Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

L’occitan pèr lo premier còp lenga d’escrutinh


Les bulletins de vote du référendum catalan faisaient tous figurer la question posée en occitan. En Catalogne la langue d'oc est officielle sur tout le territoire de la Generalitat depuis 2014.



« Voletz que Catalonha vengue un estat independent en forma de republica ? »  òc/non, avetz que de chausir. Lei bulletins, per millions, s’ amolonan dins lei burèus de votacion, e la fraseta vesina amé lo catalan e lo castilhan. « Es pas generós, es just normau » declara l’Antòni, un deis assessor d’un burèu a Montjuic, còla emblematica de Barcelona.
 
« La lenga es pròcha, lo monde tanben, es normau, que leis Aranès vivon amé nosautres…E puei dins l’Istòria siguèron sempre ensems » jònhe leis espatlas Joan, eu a l’escòla Miró, de l’autre costat de la Plaça d’Espanha.
 
La presència de la lenga occitana dins lo referendom per l’autodeterminacion de la Catalonha, per nosautres, es fòrça esmovent. L’avem jamai legida dins un acte democratic. En França seriá enebit , bòrd que « Lo francès es la lenga de la Republica », coma ditz l’article dos de la Constitucion.
 
En Catalonha es ja dins la normalitat. Pasmens la presencia de la lenga sus lei bulletins a estat decidida fa quauquei setmanas e pas mai. Una deputada de la Vath d’Aran, Mirèia Boya, li es particularament atentiva. E mai que d’un còp seis espectoridas an fa mau ais aurelhas dei detractors au Parlament catalan, an’aqueu prepaus.
 
« Se t’agantas una emenda, pòs renar par corrier, en occitan aranès, e son obligats de te respondre dins aquela lenga » ditz Manel. Mai que d’un a jogat au pus fin ansin, per retardar lo moment de pagar.
 
Es que li a ren que mai o mens cinc mila personas que parlan l’Aranès, una varietat dau gascon,  adonc de l’occitan. Trobar una competéncia es pas totjorn facile.
 
Aran es adonc lo solet endrech au monde onte l’occitan es vertadièrament legau, onte lo drech a emplegar la lenga es una realitat.

Una realitat assegurada pèr la Generalitat de Catalonha. Pasmens leis Aranès èron pas tant consents per votar au referendom. La ciutat principala, Vielha, coma lo Consèu Generau d’Aran, o de comunas tala Bossòst, l’an pas organisat. Franc d’autrei resons escondudas , reprochan a la Generalitat de pas pagar sempre sa part deis investiments locaus. E una bòna part deis elegits son dau PSC, leis socialistas, qu’èron pas d’accòrd amé lo referendom.
 
Lo premier d’octòbre, a Les, comuna que son cònse es pro-independència, la policia, lei Mossos, an defendut l’intrada dau burèu de votacion ais elegeires. La deputada Mirèia Boya a alòr dubèrt un de seis ostaus per que lo monde vengue li votar. 

Jeudi 5 Octobre 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Nos villes avec leur nom historique et sans enquiquineur procédurier

Un aspect de la loi Molac, votée le 8 avril, est resté à tort dans l'ombre : le droit de nommer ses rues et ses entrées de ville sans être harcelé par un obsédé de la langue unique.

De la loi loi nº 2548 relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion, désormais connue sous le nom de son promoteur, Paul Molac, nous avons surtout retenu les articles permettant de renforcer l’enseignement bilingue dans les établissements publics.

 

Cependant s'il est un aspect de la promotion des langues minoritaires qui a été négligé par les commentateurs, c’est celui de la signalétique bilingue. C’est un tort car cette possibilité, enfin débarrassée des attaques imbéciles de soi-disant libres penseurs, fera évoluer les mentalités de nos concitoyens, à qui sera rappelée aisément la fierté de leur terroir.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.