Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Rompedura

La nouvelle Assemblée Nationale verra entrer les députés RN comme jamais. Une rapide analyse sortie des urnes nous dit partiellement pourquoi : ils sont élus là où les ruraux n'en peuvent mais, là où ont socialement fui les déclassés des villes. Ce que montre ce scrutin c'est que la fracture sociale est aussi territoriale.

Amb la nòva Assemblada Nacionala, es ti que faudrà li vèire lo senhau d’un reviscolament de la gaucha, fòrça (tròp?) diversa, o la confirmacion que l’extrema drecha planta cavilha definitivament dins lo paisatge politic  ? O fins finala aqueleis eleccions aurián fa mòstra que lo desesper sociau assaja de trobar un solucion politica ?















            partager partager

Hervé Guerrera : accueillir, c’est être nous-mêmes


Pour le conseiller régional Partit Occitan, c’est clair, accueillir les réfugiés c’est être fondamentalement Provençal. Il a voté lundi 14 septembre pour la création d’un fonds d’accueil de 3M€, et nous explique brièvement ses raisons.



Il y a tout lieu d’être fier de la délibération qui, lundi 14 septembre, a engagé concrètement notre Région « Provence-Alpes-Côte d’Azur » sur la voie de l’accueil des Méditerranéens réfugiés. Elle est logiquement conforme à notre identité, forgée par la proximité et la générosité.
Hervé Guerrera : accueillir, c’est être nous-mêmes

Accueillons les réfugiés, et ainsi revivifions notre tradition de générosité provençale

La délibération qui s’intitule « Tous Méditerranéens » doit nous rappeler que cette mar nòstra nous relie, avant tout.
 
Quand ça va mal là-bas, ça ne peut aller bien ici. Que nous soyons en capacité morale, et matérielle, d’accueillir et d’accompagner les gens qui fuient les bombes et les tyrannies, oui, cela doit nous rendre fiers d’être Provençaux.
 
Mais pas béats. L’accueil doit s’organiser pour réussir l’intégration.
 
Notre histoire est faite d’accueil de réfugiés, qui ont  ensuite fait souche, et ont contribué à l’identité provençale. Mais cela ne s’est jamais fait sans soubresauts. L’arrivée des survivants Arméniens du génocide, voici près d’un siècle, n’a pas été facile pour eux. Mais qui pourrait imaginer la Provence sans leurs descendants, aujourd’hui ?
 
Nous avons tout à gagner, collectivement, demain, de la générosité montrée aujourd’hui.
 
Cet accueil, nécessaire, doit être un accompagnement des réfugiés. Les associations qui s’y attachent sur le terrain nous le disent : il y a des étapes ; proposons des logements provisoires, en petites unités, pour des populations restreintes accueillies au sein de villages ou de quartiers, où les principes de sociabilité des Provençaux pourront s’exprimer au mieux. Il faut de la bienveillance pour accueillir, facilitons en les conditions. Pensons dès à présent les étapes de l’intégration réussie des réfugiés que nous accueillons.
 
Facilitons les conditions de la générosité, cette composante de notre identité de Méditerranéens. Il faut rappeler que cette générosité était déjà inscrite dans la devise de la ville d’Aix avant que le fameux « liberté-égalité-fraternité » ne s’impose.
 
Les réactions d’un Front National qui, face à cette grande détresse, ne pense qu’en termes d’exclusion, de tri selon l’origine, me mettent dans une grande colère. Qui peut vouloir repousser celui qui se noie ?!
 
Au contraire accueillons les réfugiés, et revivifions ainsi notre tradition. La convivència est le fond de notre état de Provençaux, la notion qui nous a toujours permis de vivre ensemble, et de voir chaque immigration apporter sa pierre à notre société.
 
Nombre d’élus, comme moi, ont trouvé poignant, lundi dans l’hémicycle de la Région, que nous votions ainsi. Et, concrètement ce sont 3 millions d’€ qui seront dévolus. Mais aussi un cadre d’intervention qui sera mis en place, pour travailler avec les collectivités locales, comme pour soutenir les associations. Tout ceci, au fond, pour tout simplement, et véritablement, être nous-mêmes.
 
Bessai ren que pèr un còp siam fier d’estre d’aqui. E oblidem jamai qu’aquí es la Provença, Miegterrana. Aqui es lo monde, aqui siam lo monde e lo monde es aquí.

Mardi 15 Septembre 2015
Arvei Guerrera




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí aura soif en juin

Dison que...

Caminada de las Fiertats capitada a Rodés

Laurie Privat a suivi, en y participant, la marche des fiertés de Rodez. Elle témoigne donc de la langue occitane disant la diversité, totalement.

Photo Laurie Privat DR

Lo 21 de mai de 2022 èra marcat sus mon agenda dempuèi un brave moment. Èra lo jorn de la primièra marcha de las fiertats a Rodés, organizada per l’associacion Alertes.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.