Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo belem compatiblament laïc


La crèche de Noël dans les bâtiments des collectivités publiques ne sont plus "non laïques". Enfin les pratiques culturelles vues pour ce qu'elles sont,




« Cresèm pas que lo contèxte de crisi a prepaus de la laïcitat nos fague per principi obligacien d’instruire lo procès dau belem ». L’avís dau Consèu d’Estat, rendut divendres par sa raportarèla Aurélie Bretonneau, deuriá èstre seguit per lei tribunaus administratius, e adonc escobar desenant lei marrits gus que fins qu’ara s’encanhavan de vèire nòstra manifestacien culturala de Nové confonduda am’un acte de proselitisme catolic.
 
Les Provençaux en seront ravis! (photo MN)
Les Provençaux en seront ravis! (photo MN)

Pauc de temps, sensa proselitisme religiós e que siegue festiu

Lo cas s’es presentat mai que d’un còup. Se la Cort d’Apèu de Nantas, en 2015 aviá aceptat la mesa en plaça d’un belem au Consèu Generau de Vendèa, aquela de París aviá de son costat denegat la muma causa a la Comuna de Melun.
 
Tot luèc public de la Republica podiá fins qu’ara considerar que l’installacien d’un belem seriá aceptar una espasa de Damoclès judiciari.
 
Aquò dich, pausar lo belem a la Comuna, se podriá faire sota tres condiciens per demorar un acte laïc : que siegue que per un temps, coma la pontannada de Nové, que se fague sensa manifestacien de proselitisme religiós, e qu’enfin siegue de caractèr culturau o festiu.
 
Lo belem, coma la Pastorala, es una promessa, segur, que nos vèn dau religiós. Mai una promessa de patz, e d’espèr dins lo futur. Aqueu caractèr ara es màger, e èra un crèbacòr de vèire confondre tótei leis afogats de sei tradiciens tant vièlhas, amé de fanatics religiós que ni vos ni ieu siam.
 
Per un còup, la laïcitat serà vista coma un art de viure ensèms, e non coma un còup de règla sus lei dets dei ciutadans que perseguísson simplament la tradicien umanista de sei rèires. 
 
Podèm que se n’en felicitar.

Lundi 22 Octobre 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.