Soutenez Aquò d'Aquí

Durer! Pour vous assurer cette information d'actualité dans notre langue malmenée, garder solide le fil qui nous relie à la génération montante, que nous ne voulons pas acculturée. C'est le sens de nos appels au soutien, chers lecteurs.


Nous ne sommes pas optimistes.

Vous le voyez, nous vivons dans un monde de plus en plus univoque. Une seule parole politique, une seule solution, une seule voie...Les alternatives en politique se racornissent. La pensée unique est ultralibérale et franco-française.

Quelle place pour nos langues régionales dans ce retrécissement de la pensée, du futur?


 
Soutenez Aquò d'Aquí






            partager partager

Ce qu'ils attendent du colloque marseillais d'Anem Òc


PROVENCE ALPES COTE D'AZUR. « Rendez-nous visibles et soyez visibles ». C’est le message que nos interlocuteurs, acteurs associatifs de terrain, envoient aux autorités régionales de Paca à l’occasion d’un colloque majeur qui s’ouvre samedi 30 novembre 2013 à Marseille. Plus d’interrégionalité pour une politique régionale active pour la langue régionale, c’est aussi la demande qu’ils expriment.



Nos interlocuteurs, au sein d'un secteur associatif riche et actif, demandent une politique régionale "dynamisante" et une coordination interrégionale (photo MN)
Nos interlocuteurs, au sein d'un secteur associatif riche et actif, demandent une politique régionale "dynamisante" et une coordination interrégionale (photo MN)
« Franchement je ne suis pas d’accord pour qu’on range la langue d’oc au rayon patrimoine, ni pour ne la rencontrer qu’au musée ! Je la pratique régulièrement en société et elle est pour moi un vivant vecteur de modernité, qui participe du changement auquel nous contraint la crise mondiale. L’occitan, ce sont des valeurs, du sens, pour l’avenir, et j’attends donc de ce colloque qu’il la rende visible, qu’il rende visibles ceux qui la portent ».
 
Claude Holyst, qui nous lâche d’un trait ce qu’il pense, n’est pas un responsable d’association régionale, mais un acteur du développement régional. Il assistera samedi au colloque marseillais sur la place de l’occitan en Provence Alpes Côte d’Azur. Mais il a, pour une agence régionale, organisé voici un an un autre colloque : culture et développement durable, où il a beaucoup été question de la langue régionale.

"S'entendre entre régions et rendre plus visible notre travail"

Eliane Tourtet, à Gap : " évitons d'être à la traîne des autres régions, travaillons plutôt avec elles" (photo MN)
Eliane Tourtet, à Gap : " évitons d'être à la traîne des autres régions, travaillons plutôt avec elles" (photo MN)
Etre enfin visibles ! C’est aussi le leitmotiv d’Eliane Tourtet. Depuis longtemps cette journaliste de télévision est un pilier actif de la Librairie Occitane de Gap. « Disons-le, nous sommes à la traîne en Provence Alpes Cote d’Azur, et c’est dommage ! Les autres régions savent s’entendre, et de Lyon à Bordeaux travaillent ensemble. Paca devrait aussi être reconnue comme Région agissant pour que l’occitan soit mieux exposé. Or, c’est avec les autres régions de langue d’oc que nous y arriverons le mieux. »
 
Eliane Tourtet considère le travail fait chez les voisins de Rhône Alpes. « L’identité chez eux c’est plus compliqué que chez nous, c’est l’industrie plus que la culture qui les a réuni. Et pourtant il faut voir comment ils savent créer du liant en favorisant leurs langues régionales. Ce serait plus facile pour nous, et on a le sentiment que c’est ici qu’on en fait le moins ».

"Dynamisez nos initiatives"

Bernard Vaton, à Orange : "La Région pourrait coordonner les initiatives" (photo MN)
Bernard Vaton, à Orange : "La Région pourrait coordonner les initiatives" (photo MN)
Les promoteurs de la langue régionale ont-ils une tendance marquée à l’autoflagellation ? Ou sont-ils bien informés des efforts  qui, à Bordeaux, Rennes ou Toulouse, conduisent les conseils régionaux à lancer des politiques coordonées en faveur de leur langue régionale ?
 
C’est ce qu’appelle de ses vœux Bernard Vaton, fondateur de la Calandreta d’Orange, et responsable de Ben Leu,une association qui collecte les moyens de financer l’animation en langue régionale autour de cette commune du Nord Vaucluse. « La Région devrait rendre plus efficace le travail de multiples associations qui oeuvrent pour rendre plus visible et mieux partagée notre langue régionale. Bref, on lui demande de dynamiser toutes ces initiatives ».
 
Pour lui la première fonction du colloque qu’organise Anem Òc sera de mettre en relation des responsables associatifs de terrain entre eux et avec les élus et chargés de mission de Paca, afin que tous prennent conscience de la force collective qu’ils représentent.

"Faites nous voir ce qui a été rendu possible ailleurs"

JP Baquié, à Nice : "J'espère du concret, en matière de politique transrégionale, pour aller de l'avant" (photo MN)
JP Baquié, à Nice : "J'espère du concret, en matière de politique transrégionale, pour aller de l'avant" (photo MN)
« Mais il est important aussi que ceux qui ont agi dans d’autres régions montrent l’étendue des possibles aux responsables de la nôtre. Pour l’avenir c’est même plus qu’important ».
 
En Bretagne c’est un Office de la Langue qui dynamise les politiques en optimisant un budget tout de même bien supérieur au Million d’€uros. Et les promoteurs de la langue bretonne passent bien moins de temps que les Provençaux à se tirer dans les jambes les uns les autres en essayant de réduire à néant le travail de l'autre, d’abord considéré comme concurrent.
 
C’est d'un type de relations efficace et du système qui le rend possible que les acteurs de Paca voudront entendre parler, grâce à de nombreux responsables de Midi Pyrénées, Aquitaine, Rhône Alpes ou Bretagne invités par les organisateurs.

"Il nous faut des outils de qualité pour donner envie au public"

Didier Maurel : "Pouvoir créer des outils d'animation directement en Provence" (photo MN)
Didier Maurel : "Pouvoir créer des outils d'animation directement en Provence" (photo MN)
« C’est que nous avons besoin maintenant d’une réflexion sur la qualité de l’aide apportée à ces acteurs de terrain » nous dit Didier Maurel. Ce professeur de provençal propose actuellement une exposition dans un lycée aixois où il enseigne. « J’ai dû aller la chercher à Béziers, au Cirdoc ! Il faut savoir faire de la route pour trouver ce qu’on demande» ironise-t-il.
 
Certes le centre de documentation occitane de Béziers a vocation interrégionale, mais « pourquoi ne pas faire travailler des metteurs en scène de qualité sur ce type de produits, directement chez nous ? »
 
Le colloque auquel il assistera refusera du monde, pour raison de sécurité. Il attend déjà un public de 300 personnes dans les locaux de Marseille Provence Métropole, à Marseille. « Ça nous montre la hauteur de l’enjeu. Il y a une demande véritable pour une politique dynamique et cohérente en faveur de la langue d’oc chez nous. Comment les responsables vont-ils accueillir cette vitalité, comment éviteront-ils qu’elle ne s’essouffle ? » questionne Pierre Costa, un trentenaire toulonnais qui porte actuellement un projet de Calandreta.

"On doit coordonner notre action régionale avec celle des autres régions de langue d'oc"

JL Racouchot à l'Isle/Sorgue : "nous aurions besoin d'une politique transrégionale en faveur de la langue d'oc" (photo XDR)
JL Racouchot à l'Isle/Sorgue : "nous aurions besoin d'une politique transrégionale en faveur de la langue d'oc" (photo XDR)
« Il faudra quand même bien que le politique réponde à cette demande à un moment ou à un autre. Or, avec ce colloque, le moment commence… » estime-t-il.
 
Là aussi, des acteurs associatifs attendent de l’interrégionalité qu’elle dynamise ce qui se fait en Paca. « On doit obtenir enfin une position claire des autorités régionales vis à vis de la culture d'oc en provence » nous dit Jean-Louis Racouchot, illustrateur et enseignant fraîchement retraité qui mène lui aussi un projet de Calandreta , mais dans le Vaucluse.  « Notre région est en effet la seule région de langue occitane à ne pas se joindre aux autres afin de mettre au point une politique linguistique transrégionale ».
 
Même son de cloche à l’autre bout de la région, avec Jean-Pierre Baquié, animateur d’un site web très fréquenté à Nice et dans les Alpes Maritimes : «  nous ne pouvons rester à l’écart des autres régions de langue d’oc, on a besoin de coordonner, et pour ce qui est de Provence Alpes Côte d’Azur, j’attends qu’on nous annonce du concret. Je vais le dire directement : je souhaite qu’on puisse parler au cours de colloque de la possibilité de créer un Office Occitan de la Langue, voire qu’il en soit la première étape ».

Pierre Costa, à Toulon : "Il y a une demande d'un secteur associatif, comment le politique répondra-t-il à cette vitalité ?" (photo MN)
Pierre Costa, à Toulon : "Il y a une demande d'un secteur associatif, comment le politique répondra-t-il à cette vitalité ?" (photo MN)
Le jeune président de l’Ostau dau País Marselhès, Mathieu Castel, espère lui en tout cas que l’échange sera fructueux. « Ce n’est pas le moindre intérêt de ce colloque que de permettre aux acteurs de toutes les régions occitanes de se parler. On n’a pas ici à copier ce que font les autres, mais à échanger des idées et des expériences, et à essayer de voir large ».

Qui sait si, dans l’échange d’informations et de méthodes qui seront portées à la connaissance du public, samedi, l’aïoli ne montera pas finalement en Provence Alpes Côte d’Azur, au grand bénéfice d’une identité provençale ouverte dans laquelle la langue occitane jouerait le rôle de polymère, le liant qui fait que se mêlent harmonieusement les ingrédients.
 

Le colloque "Anem Òc" se déroule à partir de 14h (accueil dès 13h30) dans les locaux de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, dans le parc du Pharo (autobus n°83 à partir du Vieux Port, ou très belle promenade piétonne de 800 m au long du Vieux Port). Une fois entré dans le parc du Pharo, il faut après cinquante mètres, prendre à droite, le siège de MPM est alors immédiatement visible.

Mercredi 27 Novembre 2013
Michel Neumuller





1.Posté par ee le 27/11/2013 23:08
l'occitan est une graphie... Personne ne parle occitan en PACA, il faut donc utiliser les bons mots... Et si l'Occitan est une langue et qu'on veut la mettre en avant en PACA, ça veut dire que c'est au détriment du provençal...

Bref faut éclaircir cette situation car je connais bien des gens en Provence qui voient d'un mauvais oeil ces gens qui voudraient imposer une langue différente.

2.Posté par Mistral le 28/11/2013 16:36
Fort heureusement, les Provençaux ne sont pas ignares ni de mauvaise foi comme "ee", sans doute un ami d'un collectif qui se prend pour la voix de la Provence et passe le plus clair de temps à s'inventer des ennemis imaginaires, faute d'être capable de défendre dignement le provençal, variété de la langue d'oc, c'est-à-dire de l'occitan, comme tous les gens sérieux et pourvus de bon sens le savent. Le Félibrige a toujours défendu toute LA langue d'oc, bien évidemment.

3.Posté par Joan-Pèire le 28/11/2013 18:02
Parler de la LANGUE OCCITANE fait aujourd’hui consensus sur le plan
scientifique et démocratique. Aujourd’hui, l’occitan est reconnu démocratiquement sous ce nom par :
• le statut de 1990 du Val d’Aran en
Espagne,
• la loi italienne de 1999 sur la protection des
minorités linguistiques,
• les ministères français de l’Éducation Nationale et de la Culture («CAPES d’occitan langue d’oc» et «Diplôme de Compétence en Langue - occitan» dans les Académies de Toulouse, Bordeaux, Montpellier et Nice.

D'autre part le mot Occitan, n'en déplaise à "ee" est aujourd’hui un terme courant. Le Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur dans la séance du 15 décembre 2003, «affirme solennellement que la langue occitane ou langue d’Oc est la langue régionale de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur : le provençal rhodanien, le provençal maritime, le niçard et l’alpin sont les formes régionales de la langue occitane ou langue d’Oc en Provence-Alpes-Côte d’Azur». Qu'on se le dise !

4.Posté par Mistral le 29/11/2013 18:37
Occitan = langue d'oc = provençal. Stop aux tentatives de manipulation historique et linguistique ! La seule langue imposée en Provence, c'est le français.

5.Posté par Joan-Pèire le 02/12/2013 09:17
Dissabta eravam mai de 300 au Collòqui per faire avançar la lenga e la cultura occitani dins la region Provença Aups Còsta d'Azur. Felibres e occitanisti rapresentats per Lou Capoulié e lo president de l'IEO-Federal. Es estat decidat de si tornar veire dins una sala mai granda tant avèm refudat de monde. Siam sus un bòn camin per endraiar la seguida. Aremercii lu organizators d'Anem Oc.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Abonnez vous à Aquò d'Aquí avant d'avoir soif !

Dison que...

1851 : defendre la Republica en provençau

L’historien Renat Merle nous rappelle que la résistance au coup d’Etat du 2 décembre 1851, fut le fait de ruraux qui parlaient occitan. Les meilleurs défenseurs de la République française. Avis aux Républicains amnésiques de 2017.

1851 : defendre la Republica en provençau
A la fin de l’an 1848, un aventurier politic, Louis Napoléon Bonaparte, es estat elegit president de la Republica, amb lo prestigi de son nom e l’adesion de l’immense monde rurau, que portava seis esperanças de dignitat e de progrès.

Mais dins lei fachs, lo President bailejava la Republica dau partit de l’Òrdre, valent a dire la Republica conservatriça, aquela dei Gròs.
 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.