Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Guiu Garnier, faiseur modeste et généreux

Le premier il avait organisé l'enseignement du provençal dans les Bouches-du-Rhône


Le président d’honneur de l’Association pour l’Enseignement de la Langue d’Oc était aussi un des correcteurs et soutiens d’Aquò d’Aquí. Il nous a quittés la semaine passée. Essayons d’évoquer cet homme courageux et bienveillant.



Guy Garnier
Guy Garnier
Régulièrement Guiu Garnier corrigeait les articles d’Aquò d’Aquí. Nous confiions à son expérience de  locuteur naturel et de pédagogue la plupart des « papiers » que nous voulions publier en provençal rhodanien. 

Il avait créé le système d'enseignement du provençal dans le premier degré des écoles des Bouches-du-Rhône

Voici ce que disaient ses courriers : « A Selon, l’ai entendut dire coma aquò ». Ou bien : « Guiu Martin m’aviá dich que se disiá coma aquò ». Ou encore : « l’escrivèm « am », maugrat la prononciacion  que tira sovent sus “em”. Ou enfin : untel « ditz aquò, mai en generau aviáu totjorn ausit aquí que se disiá coma aquò… »
 
Il avait entendu la langue dite ainsi, se référait autant au paysans entendus un demi-siècle auparavant qu’à l’attestation écrite d’un saberut, et admettait que, d’un lieu à un autre, les manières de dire changeaient.
 
Guiu Garnier savait d’expérience que le monde est diversité, et qu’il fallait respecter celle-ci. Petit garçon, dans l’entre-deux guerres, il entendait son instituteur se servir du provençal pour mieux apprendre le français. Il  dressait les oreilles quand les paysans et leur pratica échangeaient en langue régionale. Et il passait ses jeudis chez ses grands-parents, à Cornillon-Confoux, où il ne s’exprimait qu’en occitan.
 
Il en a tiré bien plus tard un court ouvrage d’initiation, à l’occitan, et aux épreuves symboliques de l’enfance, Un vilatjon quilhat sus son rocàs (ed. Aeloc, 2013).
 
Devenu enseignant, il verra du pays : la Drôme provençale, la Haute Corse, Marseille, et retour chez lui, dans ce pays salonais où l’attachaient les gens, leur langue, ses collègues, et l’arbre totem de sa vie, l’olivier.
 
Guiu Garnier, au début des années 1980, fut sollicité par des syndicalistes enseignants pour organiser un enseignement du provençal dans les écoles du premier degré, dans les Bouches-du-Rhône. Il s’entoura de gens qui, là encore, faisaient diversité : mistralien, classique…l’essentiel était que la langue, et les valeurs qu’elle transmet, passent dans le public scolaire.
 
Nous ne l’avons jamais connu autrement que comme une personnification de la gentillesse. Difficile d’imaginer homme moins agressif. Dans une société où beaucoup promènent leur ego devant eux en permanence, lui s’effaçait au profit de ses œuvres. Et celles-ci profitaient à beaucoup.
 
Il trouvait certainement bien plus de joie à faire et à partager qu’à faire savoir qu’il avait fait…Or, la modestie attire. Heureusement. Mais, dans le grand courant de la vie moderne, qui vous laisse si peu de temps pour couver d’essentielles amitiés, a-t-on vraiment pris le temps de s’intéresser à ce jeune vieil homme plein d’humour, respirant la joie de vivre, masquant toujours le courage qu’il mettait à marcher avec grande difficulté ?
 
Sur notre sollicitation, il avait accepté simplement de parler de son enfance, puis de son action d’enseignant et d’organisateur de l’enseignement de l’occitan. Mené en décembre dernier, cet entretien nous renseigne sur l’état du provençal dans la première moitié du XXè siècle. Mais aussi sur ce moment particulier du début des années 1980, où l’enseignement de la langue régionale devait prendre un certain essor.
 
Guiu Garnier en fut l’acteur. Pourquoi ? « parce que j’étais le seul inspecteur à parler la langue» nous avait-il dit.
 
Il oubliait de parler de sa faculté à entraîner son monde, avec bienveillance.
 
Laissons la parole à Christine, pour conclure ces quelques lignes. Cette institutrice a posté sur un réseau social internet qu’Aquò d’Aquí anime : «  Il nous a beaucoup appris, pas seulement sur la langue d'oc, mais aussi par son dévouement, sa façon toute simple de partager, d'être lui.. »
 
Ceux qui le veulent, ou qui le peuvent, viendront au crématorium d’Aix-les-Milles ce mercredi 28 mai à 15h30, pour être avec ses proches, et avec lui par l’esprit.
 
Guiu avait demandé que soit chanté Se Canta. A cette occasion c’est ce qui sera fait. Le texte de ce chant emblématique (un chant d’amour qui fait office d’hymne national, c’était bien de Guiu !) sera disponible pour les présents.
 
Tous les autres, parce qu’on ne peut pas toujours se libérer et qu’il l’aurait compris, peuvent aussi nous écrire quelques mots à son sujet. Nous les publierons.

Ils peuvent aussi utiliser plus simplement l'espace dédié aux commentaires ci-après.

Lundi 26 Mai 2014
Aquò d'Aquí


Tags : Guy Garnier



1.Posté par André FAURE le 29/05/2014 05:42
M'es arribat, mai d'un còp, de crosar lo Guiu Garnier a l'escasença d'un achamp. E chasque còp, parlaviam de çò que fasiau. Me demandava : "E l'Espaci Occitan coma marcha ?", "E la Calandreta, l-i son pron de pechons ?"
La Calandreta Gapiana, la sosteniá regularament... Que ne'n sia remerciat.
Adieu Guiu, sabo pas onte sias, mai, coma tant d'autres, perseguís de nos faire chantar lo "Se chanta" per nos bailar un pauc de còr au ventre per que poissiam istar sus la dralha dels ancians e dels bastisseires de l'Occitan.
Andrieu FAURE

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.