Aquò d'Aqui

Quelques proverbes de Novembre

Relatifs au mois de novembre, ils nous parlent d'un temps d'avant le réchauffement climatique, d'évidence...

Òme de novembre es de bòna fusta
femna de novembre laissa que tabusta


(homme né en novembre sera de bon bois
femme née en novembre sera suractive)

in De qué farà aquel temps ?
(Petit précis de météorologie populaire occitane)
Pierre Mazodier - Marpoc

Per San Martin,
Boucho toun vin
Mette toun chàu dedin.


(Pour Saint Martin
bouche ton vin
et enferme ton chou)

in  Proverbes et dictons des Hautes-Alpes et de l'Ubaye 
éditions du Roc












            partager partager

Déchéance démocratique




Dans un projet de Loi dont le journal Le Monde prête l’intention au gouvernement socialiste, l’essentiel des mesures de restrictions des libertés qu’entraîne l’état d’urgence serait intégré au code pénal français.
 
Le juge, c’en est l’idée principale, s’effacerait devant le policier. 

Et si le peuple de France ne correspond plus demain à l'image que s'en font ses dirigeants, faudra t-il le déchoir de sa nationalité?

Or, quand la Justice laisse le pouvoir à la police, la démocratie perd du terrain. Elle devient « démocrature ». C’est ce qui nous guette.
 
L’évènement signerait une belle victoire morale des terroristes islamo fascistes contre lesquels l’Etat est sensé lutter. Je devine déjà leur propagande : "voilà donc ce qu'est votre fameuse démocratie!"
 
Pour une démocratie vieille de deux siècles, on peut dire qu’elle n’est pas si durable que ça pour répondre aux préoccupations sécuritaires d’une aussi piètre manière.
 
Déjà elle prétend dire, bientôt, qui est ou n’est pas Français. La déviance ne pouvant être le produit d’une France pure et nette, il suffirait de déchoir de la nationalité française le déviant pour que le pays retrouve sa pureté. C’est l’idée.
 
La boîte de Pandore ainsi ouverte, on pourra demain déchoir de sa qualité de Français toute personne qui ne correspond pas aux fantasmes de nos dirigeants. Ces derniers ne seront jamais en cause, il suffira d’écarter de la communauté nationale toute personne qui dérange.
 
Quand la Constitution le permettra, c’est la Loi qui déterminera qui peut ou ne peut plus être considéré comme Français.
 
Imaginez un instant que, défendant sur le territoire français une langue qui n’est pas le français, vous deveniez demain un français suspect à ce titre ?
 
Ne voit-on pas très vite à quels égarements conduirait cette logique ?
 
Allons au bout de celle-ci. Si le peuple français ne correspond plus à l’idée que s’en font ses dirigeants, pourquoi ne pas le déclarer non-Français ?

Mercredi 6 Janvier 2016
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
Dans Aquò d'Aquí de novembre
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.