Aquò d'Aqui


            partager partager

Bribes de musique


Présents à Nice, Arles et Marseille (année capitale de la culture européenne !) les magasins Harmonia Mundi sont tous menacés de fermeture, comme 15 au total en France. Avec eux le conseil et la discussion culturelle en prendraient un sacré coup, nous dit ici Manue, qui dirige le label Manivette Records, bien connu des amateurs de musique occitane moderne.



Emmanuelle Tirmarche, dite Manue (photo XDR)
Emmanuelle Tirmarche, dite Manue (photo XDR)
La fermeture des boutiques Harmonia Mundi est un pas de plus vers la fin de la proximité : proximité dans le partage de la musique avec un spécialiste, partage de savoir, de culture et de musique !



Cette fermeture est un pas de plus vers la mort annoncée du disque : moins de points de vente = moins d'offre de musique (en tout genre : musique occitane bien entendu, mais aussi tous les styles de musique : musique du monde, musique traditionnelle, musique classique, actuelle, jazz, pop, rock, etc.).

Le magasin de disque, et notamment les boutiques Harmonia Mundi, est un lieu privilégié pour découvrir, sur les conseils avisés de personnes éclairées, de nouveaux univers.

Mais si cela s'étiole, nous nous retrouverons face à l'immensité d'un choix dématérialisé, juste des bribes de musique (téléchargement par titre), plus de plongeon dans le monde fantastique, allégorique ou réaliste d'un artiste ou d'un groupe.

Ne baissons pas les bras, réagissons pour un monde de qualité avec un partage de connaissances et de culture, refusons l'arrêt des métiers de spécialistes et de spécialités. C’est pour entamer cette saine réaction que je vous propose de signer cette pétition.

Mercredi 29 Mai 2013
Manue




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.