Glaudi Bressand nous a quitté

Il était habitué des stages d'occitan estivaux, durant lesquels il pratiquait son activité de prédilection : l'écoute des autres.

Glaudi Bressand  nous a quitté
Glaudi Bressand s’est simplement affaissé lors d’une cueillette en montagne le 30 juillet dernier, et ne s’est plus relevé. Il avait 72 ans. 






            partager partager

Chaple a Prads


Entre blagues pourries et ameublement du vide informationnel , le grand absent du paysage médiatique, près du Vernet, ce 24 mars, c'étaient les gens qui ont une connaissance intime du pays.



L'airbus de Germanwings a tombat sus de robinas de la comuna de Prads, entre Dinha e Barcelona (Barcelonnette).

Lo biais lo mai aisat per si rèndre sus lo luec dau chaple ente 150 personas an perdut la vida, es d'anar en partènt dau Vernet em'un 4X4 au pas de Mariaud e d'aquì caminar vint minutas sus de marridei dralhas.
Chaple a Prads

Le rôle et la manière de travailler des chaînes d'informations doivent changer

Es l'enfant de Maurici Lombard que va diguèt lo lendeman de matin sus l'antena de RMC a JJ Bourdin. Lei Lombards sabon de que parlon.

Menon sei vacas e sei fedas pasturar sota aquelei robinas. Frequènti la bastida Lombard dempuei mai de quaranta ans e conoissi un pauc lo ròdo.

Guton, l'ainat dei fraires Lombard, mi li avié menat. Gaire de quartiers dins leis Aups son tant esconduts, tant aluenchats dei rotas e dei GR dei caminaires.
 
De colhonadas se n'es dichas sus lei cadenas d'infò tota la santa jornada. Sus una s'es afortit tota la vesprada que Meolans era lo vilagi lo mai pròche.

Perqué Meolans, vesin de Barcelona, au mens a 30 qms au nòrd dau luec de l'acidènt? Vai comprendre. L'error es umana, si pòu concebre.

Mai restar enganat doas, tres, quatre oras de tèmps sènsa que degun bolegue de l'equipa dei jornalistas de la cadena, aquò mi tafura.

Lei gendarmas èron renduts sus lo luec en alicotère miech ora après la casuda, mai aquò BFM e ITele v'an pas sachut e an afortit que degun encara avié trovat lo dich luec.

An tapat puei coma an poscut lo vueje de l'informacien emé d'imagis aerians deis Aups clafits de nèu... Lo ròle e lo travalh dei cadenas d'informacien duvon chanjar.

Si pòu pas continuar ensin. Lei jorns d'auvaris fan de lònga lei memei cagadas, emé de "directs" vueges de sèns e paurei d'informaciens.
 
Un umorista en pana d'ispiracien a mandat sus la tela, una ora pas mai passat lo drama, una blaga sinistra mesclant lo chaple d'aquel airbus e aqueu deis alicotères dau filmagi de TF1 en Argentina.

Lo drech de galejar a prepaus de tot, de si garçar de tot e de totei, a menat dins aquela androna de la vergonha e de l'indecènci.

"L' esprit Charlie est mort" diguèt l'umorista quora s'aviset que sa blaga fasié rire degun e bramar fòrça monde… Se l'esprit Charlie es aquò, que si pèrde, mi pènsi.
 
Francés Balique, lo cònso dau Vernet, a aculhit lei familhas dei mòrts de l'airbus, au mai pròche dau luec dau drama. Èra una pichòta ajuda per aquelei que duvon viure un tau dòu.
 

Mardi 31 Mars 2015
Andrieu Abbe




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Dans l'Aquò d'Aquí de rentrée : la montagne de l'économie de proximité
Dison que...

Quand lei French Lovers èron occitans

Evoquons deux acteurs occitans qui ont marqué le cinéma américain.

Sieu un cinefile d’avans leis anadas 2000, ai mai vist fa gaire a la telé «  Parìs brula ti »  ? (1966) de René Clément pèr lo cinquième còp. Lei stars dei doas ribas de l’Atlantica li son en abonde, aquò pòrta tòrt a l’intensitat dramatica dau filme, mai lo publique revés seis idòlas emé plesir. 
Quand lei French Lovers èron occitans


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.