Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

Le pouvoir aux Communes !


Qui protège les citoyens ? L'Etat ? Allons!...La réaction des collectivités très locales a été la (seule) bonne surprise de la crise du covid 19.



Passons sur les cinq semaines durant lesquelles les Chinois étaient seuls ou presque à souffrir de la calamité qui s’est, depuis, abattue sur le monde. Mais depuis au moins fin février nous savions, ici, que nous en serions affectés.

Le pouvoir aux Communes !

Reconnaissons que l’Etat a moins protégé les citoyens que les Communes

Voici donc qu’au 25 avril l’Etat français s’est révélé incapable de fournir les moyens de protections adéquats à la population. Sept semaines sans efficacité aucune. Sept semaines à regarder les anciens mourir seuls, les soignants laissés quasi à eux-mêmes...et les gens à être en quelque sorte condamnés à la résidence surveillée, sans qu’ils n’aient commis le moindre délit.

 

La preuve est faite, indiscutable, l’Etat en France ne sait pas protéger la population. Essentiellement parce qu’il ne l’a pas voulu. Les avertissements sont pourtant là, et le très ennuyeux professeur Didier Raoult, le disait dès 2006 : nous sommes mauvais en ce qui concerne la réponse aux urgences respiratoires.

 

Récemment encore l’Etat, le gouvernement, faisait donner la maréchaussée contre les soignants pleurant leur pauvreté de moyens, matériels et humains. Le gouvernement passait des appels d’offres pour doter les policiers d’engins de mutilation, mais pas les infirmières de masques de protection anti-virale.

 

Au 20 avril pourtant des réponses étaient données. Les communes, celles que l’Etat depuis M. Chevênement en 1992, s’acharne à déshabiller, passaient commande avec succès de masques ou d’autres types de protection. Ingénieusement l’imprimeur même d’Aquò d’Aquí a réagi en un tournemain pour doter les communes du nord marseillais de visières de protection à destination des habitants eux-mêmes, négligés par l’Etat, mais pas par leur maire. Celui de La Ciotat entre autres, avait fait acheter des tissus adéquats et demandé à toute couturière de se mettre à l’ouvrage.

 

Il y a urgence ou il n’y a pas urgence !

 

Sans aller plus loin, reconnaissons clairement que les échelons locaux de pouvoir, et les entreprises du local, doivent être renforcés, car ils nous protègent et nous servent mieux que les communicants orgueilleux qui passent leur temps entre les portes d’Ivry et de Clignancourt.


Jeudi 23 Avril 2020
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Avec notre mensuel d'avril : Loi langues régionales et initiatives au pays

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.