La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Lo Collectif Prouvènço au cèu e lei Calandretas a l’infèrn


Le Conseil Régional a choisi de financer l’Observatoire de la langue provençale, à hauteur d’un demi-million. Quant aux écoles associatives en immersion, elles seraient « contre la pluralité linguistique » et donc voient s’effondrer le soutien régional. Explications et réactions.



Le Mas Saint-Paul à Cheval Blanc, siège du futur Observatoire de la Langue Provençale (phot XDR)
Le Mas Saint-Paul à Cheval Blanc, siège du futur Observatoire de la Langue Provençale (phot XDR)
Lo projèct d’Observatòri de la Lenga Provençala que pòrta lo Collectif Prouvènço, dins una anciana bastida (Mas Sant Pau) en renovacion de Chivau Blanc (Vauclusa) es ara ben sus la draia . Divèndres 16 de decembre lo Consèu Regionau, en assemblada pleniera, a acordat 496 000 € a la Comuna, « en partenariat amé l’associacion Collectif Prouvènço ». Lo projèct « s’inserís dins lo dispositiu « Luecs de conservacion dei tradicions regionalas » e sa subvencion serà imputada au quadre d’intervencion de la politica culturala regionala.
 
Aqueu Projèct « resolument mistralenc » segon sei documents de propaganda, se vòu una mena de consèu oficiau de collectivitats en Provença. Ansin se ditz « instància representativa au sen dau Consèu Regionau e dau Pargue Naturau Regionau dau Leberon ».
 
A l’ora d’ara son baile , lo Collectif Prouvènço, a chausit un arquitècte, Yoann Hody (Arles), lançat una demanda d’ajuda a la Fondacion dau Patrimòni, qu’a ja recebut 10 000 € d’intencions de pagar, e chifrat un biais de bailejar l’afaire.

Un projèct d'1,5 M€ mestrejat per una sola associacion

Christian Estrosi. Selon le président de Paca, les Calandretas seraient hors du champ de la politique linguistique régionale pour "refus de pluralité linguistique" (Photo Cl. Almodovar DR)
Christian Estrosi. Selon le président de Paca, les Calandretas seraient hors du champ de la politique linguistique régionale pour "refus de pluralité linguistique" (Photo Cl. Almodovar DR)
Serà mestrejat per un Consèu d’Administracion, a majoritat collectivista, amé d’aliats, un de gestion, enfin am’un Comitat d’Expèrts, qu’aqueu serà solament consultatiu.
 
La governança d’aquel Observatòri seriá mestrejada per una soleta associacion. Es ce qu’agrada pas a Arvei Guerrera. Conselhier regionau (EELV-POC) fin qu'en 2015, aviá agut un agach sus lo projèct d’un grop déjà ben en cort dins l’entoratgi de Miquèu Vauzelle, dins la mandatura 2010-2015. « Coneissi lo projèct, e s’a pas poscut avançar jusqu’ara, èra perqué es pas possible de confiar a un solet grop associatiu un projèct d’aquela amplor : es subvencionable a autor de 880 000 €, valent a dire que costarà aperaquí 1,5 M€ e que sabem que son fonccionament costarà chasque an aperaquí 15% d’aquela soma. Sola una gestion collegiala seriá recomendabla ». Per l’ancian elegit, la decision regionala de divèndres se pagarà sus l’esquina deis autreis aparaires e de sei projècts.

Divèndres au Consèu Regionau, l’afaire siguèt decidit après « 1’31’ de presentacion » coma va sotalinhava lo president Crestian Estrosi.

De Calandretas qu'aurián en òdi "la pluralitat linguistica"

Mai am’una question dins l’assemblada. Un conseilhier FN de Castèureinard, Joan-Alexandre Mousset, ne’n a profiechat per demandar perqué dins lo mume temps que siguèt donat 496 k€ a una associacion, la Region amputava la subvencion de fonccionament de la Federacion dei Calandretas.
 
Aquela a vist passar l’ajuda regionala de 75 000 € a 40 000€, maugrat que regarda doas cent familhas e de professionaus. Un conselhier dau president se plega, alòr que mossur Mousset charra, per parlar a l’aurelha de Crestian Estrosi, que respondrà quatecant  : « l’associacion que ne’n es aquí question reconèis pas la pluralitat dei lengas regionalas ; s’inscriu adonc pas dins la politica de defensa de l’identitat e dei tradicions de la cultura, e de la pluralitat de l’eiretatge culturau, comprés dins lo domèni linguistic vòugut per nòstre executiu. Vaquí perqué l’acompanharem pas coma aperavans ».
 
Bernat Vaton, lo president de la Federacion Provençala dei Calandretas ne’n resta estabosit. « De tota evidéncia, lo president de Region es la victima d’una desinformacion. Lo convidam a visitar nòstrei doas escòlas en Provença : entendrà ben qu’a Aurenja s’ensenha lo provençau rodanenc, e a Gap lo vivarò-aupenc, o occitan aupenc, o encara, coma volètz, lo gavòt. »
 
Lo responsable associatiu sotalinha que fuguèt sollicitat per l’elegit dau FN, per informacion, a l’escasença d’una comemoracion publica. 

Sus l'esquina deis autreis aparaires ?

La politica d’ajudas publicas dau Consèu Regionau Provença Aups Còsta d’Azur sembla ben a l’ora d’ara privilegiar lo Collectif Prouvènço. Au prejudici d'autreis actors? Es de vèire dins lei mes que venon.

En febrier 2017, la Conferéncia deis Arts e de la Cultura, l’organisme que s’es donat Crestian Estrosi per bailejar la politica culturala, acamparà d’associatius amé d’artistes, per parlar concretament « projècts ». S’aquelei pòdon encara trobar d’argent public per èstre endraiats, o perseguits.
Les calandrons de Gap "apprennent bien l'occitan alpin" souligne Bernat Vaton, le président de la Fédération Provençale des Calandretas (photo XDR)
Les calandrons de Gap "apprennent bien l'occitan alpin" souligne Bernat Vaton, le président de la Fédération Provençale des Calandretas (photo XDR)

Lundi 19 Décembre 2016
Michel Neumuller





1.Posté par Denis DROUET le 21/12/2016 18:39
La drecha saup ben que fau divisar per renhar (Estrosi va saup). Pasmens vaqui ralucada la guerra que n'avem tant patit dins leis annadas 70-90 e encara vuei beleu... La guerra dei grafias : discutir dau sèisse deis angis entre Crosats quora la vila es assetjada ! (remarcatz ieu m'en foti siu catare)

Bonei festas de Calenda e de cap d'an en totei e a tu Miqueu.

Danis

2.Posté par Reinat TOSCANO le 22/12/2016 10:47
Coma aurié poscut èstre autrament, après lei promièrei decisions d'Estròsi tre son arribada ? Sensa demembrar cu foguèt lo promier a durbir en grand la pòrta de la Region au coleitiéu: un President socialista que li disién Vauzelle...
Tótei pariers!

3.Posté par Denis DROUET le 22/12/2016 14:48
En esperant, pàurei pichons dei Calandretas qu'auran pas totei lei bens publics que leis àutrei si n'en van congostar solets !

Aquò vai pas dins lo sens dau liame sociau, cresi.

Danis

4.Posté par Joan-Maria Ramier le 22/12/2016 14:54
Dequé fau pas legir ? Aurem tot vist e tot ausit ! I a ges de mòt per comentar de talei rasons. Pasmens farai una remarca de detalh : Faudriá pas que i aguèsse que lo Frònt Nacionau per nos aparar politicament. Coneisse un pau J. A. Mousset, es un òme simpatic (e mai me còste de o dire publicament), mai seis amics politics son abominables e se fau avisar d'una recuperacion tras que dangeirosa. De qu'espèran leis autreis elegits pèr parlar ? Dins aquel afaire riscam de perdre ben mai que de sòus.

5.Posté par frederic prouvenço le 23/12/2016 16:06
n'exist pas l'occitan alpin, mai soulament lou prouvençal alpin ( se non lo sai, sallo!!!) : osco Prouvenço!!!!

6.Posté par F le 25/12/2016 11:49 (depuis mobile)
#5 existe ren lo provençau, existe que lo patoàs!

Progressam. De mièlhs en mièlhs...

7.Posté par DIGGI le 27/12/2016 13:15
Adieu,

La Calandreta de Gap es pas en Provença mai en Daufinat.
La denominacion "Prouvençal alpin" me sembla pas ideala.

Il est vrai qu'en français, on entend plus souvent patois que Provençal alpin, ou Alpin d'oc, voir même "Gapian" ou "Champsaurin" qui désignent plutôt les sous-dialectes. Et que dire du terme "Franco-Provençal" qui est si trompeur que certains lui préfère "Arpitan"...
Il me semble que le terme officiel "Occitan / langue d'oc" est peu à peu accepté et reconnu par le plus grand nombre. Pour les linguistes, ce terme est préférable pour montrer à la fois l'unité de la langue et la diversité des dialectes et sous-dialectes qui en font sa richesse.

Mais là n'est pas l'objet du débat. Il est plus urgent de préserver la langue et de la parler que de se mettre d'accord sur son nom. Et c'est justement la disparition des Calandretas dans notre région, qui sont quasiment les seuls lieux où l'on apprend la langue en immersion (du moins dans les Hautes-Alpes) qui pose question.

Pourquoi le Conseil régional baisse la subvention pour l'apprentissage destiné aux enfants (qui, entre nous, se foutent du nom de la langue) ?
Je peux vous assurer que la Calandreta Gapiana permet l'immersion en occitan alpin aux enfants, et cela me semble l'essentiel.
Dans le même temps, il n'y a plus de professeur d'occitan / langue d'oc dans les collèges de Gap (faute de candidat le poste n'est pas pourvu nous a-t-on dit).
Alors avoir un observatoire de la langue, qui a terme observera sa totale disparition chez les plus jeunes...

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Aquò d'Aquí de juin entre émotions et raison

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.