Glaudi Bressand nous a quitté

Il était habitué des stages d'occitan estivaux, durant lesquels il pratiquait son activité de prédilection : l'écoute des autres.

Glaudi Bressand  nous a quitté
Glaudi Bressand s’est simplement affaissé lors d’une cueillette en montagne le 30 juillet dernier, et ne s’est plus relevé. Il avait 72 ans. 






            partager partager

Lydie Wilson : correspondance sensible


La Félibresse socialisante était une Parisienne épouse d’un réfugié de la Commune. Jeune femme sensible aux malheurs de son entourage, elle collabore à plusieurs journaux, les crée à l’occasion, et s’attache à écrire un occitan dialectal qu’elle apprend en autodidacte.



Disparue à trente ans, en 1880, Lydie Wilson, épouse de Louis Xavier de Ricard, une des consciences de la gauche fédéraliste languedocienne, a pourtant laissé un souvenir. Ses obsèques furent suivies par de nombreuses délégations socialistes. Cent-trente et quelques années après, Rose Blin-Mioch, jeune retraitée du journalisme, fait revivre le personnage et son époque.
 
De quoi se rend-on compte avec cette étude publiée aux Presses universitaires de la Méditerranée ? Que l’auteure d’A la mar latina et de Lous bords dau Lez a laissé une importante correspondance ; qu’elle écrit parfois en occitan, sensible, s’émouvant sans cesse du malheur de ses correspondants, oubliant que, tout comme sa sœur Jeanne, une santé fragile ne lui laissera que peu de temps pour goûter au bonheur.
 
Elle le trouve, ce bonheur, dans le mariage avec son réprouvé de mari, rentré d’exil suisse post-Commune de Paris, puis dans le refuge trouvé à Montpellier. Car cette parisienne d’origines écossaises récentes se passionne pour le Félibrige, dont une tendance est très à gauche.
 
Elle trouve aussi la joie dans la langue occitane, qui est tout à la fois le véhicule de sa nouvelle vie méridionale, et la langue du peuple qu’elle entend servir.
Lydie Wilson : correspondance sensible

Intense activité éditoriale

Elle apprend le languedocien comme elle peut, sans professeur, et se met à l’écriture. « O bressaira de lum amai d’allegretat ! / Tas ersas, couma d’iols linsas e sounjarelas / qu’enfloura toun pantai d’illas lugrejarèlas / autant qu’un cel preclar alargoun la clartat. » (A la mar latina)
 
Lydie de Ricard crée même une revue en occitan à Paris, « La cigale ». Tout en collaborant à « La lauseta » et à d’autres revues. A la toute fin de sa courte vie, elle écrira aussi dans le journal socialiste « La Commune ».
 
Rose Blin-Mioch propose une étude complète qui évoque finement tous les aspects de la vie de cette Félibresse rouge.
 
Lettres de la Félibresse rouge Lydie Wilson de Ricard (1850-1880), Rose Blin-Mioch, ed. Presses univ. De la Méditerranée, 334p. ill. (PUM, Univ. Paul-Valery Montpellier 3 – 17 rue Abbé-de-l’Epée – 34090 Montpellier).
 

Jeudi 27 Février 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d'Aquí danse costumé et manifeste pour la République !
Dison que...

Provença se rebrassa !

— Alors maintenant vous allez dire : “ Région Sud ” ? — Ò pas mai ! Provença se rebrassa !

« (…) Dins touto aquelo bouscarasso
Que fourmidable se rebrasso
Envers lis enemi de noste libre noum (…) »
F. Mistral Calendau

Provença se rebrassa !
La bouscarasso ,  aquèla de discussions sensa fin  per trobar un nom a la Region. 

 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.