Vos dons sont notre carburant

Depuis un an, 138 de nos abonnés, qu’ils viennent à Aquò d’Aquí, ou qu’ils y reviennent, nous gratifient d’un don. Modeste ou moins modeste, celui-ci contribue à nous éviter des déboires financiers…Et donc à assurer notre indépendance, pour vous, lecteurs.

En septembre dernier vingt parmi les abonnés qui nous ont renouvelé leur confiance, ont apporté à Aquò d’Aqui 395€ qui n’étaient tout simplement pas prévus. Un don de 5€, un chèque de 75€, et entre les deux une majorité de nos lecteurs qui ajoutent quelques 15 à 30€ au moment de libeller leur chèque ou – depuis quelques mois – d’ajouter une somme dont ils choisissent le montant aux 25€ de notre abonnement en ligne.






            partager partager

Estivada, Vingtième


Les estrades sont démontées, les artistes repartis, reste cet enthousiasme qui, pendant un an, va soulever les participants de l’Estivada de Rodez. Parmi eux, Pèire Combe a représenté notre journal en juillet. Il nous livre ses impressions. Or, impressionné, il l’a été.



Pèire Combe
Pèire Combe
On y va une fois, on y retourne. L’Estivada c’est une ambiance tellement intime qu’on se sent chez soi.
 
Une semaine dans l’année les Occitans et frères catalans créent un village, emblématique de nos espérances en matière de langue et de culture.
 
Dans la ville de Rodez même engouement ; l’Estivada (souvent prononcée à la française) attire, plutôt le soir, dans le « Restò », et dans les concerts des cohortes de Ruthénois (les habitants du pays de Rodez) et leurs voisins, parfois interrogatifs sur le sens de cette manifestation.
 
Ils sont toutefois fiers d’être pour quelques jours le centre de l’Occitanie, comme s’ils formaient un petit Etat indépendant. Les discussions vont bon train.
 
Si l’évènement du jour se déroule en fait le soir, avec de méga concerts où l’on est époustouflé d’entendre la foule entière reprendre un refrain de Joan de Nadau, connu par cœur (les Ruthénois l’adorent), la journée offre des conférences, du théâtre, poésies, ou concerts plus intimistes. Voilà un filage intellectuel enrichissant.

Aquò d’Aquí, qu’es aquò ?

Crestian Bezet, dau Magò d'en Castèu. Les Niçois en visite au stand du Cirdoc (photo PC)
Crestian Bezet, dau Magò d'en Castèu. Les Niçois en visite au stand du Cirdoc (photo PC)
Et puis les paysages, villages alentours, sites classés par leur beauté, leur rareté ou leur histoire permettent de fraîches évasions. Car à Bouran (lieu du festival) la canicule frappe.

Peut-être plus pour longtemps. Il parait en effet que, l’année prochaine, la manifestation retournerait en centre-ville. En tout cas voilà un coin d’Occitanie à découvrir.
 
Présenter Aquò d’Aquí, dans ce contexte, ce fut un plaisir. Surtout qu’avec les bénévoles, que nous remercions chaleureusement , nous avons eu le sentiment d’apporter la « bonne nouvelle » dans un lieu où notre journal provençal n’est pas encore bien connu, même si nous y avons des fidèles.

Nous étions fiers de l’intérêt qu’on nous a porté, et les discussions suscitées ont été passionnantes. 

Bien sûr il y a eu les concerts

800 journaux ne tarderont pas à trouver lecteur...(photo PC)
800 journaux ne tarderont pas à trouver lecteur...(photo PC)
Le Grand Manitou de ce 20ème anniversaire, ce  fut Sergio Berardo / Lou Dalfin et ses invités.  Le concert de 3 heures qu’il a donné avec son groupe (dont sa talentueuse et belle violoniste) s’imprimera dans les mémoires. Papet J (Massilia Sound Systèm), Lo Còr de la Plana, Joan de Nadau, Mascarimiri, Andrèu Ricròs, eths Clarins e Bohas (Bibone, Darmani, Matta, Rouch)…que du beau monde ! Imaginez ce que fut le « Se Canta » final !
 
Autre soir, autre groupe, autre style : du lourd ! avec Obrint Pas. Si un jour nous avons besoin de défendre nos couleurs et cultures avec force, appelons-les. Promoteur de leur Catalogne – Païs Valencian, subtilement engagés, ils n’ont eu de cesse de défendre et mettre en avant l’Occitanie. Chapeau les cousins !
 
Pas mal de groupes catalans, comme  des Valadas se sont engagés dans la dralha de Sergio. Disons-le, ces occitans transalpins sont hyper productifs en groupes de qualité.
 
De vrais prosélytes sans le savoir avec ça ! Grâce à leur entrain, tout plein de jeunes qui viennent le soir pour les concerts repartent sensibilisés, peints aux couleurs rouge et jaune (!) en fredonnant le « Se Canta ».

Un brin de politique au milieu des chanteurs

Quand l’évènement attire le public, la politique s’en mêle toujours. On a ainsi assisté à  la venue de Jean-Pierre Bel, le Président du Sénat, déjà en tête de la grande manifestation pour l’occitan à Toulouse en mars 2012.  Et bien, il a « presque » promis que la charte européenne des langues minoritaires serait signée. Comptez sur nous pour exercer un droit de suite.
 
Enfin, et bien que l’Estivada soit un moment de brassage interrégional, soyons un chouia infra régionailistes…Je n’ai pas pu m’empêcher d’aller faire un petit détour par le stand du CIRDOC.

Le vendredi soir il recevait une délégation de Niçois : Jean-Luc Gag (le directeur du théâtre F.Gag), Christian Bezet (Lo Mago d’En Castèu), Patrice Arnaudo, Pascal Coletta et les joueurs de Morra / Mourra nous y ont apporté un parfum d’enthousiasme qui sera persistant, jusqu’en juillet 2014.
 
Car, c’est sûr, l’an que ven l’i tornarai.
Lou Dalfin et ses voisins, copains, pour un boeuf géant et un Se canta monumental (photo PC)
Lou Dalfin et ses voisins, copains, pour un boeuf géant et un Se canta monumental (photo PC)

Jeudi 1 Août 2013
Pèire Combe




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Laisser la ville aux aménageurs ou donner le pouvoir aux habitants ?
Dison que...

"Des gens qui décident de ne plus suivre"

LA CIOTAT. Frédéric est occitaniste, acteur engagé de la vie locale, pas chômeur, pas retraité dans la gêne, mais impliqué dans la société. Le voici revêtant le fameux gilet, et il nous livre en vrac son ressenti.

Le FN, ou son prolongement le Rassemblement National noyautait-il et récupèrerait-il vraiment ce mouvement des Gilets Jaunes ? Moi je soutenais l’idée de justice sociale qui s’affirmait dans cette protestation de terrain. Le mieux était donc d’aller voir sur place. Et me voici au péage, sortie de La Ciotat.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.