Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Li a ges de vergonha a èstre ajudat per far son òbra culturala en Provença


Les aides régionales donnent un coup de pouce aux entreprises qui font vivre en Région et la création culturelle, et l'emploi régional, et le rayonnement du savoir-faire régional. Qu'un bon éditeur en profite ne devrait pas lui faire honte au point de nier cette réalité.



Michel Neumuller
Michel Neumuller
Françoise Nyssen, l’eiritièra d’Hubert, fondator deis edicions Actes Sud en Arle « se bate ela tanben còntra aquela renomada d’entrepresa artesanala regionala » que publica lo setmanier culturau Telerama. « Avem totjorn dich qu’eriam editors onte restam, pas mai » declara dins aquela enquista dòna Nyssen. E d’ajustar : « jamai avem editat d’autors d’Arle, jamai avem tocats de subvencions de la Region ».

Nous aidons tous pour quelques centimes l'oeuvre culturelle en Région. Et alors !?

Li a una mena de vergonha dins aquelei declaracions, que dison pas la realitat coma l’anem vèire. Editar regionau seriá far « regionalista », un biais d’editar que convendriá pas per aquel ostau d’edicions qu’a publicat la tiera suedesa Millenium, o Le Sermon sur la Chute de Rome, de Jeròni Ferrari, prèmi Goncourt, o qu’aviá destocat l’escrivana russa refugiada Nina Berberova, o encara lo cortet roman Senso, de Camillo Boito, aqueu qu’aviá adaptat au filme Luccino Visconti.
 
Brèu, aquel ostau d’edicion a ren de provar, fa son mestier, e lo fa tras que bèn. Mai perque denigrar l’ajuda regionala ? Es bèn normau qu’una poténcia publica ajuda una de sei bandièras culturalas. E es pas vergonhós, en retorn, de dire, e perque pas de metre en avans, sa qualitat de Provençau.
 
D’autant mai que mai que d’un obratge d’Actes Sud es l’afaira de totei leis Provençaus, au mens d’aquelei que pagan l’impòst a la Region. Sariá pas verai, efectivament, de dire qu’aquel ostau d’edicions toca pas d’argent public regionau.
 
Lo libre-disque de Guylaine Renaud, Beatiho, que ven d’averar lo prèmi de l’Academia Charles Cros, foguèt bèn editat per Actes Sud, en relacion amé lo Museon Arlatenc (valènt  a dire lo Consèu Generau 13), lo CG83 et la Region Paca, coma lo mòstron lei lògòs d’aqueleis institucions sus lo librion. E an ben fach, bòrd qu’es d’una bèla qualitat.
 
Es bèn am’una participacion de la Direccion Regionala deis Afars Culturaus (DRAC Paca) de Provença, valènt a dire un organisme d’Estat en Paca, que foguèt editat « Le triptyque du Buisson Ardent », qu’a Aquò d’Aquí aviam deja dich fòrça bèn en 2011 (legir lo n° 243 d’AA). Aquel obratge contava tota l’istòria d’aquela òbra reviscolada en quauqueis annadas per de còlas francò-japonèsas avans que de retrobar sa plaça a la catedrala d’Ais. Aquelei que l’an editat an pas a aver de vergonha de s’èstre fach ajudar per informar sus aqueu tresaur regionau.
 
E leis autors arlatencs mancavon pas tampauc au catalòg d’Actes Sud, contrarament au discors de l’editritz, coma aquel obratge tant ancian coma fondator de Bernat Picon, « L’espace et le temps en Camargue – essai d’écologie sociale », editat en 1988, puei re-editat. Pas mai, totjorn sus Camarga, aquel assai de Sylviane Boulot, « Essai sur la Camargue », eu editat en 1991.
 
E, lo fau dire, dins lo juec deis apèus d’ofèrtas publicas o semi-publicas, Actes Sud s’en tira pas mau sus lo nivèu locau. Au mens una decenia, totei leis afogats de l’Operà de Marselha an poscut legir lei librions de Sigurd (Reyer), de la Flauta Encantada (Mozart) o de Salomé (Strauss) sus lo famós papier raiat.  Degun s’en es jamai planhat se la proximitat d’un obrador au bèu gaubi li a profiechat.
 
Alòr segur que sa Region pòu bèn donar la man a una entrepresa culturala qu’emplega mai de dos cents personas au nòstre. L’Estat promena totei le capolhiers de grandeis entrepresas en China o alhor per afavorisar sei mercats. Airbus s’ofensa pas quand Miegjorn Pirenèus o la Ciutat de Tolosa li fan de bèlei rotas o de transpòrts collectius bèn estudiats, o que sabem encara…leis entrepacha pas d’èstre una entrepresa lume au nivèu internacionau d’èstre una …entrepresa regionala.
 
Çò qu’es geinant per totei aquelei Provençaus que pagan quauquei centimas l’an per assegurar lo polit trabalh d’Actes Sud, es pas de l’ajudar de bèn jogar son ròtle culturau, o d’espandir lo gaubi provençau alhor. Non ! es bèn de se vèire considerar coma aquelei parents, un pauc tròp vielhs, un pauc tròp pacans, un pauc tròp gus, per que seis enfants vòugan bèn lei presentar quand rescòntron quauqu’un dins la carrièra.
 
Çò que nafra dins aquelei declaracions, es bèn la vergonha que fan vèire, en luec de far vèire de fiertat de trabalhar dins una Provença que vos ajuda. Fai de bèn a Bertrand, te lo rendrà en …

Mardi 21 Mai 2013
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.