Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo chantagi sus l’emplec volava bas




Lo chantagi sus l’emplec volava bas
Lo chantagi a l’emplec èra totjorn estat discrèt. Amé totei lei reglaments environamentaus que l’Estat a escupit au long deis annadas 1990, leis industriaus francés an totjorn dich mezza voce que l’investiment e l’emplec n’en patirián, mai jamai francament que fariá remandar seis obriers. Se l’an fach, es perqué siguèron atrivats per lei salaris miserables deis obriers chinés.



Bèn diferent es estat lo mercat pausat per la compania avionista Ryanair a Marselha. La societat voliá respectar sei proprei règlas socialas, valènt a dire deguna règla, estomagant l’Admenistracion sociala en França.
 
Amé la responsa d’aquela reagissèt, Ryanair : atacada  au tribunau correccionau per presta illegala d’emplegats, empacha au foncionament dau Comitat d’Entrepressa, a la libertat sindicala e a la constitucion d’un comitat d’igièna e seguretat e dei condicions de trabalh, e per l’emplec illicite de personau de navigacion, pas mens, Ryanair aviá respondut en octòbre per l’abandon de sa basa marselhesa. Era franc ! Aquela escomessa aviá meme entraïnat un discors solidàri de la Chambra de comèrci, gestionàri de l’aeropòrt marselhés.  Adonc lo chantagi podiá foncionar.
 
Quasi dos ans après, vesèm que la fermetat paga. A l’ora que Ryanair es convocat au tribunau a-z-Ais, podèm observar que l’avionista  s’es entornat a l’aeropòrt de Marselha-Marinhana, e que la centena d’emplegats i èran bèn necessaris. E deu totjorn respondre a d’obligacions socialas e fiscalas.
 
Lei bailes de l’avionista se son pas convertits ai règlas socialas francesas ; simplament, s’i sometre èra la condicion per contunhar de far son chifre d’afaires en França. Aquelei gents que marchan qu’amé l’esca financiera, podètz li far fisança, sabon ont es son interès. L’important es que la societat democratica lo sache, ela tanben, e que plega pas.

 

Mardi 28 Août 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.