La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

A Gap la Calandreta doit gérer son succès


GAP. Syril Buslig et les parents de cette école associative bilingue se battent pour offrir des conditions honorables d'enseignement en occitan alpin à 37 élèves. Depuis 2016 le Conseil Régional a fortement baissé son aide, sur la base d'informations fausses. Le président de l'association réagit pour Aquò d'Aquí.



"Plus de quarante élèves seront inscrits à la prochaine rentrée, nous espérons un second poste enseignant" (photo MN)
"Plus de quarante élèves seront inscrits à la prochaine rentrée, nous espérons un second poste enseignant" (photo MN)
Pourquoi les parents choisissent-ils la Calandreta gapiana ?
Mon cas est à peu près celui de tous ici. Ma fille était très active, et s’ennuyait en crèche. Mais comment trouver une école qui réponde à nos souhaits ? Rapidement, à Gap, nous arrivons à la Calandreta : taille familiale, bilinguisme précoce, et méthodes Freinet !
 
Nous avons connu cette école vivotant avec moins de vingt élèves. La voici en forte croissance d’effectifs. Comment gérer le succès ?
Il y a cette année 37 enfants inscrits, et autant de familles adhérentes de la Calandreta. Nos travaux d’agrandissement récents y sont pour quelque chose. Nous avons enregistré de nombreuses demandes en 2016-17, c’est vrai.

Tant mieux, mais cela cause aussi un souci majeur ; à quarante élèves – et nous y arriverons à la rentrée prochaine – nous devons pouvoir proposer un second enseignant. Comment financer le poste ? L’Etat tiendra t’il ses engagements en nous permettant de le créer ? En attendant nous l’avons financé sur fonds propres.

Mais la Région Paca a fortement baissé sa subvention cette année. Car on apprendrait ici autre chose que l’occitan local ?
Evidemment non ! Appelez le occitan alpin ou gavot, mais vous l’avez entendu en classe, on n’apprend rien d’autre ici.

La Région a cependant supprimé près de la moitié de sa subvention cette année avec cet argument inapproprié, ce qui a provoqué une chute de notre budget de 35 000 €. C’est énorme pour nous. Mis à part les enseignants dont le poste est financé par l’Etat, il y a nos Atsem*, et, très concrètement, des travaux prévus n’ont pas été menés.

La baisse de subvention régionale signifie, pour nos enfants, le non-agrandissement de la cour de récréation. Nous avions l’argent pour ça, mais du coup l’avons utilisé pour financer le second poste enseignant, correspondant à notre classe de maternelle.  Maintenant que faire ? Nous ne pouvons plus financer ce poste, et la cour reste toute petite.

*assistantes des classes maternelles

Lire aussi Le Conseil Régional baisse  fortement l'aide aux Calandretas de Provence
Au Hameau St-Jean de Gap, la cour de récré aurait du être agrandie, mais la chute des aides de la Région Paca contraint les jeux d'enfants à l'étroitesse (photo MN)
Au Hameau St-Jean de Gap, la cour de récré aurait du être agrandie, mais la chute des aides de la Région Paca contraint les jeux d'enfants à l'étroitesse (photo MN)

Les abonnés du mensuel Aquò d'Aquí disposeront de cet entretien en occitan alpin, et pourront découvrir notre reportage à la Calandreta de Gap. Nous nous sommes immergés...dans l'école immersive !

Jeudi 25 Mai 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Aquò d'Aquí de juin entre émotions et raison

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.