Aquò d'Aqui


            partager partager

A pas petat

Ce Mondial aux images gênantes


Maintenant que les confettis sont retombés, examinons avec Andrieu Abbe ce Mondial de foot brésilien. Au pays du ballon rond, la société a voulu faire mentir la vieille antienne selon laquelle le peuple n'a besoin que de pains et de jeux.



A pas petat
La castanha a pas petat mai convèn de dire que d'escadrons de policiers e de sordats emé sei fusius, sei fumigènes e sei blendats èron aquì per empachar que petèsse. Lei manifestants an jamai poscut s'avesinar deis estadis e lei cadenas de televisien an gaire parlat dei contestataris. 

Des millions pour bâtir des stades éphémères, face à une société qui veut elle bâtir son avenir

Lei Brasilians avién Felipão, un marrit entrenaire de sa selecção mai de segur un chanut generau dau mantèn de l'òrdre. Chanut èron tanben lei registas de la televisien pagats per levar dau mitan leis imagis geinants.

Degun a vist a la telé un dei tres joines, cargats de bandir lei colombas, mostrar una bandeiròla contestatari au moment de la ceremonié inaugurala. Lo dirèite èra un faus dirèite.

Quauquei segondas de decalagi an laissat lo temps de censurar l'imagi. Lei Chinés avien fach parier pèr lei Juecs de Beijin. 
 
Mai lei molons de sòus gastats per bastir d'estadis que serviran gaire e lo naufragi finau de Tiago Silva e sei cambas de caçòlas laissaran de traças dins la societat brasiliana.

Quatre deis estadis serviran pus jamai. Nomats leis « Olifants Blancs » duvran èstre trasformats. Aqueu de Manaus serà una preson.

Polit simbòle que fa pensar au Chile dau dictator Pinochet que mandava seis opausants sus lei pelencs des estadis que de sordats armats gardavon.

Lo mite dau Brasil creissènt e poderos, eisemple vertuos de la capitatada dei Brics (Brasil- Russia- India- China- Sud Africa) es mòrt e aclapat. D'aquela cagada lei dichs Brics duvrien nen tirar profiech.
 
Es un pauc tard per faire de comentaris sus lo Mondiau qu'ai agachat pasmens de lònga sus TF1 e escotat sus RMC estènt qu'avieu pas vogut pagar la cadena qatari per posquer tot veire sus mon ecran plat.

Comentar lo fot, en mai d'aquò, vèn dangeiros. Un jornalista de "l'Equipe" a morflat un pastisson d'un agènt de Benzema qu'èra pas content de seis escrichs. Benzema a mau jugat contra lei Nigerians e leis Alemands mai es pas politicament corrèite de va dire. Va dirai pas, ai ges d'enveja de mi faire sagatar.

Mercredi 17 Septembre 2014
Andrieu Abbe




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.