Aquò d'Aqui


            partager partager

Es sus la Talvera qu'es la ...reinardiera


Après Molière occitan, le Creo de la Talvera s'attaque à un monument de la littérature française...ou romane.



Es sus la Talvera qu'es la ...reinardiera
L’occitanisme parisien est vif, et le Creo de la Talvera, qui se voue à l’enseignement de notre langue hors des Académies de son aire historique, livre régulièrement des ouvrages d’études en occitan et en français. Ce qui ne gâche rien c’est qu’il s’agit aussi de belles éditions, confiées à Lambert-Lucas.
 
A l’automne dernier, ainsi déjà avec deux ouvrages identiques, l’un en occitan, l’autre en français, Claude Assemat avait dévoilé un Molière l’Occitan qui dévoilait les œuvres en langue d’oc de monsieur Poquelin.
 
Sus las pesadas de Rainal, que coordonne Claudi Assemat, tente, lui, un cheminement linguistique roman sur les traces du Roman de Renard, dans le but avoué d’aider les enseignants à expliquer le continuum des langues romanes. Nous savons que l’occitan serait un chaînon manquant s’il venait à disparaître ; et l’aider à vivre en l’instituant objet d’étude, autant que langue véhiculaire, contribue à nous le garder, à travers de beaux travaux.
 
Et en suivant Renard, du latin volpe au portuguais raposa, en passant par le catalan guineu, nous faisons connaissance avec l’origine des mots…Quand notre occitan vient, un peu, de l’allemand ancien…
 
Avec Renard, l’intercompréhension doit donc progresser en rusant , notre connaissance des fondements de la fable majeure du moyen-âge occitan aussi.
Un livre en occitan, le même en français, 12€ chacun, 48p. lotalverol@hotmail.fr 

Mercredi 10 Mai 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.