Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 















            partager partager

Le Diplome de Compétence en Langue occitane accuse un tassement à Nice


NICE. Le Diplôme de Compétences en Langue occitane est organisé depuis 2011 et il est présenté par des candidats des deux Académies provençales. Passé l’engouement de la première année, les candidatures se sont faites rares. Il s’agit d’une reconnaissance institutionnelle qui peut avoir une valeur sur un CV. Le point de la situation avec Steve Betti, conseiller du Recteur de Nice, chargé d'Inspection pour les langues régionales.



Steve Betti : "le DCL garantit la compétence qu'annonce par exemple le candidat à un emploi" (photo XDR)
Steve Betti : "le DCL garantit la compétence qu'annonce par exemple le candidat à un emploi" (photo XDR)
L’Académie de Nice propose la délivrance d’un Diplôme de Compétence en Langue occitane. Comment évolue le nombre de candidats ?
Mis en place en 2011 le DCL a été présenté par vingt personnes. C’est un succès qu’on doit partiellement à une mobilisation de l’Institut d’Estudis Occitan. L’an dernier, la deuxième session n’a eu que trois candidats. Il faut noter que nous avons accueilli des candidats venus de l’Académie d’Aix-Marseille, où l’examen n’est pas organisé. Sinon il l’est dans les autres Académies du Midi. Pour ce qui concerne notre Académie, le maintien de l’organisation du DCL dépend bien entendu du fait qu’il y ait ou pas des candidats.
 
L’Académie s’est-elle intéressée à l’intérêt des employeurs pour ce diplôme ?
Non, nous n’avons pas réalisé d’évaluation. Il faudrait pour cela contacter un par un les lauréats, ce qui poserait deux problèmes : avoir du temps et des moyens pour cela, et ne pas être intrusifs. De plus nous manquons de recul, les premiers lauréats ont leur diplôme en poche depuis dix-huit mois, pas plus.
 
Quelle est la valeur de ce diplôme ?
Le DCL existe pour d’autres langues, il est utilisé pour qu’un employeur, quand il reçoit un CV, soit certain de la compétence du candidat au poste. Cela remplace avantageusement la mention que l’on écrivait auparavant sans que personne ne puisse vérifier que le candidat parlait ou écrivait telle langue. Avec le DCL c’est labellisé. Il s’agit d’une certification institutionnelle, elle a une valeur réelle de reconnaissance de la compétence.
 

Le DCL peut-il permettre d’enseigner l’occitan ?
Pour les enseignants il existe un DNL, qui leur permet par exemple d’enseigner leur matière, l’histoire ou les mathématiques, en anglais, italien ou autre. Avec cela ils peuvent enseigner à l’étranger. Nous avons chaque année entre deux et cinq candidats pour ce diplôme. Le DCL lui, s’adresse à des gens qui n’enseignent pas dans l’Education Nationale.
 
Comment évolue la demande d’occitan dans l’Académie de Nice et comment y répondez-vous ?
La demande progresse, il faut donc que l’offre s’adapte. En dix ans le nombre de candidats présentant l’épreuve de langue régionale au baccalauréat est passé dans notre Académie de 200 à 388 par an. C’est tout de même une progression significative. Le Recteur souhaite que cet enseignement soit développé. En 2010 un Plan académique de développement de l’enseignement des langues régionales a été adopté. Il vise d’abord à mettre en cohérence les enseignements dans la durée. Il s’agit d’assurer un suivi entre collège et lycée. Ce plan se poursuivra en 2014.
Presque un doublement de candidats à l'épreuve d'occitan au bac en dix ans dans l'Académie de Nice (photo MN)
Presque un doublement de candidats à l'épreuve d'occitan au bac en dix ans dans l'Académie de Nice (photo MN)

Vendredi 25 Janvier 2013
Michel Neumuller





1.Posté par BAQUIE le 30/01/2013 14:33
En 2011 l'IEO-06 s'était beaucoup investi dans la formation de 10 candidats, membres ou non-membres de son association. Nous avions épluché les annales des autres DCL, notamment ceux du Breton ou de la langue des signes pour nous faire une idée de ce qui était demandé aux candidats. Tous nos candidats ont été reçu à ce diplôme et nos en sommes heureux pour eux.

Aujourd'hui, avec la crise qui touche la France, nombreux sont ceux qui hésitent peu-être à cause des frais d'inscription. Je sais que dans certaines régions les frais d’inscription sont pris en charge par la Région à 80%. C'est le cas en Midi-Pyrénées. J'ignore si cela est le cas en région PACA. Peut-être que cela relancerait le DCL-Occitan dans l'Académie de Nice ?

D'autre part, je sais que certains GRETA organisent une formation au DCL. Cela aiderait énormément les candidats à ce diplôme, qui ont besoin d'être formés et rassurés quant à leur capacité à le passer. En effet beaucoup ont abandonné leurs études depuis longtemps et redoutent un échec déstabilisant pour eux.

L'IEO-06 a publié un article le 24/01 http://ieo06.free.fr/spip.php?article2416 afin d'encourager ses lecteurs à passer ce diplôme.

Nous espérons que nombreuses seront les personnes à s'inscrire au DCL-Occitan en 2013. Il en va de son devenir dans notre Académie.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.