Aquò d'Aqui



Où en es tu Aquò d'Aquí ?

Votre magazine continue... vous continuez avec lui ?

Votre journal continue sa publication, votre abonnement n'a pas été souscrit en vain. Et si la transition post Michel Neumuller n'est pas facile, une équipe bénévole veille à poursuivre l'œuvre commencée en 1987 : un journal indépendant, sociétal, pan occitan, et bilingue.

Chers amis lecteurs, et avant tout abonnés de notre périodique, vous recevrez sous peu le prochain numéro d'Aquò d'Aquí. Le travail et l'animation du rédacteur en chef Michel Neumuller ont pris fin sous leur forme salariée en avril, et la transition n'est pas si facile. Néanmoins, elle est en cours et va se traduire très vite par le prochain numéro de votre revue. 

Soutenez l'équipe qui désormais veille à vous servir, et à publier l'unique périodique de société en occitan.







Les articles les plus commentés







            partager partager

Hervé Guerrera : accueillir, c’est être nous-mêmes


Pour le conseiller régional Partit Occitan, c’est clair, accueillir les réfugiés c’est être fondamentalement Provençal. Il a voté lundi 14 septembre pour la création d’un fonds d’accueil de 3M€, et nous explique brièvement ses raisons.



Il y a tout lieu d’être fier de la délibération qui, lundi 14 septembre, a engagé concrètement notre Région « Provence-Alpes-Côte d’Azur » sur la voie de l’accueil des Méditerranéens réfugiés. Elle est logiquement conforme à notre identité, forgée par la proximité et la générosité.
Hervé Guerrera : accueillir, c’est être nous-mêmes

Accueillons les réfugiés, et ainsi revivifions notre tradition de générosité provençale

La délibération qui s’intitule « Tous Méditerranéens » doit nous rappeler que cette mar nòstra nous relie, avant tout.
 
Quand ça va mal là-bas, ça ne peut aller bien ici. Que nous soyons en capacité morale, et matérielle, d’accueillir et d’accompagner les gens qui fuient les bombes et les tyrannies, oui, cela doit nous rendre fiers d’être Provençaux.
 
Mais pas béats. L’accueil doit s’organiser pour réussir l’intégration.
 
Notre histoire est faite d’accueil de réfugiés, qui ont  ensuite fait souche, et ont contribué à l’identité provençale. Mais cela ne s’est jamais fait sans soubresauts. L’arrivée des survivants Arméniens du génocide, voici près d’un siècle, n’a pas été facile pour eux. Mais qui pourrait imaginer la Provence sans leurs descendants, aujourd’hui ?
 
Nous avons tout à gagner, collectivement, demain, de la générosité montrée aujourd’hui.
 
Cet accueil, nécessaire, doit être un accompagnement des réfugiés. Les associations qui s’y attachent sur le terrain nous le disent : il y a des étapes ; proposons des logements provisoires, en petites unités, pour des populations restreintes accueillies au sein de villages ou de quartiers, où les principes de sociabilité des Provençaux pourront s’exprimer au mieux. Il faut de la bienveillance pour accueillir, facilitons en les conditions. Pensons dès à présent les étapes de l’intégration réussie des réfugiés que nous accueillons.
 
Facilitons les conditions de la générosité, cette composante de notre identité de Méditerranéens. Il faut rappeler que cette générosité était déjà inscrite dans la devise de la ville d’Aix avant que le fameux « liberté-égalité-fraternité » ne s’impose.
 
Les réactions d’un Front National qui, face à cette grande détresse, ne pense qu’en termes d’exclusion, de tri selon l’origine, me mettent dans une grande colère. Qui peut vouloir repousser celui qui se noie ?!
 
Au contraire accueillons les réfugiés, et revivifions ainsi notre tradition. La convivència est le fond de notre état de Provençaux, la notion qui nous a toujours permis de vivre ensemble, et de voir chaque immigration apporter sa pierre à notre société.
 
Nombre d’élus, comme moi, ont trouvé poignant, lundi dans l’hémicycle de la Région, que nous votions ainsi. Et, concrètement ce sont 3 millions d’€ qui seront dévolus. Mais aussi un cadre d’intervention qui sera mis en place, pour travailler avec les collectivités locales, comme pour soutenir les associations. Tout ceci, au fond, pour tout simplement, et véritablement, être nous-mêmes.
 
Bessai ren que pèr un còp siam fier d’estre d’aqui. E oblidem jamai qu’aquí es la Provença, Miegterrana. Aqui es lo monde, aqui siam lo monde e lo monde es aquí.

Mardi 15 Septembre 2015
Arvei Guerrera




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.