Aquò d'Aqui



Pour votre journal c’est l’heure de vérité !

Assurer la succession de notre journaliste, faire plus et mieux pour vous proposer en occitan des contenus d’actualité de qualité, cela ne peut se faire sans votre aide. Et nous nous refusons à l’alternative de sa disparition. Nous pouvons compter sur vous ?

La langue occitane pour dire la société, c’est indispensable et les lecteurs d’Aquò d’Aquí en sont persuadés qui, non seulement s’abonnent à notre revue désormais bimensuelle, mais qui encore lui donnent le coup de pouce financier nécessaire quand nous le leur demandons.

 

Ils savent pourquoi ! Le prix de la revue ainsi reste bas, aussi grâce à eux retraités comme étudiants peuvent avoir accès à nos contenus, s’imprégner des valeurs occitanes, celles du respect réel de la diversité. Avec eux, la langue dira tout cela publiquement à une nouvelle génération.

 

Notre langue supposée morte par les croque morts hexagonaux respire encore grâce à vous.

 








Les articles les plus commentés







            partager partager

Dau plaser de marchar sensa veituras


Tout d’un coup, la loi El-Khomri nous a valu des villes presque sans autos. C’est pas cool pour aller travailler, bien sûr. Mais si on en profitait pour respirer.



Es pas de crèire ! de l’autre costat de ma fenèstra, la carrièra d’acostuma tant frequentada es quasi silenciosa. Siam passats d’una veitura per segonda a cinc per minutas. 

De monde pèr trepadors, de carrièras quasi sensa veituras, de paumons qu'an de plaser a respirar...

Pèr l’operacien dau Sant-Khomri, l’èr tant cargat de son sofre e de sei oxides d’azòte, tot d’un còp rend plus que lo perfum de la peresina dei pins que créissan, un pauc malauts lei paures, sus lo trepador.
 
Lei jaças pretolièras de Lavera èron  barradas per lei sindicats, e la policia que leis a cochat de matin aqueu dimars, a ganhat que tre ara, plus una gota de petròli rafinat passarà a la pompa.
 
Coma aviáu besonh de faire quauquei resèrvas (sabem jamai, qué !) me siáu encaminat fin qu’a la supereta dau quartier per me crompar iògorts e pastas. Sus lo trepador onte crosavi encara divèndres que de monde rara e cochós, ai rescontrat tota una tropa de maires qu’anava a l’escòla cercar sei pichons. Au parcament de l’escòla, tres veituras, pas mai, onte son d’acostuma vint.
 
Coma ai telefonat an’una estacada de pressa, li ai demandat : « e coma fas, tu ? » Responsa : « còveituratge, segur ! meme que se siam dichs qu’après la cauma, benleu que seriá pas tant complicat de s’organisar per contunhar ». Resta en vila, aquela, e trabalha a la campanha.
 
Lo Jaque, qu’eu resta dins un vilatge ont’a chausit de viure fa vint ans, e que deu s’entornar trabalhar en vila chasque jorn, segur que li sembla pas tant agradiva, la jornada sensa bruch ni pollucien. Mai en veritat, am’un velò, benleu que podriá…Non, pas lo Jaque, pas encara, li faudrà mai que d’una cauma. Mai deman benleu…
 
Coma eu tot plen de monde que lei cònses an laissat bastir de’n pertot, ara passa son temps dins la veitura. E de veituras, ne’n vesi totjorn que mai, a tota ora dau jorn, onte que siegue.
 
Un còp qu’ai telefonat a Air Paca, que nos susvelha la qualitat de l’èr, me disi que, òc, podem mai respirar. Vos dirai que, avans l’estiu, aurem lei resultats d’una gròssa enquista de l’Institut de Susvelhança Sanitàri en França. E ja, sai que nos diràn que l’èr polluit tua mai que ce que podiam imaginar. Tot plen de poussas finetas segur intran dins lei paumons, mai tanben passan fin qu’au còr.
 
Alòr, segur, podem romegar còntra la CGT que bloca l’economia (e que fai cagar lo Jaque, paure !), mai levat que lei joineis emplegats de deman seràn benleu pas tant d’agneus davant lo lop emplegaire, tre uei, nos fa baissar lo deficit de l’Assegurança Sociala, e nos fa auçar lo plaser de marchar dins de carrièras sens tant de bruch nimai d’èr cargat.
 
Durarà pas ; alòr, a vòstrei paumons, lèsts, respiratz !

Mercredi 25 Mai 2016
Renat Mine




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Notre numéro de février mars

Aquò d'Aquí c'est d'abord un magazine d'actualité sociétale sur 28 pages sans publicités, et s'y abonner c'est disposer d'un média engagé pour la langue occitane dans sa diversité dialectale pour dire la société.

Ce numéro d'hiver vous propose bien entendu une évocation du poète et globe trotter Roland Pécout, de son histoire personnelle et de cette originalité qui a consisté pour l'essentiel à aller à la rencontre de l'autre (Afghanistan, Scandinavie, Amérique latine...) pour comprendre qui l'on était. L'homme et l'intellectuel avait plusieurs dimensions, dont l'analyse historique et littéraire d'oc n'était pas la moindre. Mais nous avons choisi de l'évoquer avec l'écrivaine et chercheuse Danielle Julien.

 

03/02/2024

Dison que...

Robert Lafont cet intellectuel qui occupa le terrain social pour une renaissance occitane

A ne pas manquer !

AIX-EN-PROVENCE. Le colloque du 14 octobre ouvre large l'éventail des domaines d'intervention d'un humaniste dont l'œuvre incontournable a généré et accompagné le second risorgimento de la conscience d'oc.

Robert Lafont fut l'artisan principal du second risorgimento de la langue d'oc. Mistral avait lié le premier à la production d'œuvres littéraires prestigieuses et à l'unité latine, Lafont, avant et après 1968 associa ce second regain à la critique coloniale et à la situation sociale comme à une relecture de l'histoire. Pour autant son œuvre littéraire et théorique, riche et diverse, marque encore tous les domaines de la création d'òc. 

 



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.