Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Rompedura

La nouvelle Assemblée Nationale verra entrer les députés RN comme jamais. Une rapide analyse sortie des urnes nous dit partiellement pourquoi : ils sont élus là où les ruraux n'en peuvent mais, là où ont socialement fui les déclassés des villes. Ce que montre ce scrutin c'est que la fracture sociale est aussi territoriale.

Amb la nòva Assemblada Nacionala, es ti que faudrà li vèire lo senhau d’un reviscolament de la gaucha, fòrça (tròp?) diversa, o la confirmacion que l’extrema drecha planta cavilha definitivament dins lo paisatge politic  ? O fins finala aqueleis eleccions aurián fa mòstra que lo desesper sociau assaja de trobar un solucion politica ?















            partager partager

Glaudi Barsòtti descava lei cants de la Comuna


MARSEILLE. Brève mais intense, la Commune de Marseille, au printemps 1871, a inspiré la créativité des chansonniers, mieux armés que les journalistes, contre la censure. Glaudi Barsotti a réuni ses textes, et les présente dans leur riche contexte révolutionnaire.



De l'anecdote aux grands mouvements de l'Histoire

Glaudi Barsòtti descava lei cants de la Comuna
« Son malaür, ve mi chagrina / Sabi que seràn nombrós, / crenhi qu’un jorn, la famina / fague de gròs malaürós. / bucharàn coma d’esclavas / E lo travalh que faràn, /Li rendrà ben pauc de cavas, / N’auràn pas per seis enfants ». Am’aqueu « An dich voai » lo cantaire et autor Luc Guillaume, naissut en 1832, rena còntra lo plebiscite de Napoleòn « lo pichon » en 1870. Aquel assai de l’emperor per faire avalisar son regime, devengut una briga mai liberau, èra combatut per la gaucha marselhèsa coma parisenca…E duerbava una pontannada revolucionaria essenciala per entendre tota l’istòria politica francèsa pèr un siècle.

Fa partida dau corpus de textes que presenta Glaudi Barsòtti amé son « Textes occitans de la Comuna de Marselha », ais edicions Latinoir , un editor qu’amerita d’èstre sostengut, bòrd qu’assaja de publicar, am’ un polit gaubi, son premier libre en occitan de Marselha.

Quauquei mes après la victòria dau « òc » pèr l’emperor, son regime s’espòutis, amé la desfacha de Sedan, on es capturat pèr lei Prussians.

De Saint-Trophime au grand train de l'Histoire

Pèr tant, la nòva tota joina Republica se bastís còntra son pòple, que vòu pas laissar l’armada estrangièra sus lo sòu francès. A Paris s’endraia la periòda revolucionaria qu’espincharà tota l’Euròpa, alòr qu’a Marselha comença una rebelien que s’espandirà dau 22 març au 4 d’abriu.
 
Breu moment, pasmens tant ric. 150 mòrts d’insurgits, 30 de sordats, e una canonada dei gròssas dau Fòrt Sant Micolau sus la Prefectura, que decapitarà l’estatua dau Sant-Trofima. Una anecdòta que pasmens farà cantar mai que d’un, la decapitacien prenènt valor de casuda dau regime politic.
 
Miquèu Capoduro (1836-1892) ne’n dirà ansin : « De tot ce qu’aviá pres leis armas / Per sostenir la libertat : / Se n’es mòrts, vèrsi ges de larmas / Car elei podiá v’avitar. /Mai planhi totjorn Sant Trofima, / A subit lo sòrt d’un coquin. / De la Bòna Mèra es victima »
 
Barsòtti pòrta un agach de tipe marxista sus l’istòria, coma son collèga Pèire Assante, que signa la prefàci. Li dona un biais de nos faire descubrir lei detalhs de l’Istòria coma part d’un grand movament politic, economic e sociau onte lei fachs de societat, coma lei biais de pensar, prenon sens.
 
Per lo descavament d’aquel occitan de Marselha preciós, populari, coma per lo precis d’una Istòria que Paris considèra jamai, es segur un libre a conselhar.
Edité par Jacques Aubergy, Glaudi Barsotti présentait sa "Comuna", dans un restaurant de la Rue Sainte à Marseille, samedi (photo MN)
Edité par Jacques Aubergy, Glaudi Barsotti présentait sa "Comuna", dans un restaurant de la Rue Sainte à Marseille, samedi (photo MN)

Jeudi 12 Avril 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d’Aquí aura soif en juin

Dison que...

Caminada de las Fiertats capitada a Rodés

Laurie Privat a suivi, en y participant, la marche des fiertés de Rodez. Elle témoigne donc de la langue occitane disant la diversité, totalement.

Photo Laurie Privat DR

Lo 21 de mai de 2022 èra marcat sus mon agenda dempuèi un brave moment. Èra lo jorn de la primièra marcha de las fiertats a Rodés, organizada per l’associacion Alertes.




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.