Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Lo Caoc celebra lo centenàri de Joan Bodon


BARCELONA. Joan Bodon aurait eu cent ans en 2020. Le Centre Fraternel Occitano Catalan consacre deux événements à l'homme et à son œuvre les 10 et 11decembre.



Joan Bodon dans les années 1960, attaché au terroir et pourtant écrivant une œuvre universelle (photo XDR)
Joan Bodon dans les années 1960, attaché au terroir et pourtant écrivant une œuvre universelle (photo XDR)

Lei 10-11 de decembre lo Centre d’Afrairament Occitanò-Catalan de Barcelona prepausa un cicle de talhiers et conferèncias sus lo tèma de l’òbre de Joan Bodon. Auriá agut cent ans en 2020.

 

Una idèa, l’identitat occitana, un monde onte lo ben e lo mau existan, un interès per lo paure monde, lei marginaus, un estile sensa recerca excessiva, la simplicitat dau vocabulàri per un cami narratiu clar, e amé tot aquò una òbra ai tèmas universaus.

 

De tot aquò tractaràn dijòu dètz de decembre lo club de lectura en linha, animat per Federico Merino a 18 oras ; e l’endeman la conferéncia “Bodonhada en linha”, un percors dins l’òbra de Joan Bodon, amé Jaume Figuerras Trull, a la meme ora.

 

Que sabem de Joan Bodon ? Nos siguèt conéissut largament tre leis annadas seissanta gràcias ai cançons de Claudi Marti e de Mans de Breish (Los carboniers de La Sala son Occitans sens lo saber). Roergat naissut en 1920, siguèt deportat dau trabalh en Alemanha onte començava d’escriure sei premiers poèmas en occitan.

 

Ensenhava puei dins un licèu agricòla, sa santat siguèt sempre fragile, sei problèmas d’argent permanents. Per ganhar un pauc mai s’exilhava en Argeria onte ligava de beleis amistats literarias, e l’i moriguèt en 1975.

 

Una bèla part de son òbra èran de contes. Et per ce qu’es dau país e de sa lenga, benlèu qu’una corta citacion ne’n dirà mai, esperant ce que diràn lei dos conferenciers :

 

“Es pas vengut a degun l’idèa de tombar cap de catedrala. Nòstra lenga es mai qu’una catedrala. Alara donc perqué son tantes que s’afanan per la desboselar…” (Lo libre dels grands jorns – Edicions del Roergue p. 62)


Mardi 8 Décembre 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí de novembre laboure en occitan

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.