Aquò d'Aqui

2021...

Aquò d'Aquí vous souhaite la meilleure année possible et sera aux côté de tous ceux qui défendent activement la transmission de notre langue d'oc.

A tous ceux qui ont fermé la porte de 2020 en criant “bon débarras, année de m…”, nous devons hélas le dire, 2021 risque de ne pas être meilleure pour la convivialité, et le retour de flammes économique brulera plus qu’il ne réchauffera. Désolé de ne pas être optimiste. Nous adorerions pourtant !

 


















            partager partager

L’Atlas de l’Unesco supporte mal l’occitan


Le terme, s’il est reconnu par presque tous comme incluant diverses variétés dialectales, ne figure dans l’Atlas des langues en danger qu’au titre d’alternative à celles-ci. Et le rédacteur de l’Unesco de plaider pour la faible compréhension entre elles.



15 mai 2013, l'occitan trouve asile à l'Unesco...Mai 2015 l'Atlas de l'Unesco ne trouve pas l'occitan (photo XDR)
15 mai 2013, l'occitan trouve asile à l'Unesco...Mai 2015 l'Atlas de l'Unesco ne trouve pas l'occitan (photo XDR)
Dans l’Atlas des langues en danger dans le monde qu’a récemment publié l’Unesco, l’occitan n’est jamais que le nom alternatif du provençal ou du languedocien.

Et le rédacteur de l’Atlas d’argumenter ainsi : « Parmi les autres langues d'oc, le languedocien, le provençal, le limousin et l'auvergnat …  possèdent néanmoins depuis des siècles des traits nettement distincts et présentent entre eux des différences beaucoup plus grandes qu'avec le catalan. »

On retiendra le pluriel employé par le rédacteur de l’Unesco à « langues d’oc », qui signale presqu’à coup sûr une attitude proprement idéologique.

Gilles Fossat, du Ceucle Occitan dau País d’Arle s’en est ému auprès de l’organisme culturel international. « La dénomination "occitan" (oci) est pourtant celle retenue par la norme ISO 639 ; elle est aussi reconnue et utilisée officiellement en France : le ministère de l'Education nationale emploie le terme "occitan-langue d'oc" pour désigner l'enseignement et le diplôme de cette langue. Le ministère de la Culture également ».

Gilles Fossat (photo MN)
Gilles Fossat (photo MN)
Avec d’autres arguments ceux-ci avaient été adressés à l’Unesco par Gilles Fossat avant publication de l’Atlas. Sans effet.

Et la réponse de l’organisme à son contradicteur aura attendu la parution de l’ouvrage, censé faire référence, même quand s’y glisse une erreur aussi grossière.

Face à ce renoncement scientifique que vaudra la pommade passée ainsi : « nous saluons les efforts d’intercompréhension, diffusion culturelle, littéraire et éducative que mène le Cercle Occitan du pays d’Arles ». Poli ou hypocrite ?

Ou amnésique. Le 15 mai 2013, le siège parisien de l’Unesco donnait « l’asile linguistique » aux langues de France dont les représentants manifestaient symboliquement devant le local, en désespoir d’être entendus des autorités françaises.

L’occitan y était représenté en tant que tel, et sous la bannière se regroupaient Provençaux, Auvergnats, Languedociens…

Lire aussi la notice d'Ethnologue
 
 

Mercredi 10 Juin 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dison que...

Légendes populaires de Provence

Une part de notre identité, celle de l'imaginaire populaire, nous est à nouveau restituée avec rigueur et avec cœur par Jean-Luc Domenge. Mais attention ! cette fois, particulièrement, l'ouvrage a besoin de votre concours pour naître.

Dans la Val Maire, dans cette Italie qui parle occitan, un dragon se mit en tête de tout dévaster. Un vrai psychopathe. Alors sur le conseil d’une habitante toute la communauté passa un cours d’eau, et se mit sous la protection de la fée de la rivière.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.