Aquò d'Aqui


            partager partager

Du bout des lèvres


Le Conseil Constitutionnel ne pourrait plus, avec la belle constance qui le caractérisait, empêcher l'Union Européenne de dire à la France quand elle maltraite ses langues régionales.



Du bout des lèvres
Ainsi, au final d’une journée très riche (la conférence fleuve du président de la République, le débat parlementaire sur le devenir de l’agriculture en France), la Commission des lois de l’Assemblée Nationale a adopté une proposition de loi constitutionnelle autorisant la République à « ratifier la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires ».

Elle l'a fait du bout des lèvres, car dans le même mouvement, elle a précisé que cette charte ne donnait aucun droit particulier aux groupes (par exemple l’ensemble des locuteurs de langue d’oc). Ça tombe bien, ils n’en demandaient pas.
 
En revanche, ce qu’ils demandent c’est que leurs langues s’inscrivent dans l’univers du droit, qu’ainsi elles soient enseignées et non plus soumises au bon vouloir d’un recteur ou d’un chef d’établissement.
 
Les usagers continueront à s’adresser à leurs administrations en français.
 
Et le tout nouvel article 53-3 de la Constitution du Peuple Français poserait que, dans l’exercice d’une mission de service public, c’est encore le français qui s’imposera.
 
En revanche, l’Union Européenne serait autorisée à examiner comment les autorités françaises appliquent la dite charte.
 
Des manquements de la France en ce domaine, les citoyens pourraient se plaindre à l’Union. Cela seul implique une révolution des mentalités. On s’en apercevra dès que, et soyons certains que cela arrivera, nos responsables d’administrations évacueront d’un simple geste les attentes nées de la signature de la Charte.
 
En tout cas, désormais, le Conseil Constitutionnel, comme le Conseil d'Etat, ne devraient plus pouvoir s’opposer aussi simplement aux textes qui promeuvent les langues régionales en France.
 
Cela seul aurait déjà été positif.

Nous verrons, le 22 janvier prochain, quel sort réserveront nos députés a la proposition qu'ils seront amenés à discuter. Nous verrons en particulier qui sont ceux qui chercheront à durcir ce texte pour le vider de substance.

Soyons sûrs que nous en trouverons.

A voir également la séance de la commission des lois

Mercredi 15 Janvier 2014
Michel Neumuller



Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.