La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

E finalament Uniper vei son autorisacien remandada


GARDANNE. L’énergéticien ponctionne du bois jusqu’au Brésil, mais son enquête publique n’avait concerné que cinq communes autour de Gardanne. Le Tribunal Administratif annule son autorisation d’exploiter.



"Faute morale selon le président de Région"

Bòscs dau Bresiu a Gardana, pèr leis assais d'Uniper en 2016 (photo MN)
Bòscs dau Bresiu a Gardana, pèr leis assais d'Uniper en 2016 (photo MN)
Fin finala lo Tribunau Administratiu de Marselha a anulat l’autorisacien d’esplechar de la Centrala Biomassa de Gardana, Uniper. Dins seis attenduts, lo tribunau sotalinha que l’estudi d’impact  « a agut coma efèct de noire a l’informacien completa de la populacien au nivèu de l’enquista publica ».
 
Lançada en setèmbre 2014, aquela enquista publica considerava que cinc comunas solament, podrián èstre pertocadas pèr leis provesiments en bòsc pèr cremar de la centrala au bòsc, e l’estudi d’impact aviá pas vòugut vèire que lo relarg de provesiment francés d’Uniper podiá anar fins qu’a 400 km d’aquela usina de produccien d’energia.
 
Es lei pargues regionaus de Verdon e dau Leberon qu’avián atacat au TA l’autorisacien prefectorala d’esplechar d’Uniper, amé la Federacien France Nature Environnement e Les Amis de la Terre. Leberon e Verdon, chascun de son costat, mena despuei dètz ans una politica pèr favorisar l’energia bòsc dins de projècts pichons (un gite rurau, una escòla comunala…) e un industriau tau grand coma Uniper èra en mesura de crompar totei lei bòscs a un prètz mai grand, escafant alòr lei utilisators mai pichons que podrián pas seguir l’auça dau prètz.
 
Uniper mena son projèct despuei leis annadas 2008-2009, quand aviá ganhat un apèu a projèct governamentau. Lo governament èra preocupat de la fragilitat dau malhum electric dins la regien de Niça, e voliá desvelopar de mejans autonomes de produrre l’electricitat dins lo relarg provençau. L’energetician EON, qu’esplecha la centrala termica au carbon de Gardana, podiá transformar una de sei quatre lescas per l’adaptar au bòsc.

"Faute morale" selon le président de Région

Uniper podriá tornar faire l'estudi d'impact (photo MN)
Uniper podriá tornar faire l'estudi d'impact (photo MN)
Se parla d’una ajuda d’Estat de 600 M€ pèr menar l’operacien de mudacien, pèr partida en ajudas directas, pèr partida am’un prètz de crompa d’electricitat favorable.
 
L’Estat aviá impausat a Uniper de pas prelevar mai de 83 000 tonas de bòsc provençau pèr an, e l’industriau aviá adonc fach pacha am’una organisacien espanhòla pèr crompar 400 000  tonas de ruscons . Mai a l’ora d’ara es des bòscs bresilians qu’arriban a Gardana per leis ultimes assais.
 
Ultims subretot se la centrala es empachada de produrre pèr la decisien de justícia.
 
Lo novèu president de Regien Renaud Muselier a reagit a l’anóncia dau verdict : s’es « esfraiat de la decisien que mete en perilh 400 emplecs e tot un pan de l’industria regionala ». A l’ora de la sortida deis USA de l’Acòrd de Paris sus lo climat, estima, Renaud Muselier, que la decisien confiermada en apèu seriá « una fauta morala impardonabla ». Lo Tribunau podrà apreciar.

Vendredi 9 Juin 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.