Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Glaudi Barsòtti descava lei cants de la Comuna


MARSEILLE. Brève mais intense, la Commune de Marseille, au printemps 1871, a inspiré la créativité des chansonniers, mieux armés que les journalistes, contre la censure. Glaudi Barsotti a réuni ses textes, et les présente dans leur riche contexte révolutionnaire.



De l'anecdote aux grands mouvements de l'Histoire

Glaudi Barsòtti descava lei cants de la Comuna
« Son malaür, ve mi chagrina / Sabi que seràn nombrós, / crenhi qu’un jorn, la famina / fague de gròs malaürós. / bucharàn coma d’esclavas / E lo travalh que faràn, /Li rendrà ben pauc de cavas, / N’auràn pas per seis enfants ». Am’aqueu « An dich voai » lo cantaire et autor Luc Guillaume, naissut en 1832, rena còntra lo plebiscite de Napoleòn « lo pichon » en 1870. Aquel assai de l’emperor per faire avalisar son regime, devengut una briga mai liberau, èra combatut per la gaucha marselhèsa coma parisenca…E duerbava una pontannada revolucionaria essenciala per entendre tota l’istòria politica francèsa pèr un siècle.

Fa partida dau corpus de textes que presenta Glaudi Barsòtti amé son « Textes occitans de la Comuna de Marselha », ais edicions Latinoir , un editor qu’amerita d’èstre sostengut, bòrd qu’assaja de publicar, am’ un polit gaubi, son premier libre en occitan de Marselha.

Quauquei mes après la victòria dau « òc » pèr l’emperor, son regime s’espòutis, amé la desfacha de Sedan, on es capturat pèr lei Prussians.

De Saint-Trophime au grand train de l'Histoire

Pèr tant, la nòva tota joina Republica se bastís còntra son pòple, que vòu pas laissar l’armada estrangièra sus lo sòu francès. A Paris s’endraia la periòda revolucionaria qu’espincharà tota l’Euròpa, alòr qu’a Marselha comença una rebelien que s’espandirà dau 22 març au 4 d’abriu.
 
Breu moment, pasmens tant ric. 150 mòrts d’insurgits, 30 de sordats, e una canonada dei gròssas dau Fòrt Sant Micolau sus la Prefectura, que decapitarà l’estatua dau Sant-Trofima. Una anecdòta que pasmens farà cantar mai que d’un, la decapitacien prenènt valor de casuda dau regime politic.
 
Miquèu Capoduro (1836-1892) ne’n dirà ansin : « De tot ce qu’aviá pres leis armas / Per sostenir la libertat : / Se n’es mòrts, vèrsi ges de larmas / Car elei podiá v’avitar. /Mai planhi totjorn Sant Trofima, / A subit lo sòrt d’un coquin. / De la Bòna Mèra es victima »
 
Barsòtti pòrta un agach de tipe marxista sus l’istòria, coma son collèga Pèire Assante, que signa la prefàci. Li dona un biais de nos faire descubrir lei detalhs de l’Istòria coma part d’un grand movament politic, economic e sociau onte lei fachs de societat, coma lei biais de pensar, prenon sens.
 
Per lo descavament d’aquel occitan de Marselha preciós, populari, coma per lo precis d’una Istòria que Paris considèra jamai, es segur un libre a conselhar.
Edité par Jacques Aubergy, Glaudi Barsotti présentait sa "Comuna", dans un restaurant de la Rue Sainte à Marseille, samedi (photo MN)
Edité par Jacques Aubergy, Glaudi Barsotti présentait sa "Comuna", dans un restaurant de la Rue Sainte à Marseille, samedi (photo MN)

Jeudi 12 Avril 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.