuis, deux garçons parlaient avec un accent italien. « Ah ! vous êtes Milanais ! », « tiens, vous venez du Piémont »…  « M’agradariá de saupre se, quand parli coma aquò, podetz m’entendre ? » Haussement de sourcil, sourire : «  ma, si, naturalmente ! ».
« Ma si, naturalmente ! »

Réduire le droit à enseigner et diffuser notre langue d'oc, c'est affaiblir notre capacité à échanger avec autrui

Quand je vais à Barcelone, si mon catalan vacille, je comble les lacunes avec un mot en occitan. Les trois quarts du temps ça marche ! L’autre jour, dans un resto végétarien plein de peps que je conseille, L’Hortet, au garçon je demande un verre de rouge : « voldria un…heu ! …got de vi negre, si us plau ». Il me regarde un peu étonné, et me dit, dans la langue de Ramon Llul : « c’est bizarre, vous êtes étranger mais vous parlez comme mon grand-père ». J’aurais du dire « una copa » ; toutefois mon occitan a été reçu comme, certes, désuet, mais charmant et, malgré tout, catalan.
 
Et j’apprends, avec la chronique de l’excellent Médéric Gasquet-Cyrus, que je ne suis pas le seul à faire l’expérience.
 
Il y a trois ans, à La Seyne, un échange culturel avait amené une troupe de théâtre de rue de Sao Paulo, à répéter dans une salle de spectacle locale. Ne parlant pas portugais, j’ai mené l’entretien en occitan, avec la responsable de la troupe. Comme moi, elle a parlé lentement avec un vocabulaire simple…et je n’ai jamais reçu de droit de réponse suite à l’article. C’est qu’on a du se comprendre.
 
Voilà, ces expériences là nous sommes nombreux à les avoir faites. Vous le confirmerez si vous avez des commentaires à faire à la suite de ce billet.
 
Elles nous rappellent, face à ceux qui veulent juste folkloriser notre langue d’oc, ne souhaitent  garder, à la surface de notre culture, que quelques mots qui chantent, la pointe d’ail qui dit d’où nous sommes, bref, à ceux qui n’ont du provençal ou du niçois qu’une vision patrimoniale réductrice, elle nous rappellent, donc, que l’occitan a valeur de langue véhiculaire.
 
On ne commentera pas Kant avec un Turinois, c’est entendu. On ne lancera pas non plus de fine plaisanterie au quinzième degré avec un habitant de Lleida, c’est certain. Mais on pourra se comprendre, échanger, faire connaissance, se rendre utile. Et à l’écrit ce sera encore plus évident.
 
La langue d’oc a des vertus. Elle nous dit mieux qui nous sommes, dans le grand concert des nations où sept milliards d’individus jouent leur partition. Elle nous permet aussi, dans le vaste croissant des langues romanes, de la Roumanie au Portugal et même au Brésil, de parler à l’autre.
 
Une belle part de nos lecteurs vit justement au Brésil. Nous ne savons rien d’autre d’eux. Peut-être vont ils lire un peu de cette langue écrite, apparemment cousine, qui les interpelle. Plus nombreux sont nos lecteurs, voisins : Italiens et Catalans. Et là, on en est sûr, ils nous lisent parce que ce n’est pas difficile…et peut-être – lançons nous quelques fleurs – parce que c’est intéressant.
 
En faisant barrage aux cours de langue régionale dans nos collèges, messieurs et dames les contempteurs de l’intérêt du provençal, en vous battant bec et ongles contre toute initiative législative en faveur de nos langues de France, messieurs et dames les haïsseurs de diversité, vous affaiblissez nos dispositions évidentes à échanger avec autrui. En instillant encore la honte de parler croquant, vous découragez nos capacités à nous intégrer mieux demain à un monde plus global, qui n’a pas à ne parler qu’anglais  entre Montevideo et Vladivostok !
 
 

Mardi 10 Mai 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí 302 chasse le sanglier !
Dison que...

"L’independencia de Catalonha mi fa pas pantalhar"

Gilbert Combe anime l'atelier de théâtre de l'Institut d'Estudis Occitans des Alpes-Maritimes. Il nous a adressé cette prise de position en décembre.

Quand leis Angles votèran per si desseparar d’Europa mi sentiguèri, coma dire, pas flame : un pauc malurós, un pauc deçauput, un pauc en colèra contra aquelei qu’avián causit  de virar l’esquina a la familha europenca e tot aquò tanben per leis anglés maluros, que volián restar  mé nosautrei. 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.