Aquò d'Aqui



Vous pouvez aussi désormais écouter certains articles !

En cliquant sur la pièce jointe du premier paragraphe des articles concernés, vous téléchargerez un fichier sonore, en fait le même article, mais lu à voix haute. L'initiative nous vient d'un constat : certains abonnés ont hélas une vue déficiente.

Voici un bon moment que nous y pensions; enregistrer certains articles et les proposer sur notre site web, faire entendre à celles et ceux qui souhaitent avoir la langue dans l'oreille, savoir comment on la prononce. Mais c'est un abonné de notre mensuel, devenu mal voyant, qui nous a incité à sauter le pas.














            partager partager

Ges d’azards


Bon ! SI vous vous risquez à parler notre langue régionale en public, au moins vous ne passez pas inaperçu…Et parfois, un petit miracle se produit ; vous n’étiez pas seul et vous avez libéré la parole de l’autre, voire des autres. Ça m’est arrivé pas plus tard que vendredi…Allez ! En voiture…



Ges d’azards
Coma sabètz, lei condicions fachas a Aquò d’Aquí nos fan obligacion d’èstre econòmes. Pas question de despensar lei donas de nòstreis abonats a la pompa d’esséncia. Adonc, tre que pòdi, es lo coveituratge que m’ajuda a vos rejónher, per un reportatge o per una enquista.

Mais vous parliez pas patois, là ?! Ah! vous m'avez donc compris?

E una dei platafòrmas màgers de coveituratge, sensa li voler faire de reclama, ditz ben que, premier, fau vos avisar que li agràdan ben lei bazarètas coma ieu.
 
Quàuqueis-uns va sàbon, au concors d’aqueu que charra lo mai, quand va vòli, es ben malaisat de me prene la plaça la mai auta sus lo pòdium de la chacha .
 
Segur qu’ai totjorn un peçugar de còr quand m’encolini dins una veitura desconeissuda. E se jamai m’impausèsson una discussion sus la politica, l’imigracion, Marselha que seriá una ciutat de maufatans , o lei caractèrs suspausats dau monde dau Miègjorn ? Qué pega que seriá, alòr !
 
Aquò dich jamai es arribat. Ai jamai encara agut que de bònei sospresas sus leis autorotas, am'aqueu sistèm.
 
E per anar a Niça vèire la Dictada, e aprofiechar de l’esperit de larguessa e de convivéncia d’una familha occitanista que se reconeisserà ben aquí, lo miracle s’es encara renovelat divendres passat.
 
A l’arrier de la Renault, amé vèsta e saquet sus lei cambas, me vaquí a costat d’un joine de dètz e vuech ans, esmartfòne a la man. Avèm parlat doás oras a-de-rèng de juecs vidèo. D’educar d’enfants vos ajuda ben am’aquela mena de charradissa …Ara sai tot sus WOW e League of legends… Me restariá qu’a li jogar, se lo servici d’Aquò d’Aquí m’aparava pas de virar nolife, come me ditz, lo joine.
 
Puei, alòr qu’aprochaviam de Niça me vaquí au telefonet per avisar mon ostessa. Moment de veritat, bòrd que se parlarèm pas francès. Tot d’un còup, silenci dins l’abitacle rotlent au calabrun …E lo menaire, puei, de me demandar : « avètz pas parlat patoés ailà ? » ;
  • ieu : « òc. L’auriáu pas dich com’aquò, mai l’avètz ben entendut » ;
  • eu : « alòr me fau vos laissar a Carràs, es aquò ? » ;
  • ieu – « segur, mai m’avètz entendut alòr ? » ;
  • eu – « Òuuuu ! sabètz, aièr encara èri sus lo  pontin per jogar la Pastorala »
L’i fasiá Jordan, aqueu que vòu pas mai d’ans…
 
La dòna qu’a son costat, despuei doás oras li parlava d’espurgacion deis aigas, se vira alòr d’esquina, per me dire, en francés : « Vos ai ben comprés, ieu, que parlaviatz coma mei grands, en Ardècha ».
 
Solet, lo joine, a costat, aviá jamai agut d’ocasions d’entendre la lenga.
 
Bilanç de l’operacion : sus quatre passatgiers, dos parlàvan provençau, una entendiá nòstre occitan, e un encara veniá d’aprendre qu’èra pas una lenga mòrta. Pas tant marrit au tablèu de caça, non ?
 
La seguida de la charradissa, s’alunhant de l’espurgacion deis aigas e dei platafòrmas virtualas de juecs, veniá de resquilhar devèrs la lenga que nos acampava, entre Ais e Niça. « Alòr parlam pas una lenga mòrta ?... »  « E non, mai belèu una lenga esconduda … » Lo concèpte li a agradat, me pensi. E ieu d’ajustar : « n’i a d’aquélei, d’azards !”
 
Mai lo menaire, filosòfe avisat, de me respondre : “ges d’azards, ren que de rendètz-vos! »
 
E, sabètz pas ? Crèsi ben qu’aquel òme a rason.

Escrich a la velocitat de l'ulhau, e enca'mai corregit 'mé l'ajuda de Reinat Toscanò

Dimanche 29 Janvier 2017
Michel Neumuller





1.Posté par Mazoyer Marineta le 01/02/2017 16:41
Siái segura qu'avètz rason! Ieu que fau de jornadas de libres, es de pas creire los escambis fruchoses que fasèm amb lo mond … que parlen o non la lenga. D'entendre e de comprene quauquas paraulas tafura totjorn lo mond e
se trachan lèu que la lenga es viva !
Ensajatz de metre vòstre respondor tel en lenga, veiretz lo molon de mond que son contents de vos respondre … en francés mas tanben en òc…
Moralitat : Cal pas mancar tota escasença de faire chancir la lenga!

2.Posté par Joan Francés Blanc le 06/02/2017 12:48
Me sovene d'un passatge au Salon du Livre de París, fa quauqueis annadas. Au banquet "Prouvençau" (leis avis daus "collectivistas") comence de charrar ambe lo tipe. Adapte mon parlar: fau las èrras cacuminalas, arrèste de prononciar lei finalas. Charram vint bonas minutas de literatura, d'ensenhament... Fenís per me dire que "parle ben lo provençau". Fau veire seis uelhs quand li respondi que siau lengadocian, e que parle occitan ;)

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí prolonge l'été

Notre numéro de septembre-octobre arrive. Abonnez-vous vite !

Tant qu'il est là, vous disposez d'un média public et votre langue n'est pas morte...
Notre numéro 355 sera chez ses abonnés dans une petite semaine au plus. Vous y trouverez des enquêtes et reportages, entretiens et chroniques, dont 70% en occitan de diverses variétés et un glossaire pour aider celles et ceux qui apprennent ou récupèrent leur langue !

20/09/2023

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.


Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.