Aquò d'Aqui


            partager partager

Les Rouges du Midi reviennent en plus classique


L'oeuvre majeure de Félix Gras adaptée à la graphie classique.



Adapté par Domenja Blanchard
Adapté par Domenja Blanchard
Le chef d'oeuvre de Félix Gras fut publié en provençal chez Roumanille en 1896, à Avignon, pendant que Catherine Janvier, une citoyenne américaine qui résidait à St-Rémy, retournait chez elle avec une épreuve confiée par l'auteur. Aux USA, en Grande Bretagne, en Suède et à Paris via un feuilleton publié par Le Temps, Li Rouge dóu Miejoun furent vendus probablement à 100 000 exemplaires de par le monde.

Un succès sans équivalent pour l'édition en langue d'oc, qui augurait bien d'un avenir possible, mais jamais accompli.

Les Editions des Régionalismes viennent de publier à nouveau l'oeuvre de Gras, cette fois-ci adaptée à la graphie classique par Domenja Blanchard, à qui l'éditeur avait déjà confié une édition des oeuvres de Valèri Bernard.

Illustré par les gravures originales de Osvaldo Tofani (1849 Florence – 1915 Paris), publiées dans la première édition en français, Li Roges dau Miegjorn sont écrits comme le récit d'un jeune protagoniste qui rejoint le bataillon des Marseillais en 1792.

On suit ainsi ville à ville la montée des idées républicaines, dans un récit vif et enlevé. 

Les afouga de l'oeuvre originale peuvent essayer également de trouver l'édition en graphie mistralienne, celle de l'auteur, chez CPM - Marcel Petit (1977 puis 1989).

Samedi 26 Novembre 2016
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.