Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Lenga d’Empèri


Quand Français, Espagnols et Italiens se rencontrent dans une manifestation professionnelles, ils se comprennent mais se sentent quand même obligés d'en passer par le globish. Pas très futé, non ?



Eriam pas mai que sièis a l’entorn de la taula per la conferéncia de premsa d’un d’aquélei relargs d’entrepresas d’auta tecnologia, coma díson ara, e qu’an espelit d’en pertot.
Lenga d’Empèri

On ne peut pas se passer de l'anglais. C'est comme ça et pas autrement !...

Una trentena d’entrepresas, qu’an una solucion per la planeta o solament per n’en sauvar una briga, li venián per cochar l’ajuda de dos fons d’amorsatge europeus.
 
S’escambiam lei cartas de visita. Lo premier financier es Valencian. « Òu !  benleu que podrem escambiar en catalan !" que galègi. Se tròba estonat : « …en Valencian alòr, se volètz » que galeja eu tambèn.
 
« Coma se fa que parlatz aquela lenga ? » que demanda, espantada, en catalan, la traductritz dau segond financier, un Venician. Aviá viscut e trabalhat a Barcelona, l’emplegada de la cambra de comèrci, ela tambèn italiana.
 
« Es que la lenga es pròcha de l’occitan. Cocanha ! podèm per un còp se dire lei causas seriosament dins de lengas romanas » que m’avisi.
 
Ailàs, vaqui, maucontent, l’organisaire de la manifestacion, qu’aviá tot alestit per leis estrangiers en sota-lenga anglèsa : « es pas possible de s’en passar ! » que trenca un còp per tòtei.
 
E chascun de baissar la tèsta davans l’evidéncia ; l’anglés es la lenga de l’Empèri, adonc es pas la pena de far clantir ce que lo brave Mistral sonava « la raço latino ».
 
Tant que l’Universitat, au nòstre, conveniá que leis òbras sus l’intercompreneson romana de Claire Blanche-Benveniste et Josep Delofeu avián un interès, semblava un evidéncia que lei passarèlas entre lengas se nómbran.
 
Ailàs, l’una mòrta e l’autre retirat, leis marrídei costumas dau monde scientific son leu tornadas.
 
« Avèm recebut un estudiant paquistanés qu’a demorat au nòstre dos ans » que m’a dit aièr un cercaire en environament atmosferic ; « l’extraordinari es que dins la còla de mon laboràtori avèm jamai parlat autra causa qu’anglés quand li èra, ben que siguem tótei Francés. Après sei dos ans aquí, lo tipe parlava totjorn pas francés… »
 
Es coma aquò qu’es mòrt dins la carrièra l’occitan. Per jamai faire escòrna a l’estrangier, tótei parlàvan francés davant eu, pusleu que de lo convidar a l’integracion. La convivéncia nos a fach viure tau coma siam, e en meme temps nos a escanats.
 
Sabèm ara ce qu’arribarà au francés. 

Dimanche 7 Décembre 2014
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possiblité, enfin débarassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.