Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Déchéance démocratique




Dans un projet de Loi dont le journal Le Monde prête l’intention au gouvernement socialiste, l’essentiel des mesures de restrictions des libertés qu’entraîne l’état d’urgence serait intégré au code pénal français.
 
Le juge, c’en est l’idée principale, s’effacerait devant le policier. 

Et si le peuple de France ne correspond plus demain à l'image que s'en font ses dirigeants, faudra t-il le déchoir de sa nationalité?

Or, quand la Justice laisse le pouvoir à la police, la démocratie perd du terrain. Elle devient « démocrature ». C’est ce qui nous guette.
 
L’évènement signerait une belle victoire morale des terroristes islamo fascistes contre lesquels l’Etat est sensé lutter. Je devine déjà leur propagande : "voilà donc ce qu'est votre fameuse démocratie!"
 
Pour une démocratie vieille de deux siècles, on peut dire qu’elle n’est pas si durable que ça pour répondre aux préoccupations sécuritaires d’une aussi piètre manière.
 
Déjà elle prétend dire, bientôt, qui est ou n’est pas Français. La déviance ne pouvant être le produit d’une France pure et nette, il suffirait de déchoir de la nationalité française le déviant pour que le pays retrouve sa pureté. C’est l’idée.
 
La boîte de Pandore ainsi ouverte, on pourra demain déchoir de sa qualité de Français toute personne qui ne correspond pas aux fantasmes de nos dirigeants. Ces derniers ne seront jamais en cause, il suffira d’écarter de la communauté nationale toute personne qui dérange.
 
Quand la Constitution le permettra, c’est la Loi qui déterminera qui peut ou ne peut plus être considéré comme Français.
 
Imaginez un instant que, défendant sur le territoire français une langue qui n’est pas le français, vous deveniez demain un français suspect à ce titre ?
 
Ne voit-on pas très vite à quels égarements conduirait cette logique ?
 
Allons au bout de celle-ci. Si le peuple français ne correspond plus à l’idée que s’en font ses dirigeants, pourquoi ne pas le déclarer non-Français ?

Mercredi 6 Janvier 2016
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí en décembre... c'est le moment où jamais de le sauver !

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.