Les juristes face au politique en Catalogne

Les Catalans et les décideurs espagnols ne savent plus traduire les uns pour les autres les mots « compromis » et « dialogue ».

La foule qui accompagnait Artur Mas ce lundi matin six février au Tribunal Supérieur de Justice de Catalogne, a contribué à faire de ce procès pour « prévarication et désobéissance civile », une nouvelle occasion de mobiliser les Catalans pour l’indépendance. 






            partager partager

Tradicien o modernitat ? de manifestaciens per la lenga ai resultats foscós


Avec 3 à 4 000 manifestants, le Collectif parvient à Arles à estomper les 15 000 de Montpellier. Les Provençaux manifestant pour la langue occitane resteront aussi invisibles qu’ils étaient réels. Et les candidats aux régionales savent désormais qui courtiser. Analyse d’un malentendu aux effets sans doute durablement dévastateurs.



Trois kms de cortège, ça mérite de reprendre son souffle et des forces (photo MN)
Trois kms de cortège, ça mérite de reprendre son souffle et des forces (photo MN)
A Montpelhier, estands gaujós onte lei crotz de Forcauquier se veson d’en pertot, mume a travèrs lo fum que s’escapa dei saussissas e dei cebas grilhadas, o davans lei piramidas de botelhas de vins. Una onda roja e jauna s’encamina dins lei carrieras pròchas de la Comèdia.
 
En Arle, vaquí lei chivaus camargencs e davans élei la tiera deis elegits que cèrcan lei votz mancantas, an aquélei Regionalas que se debanaran dins sièis setmanas. E n’en mancan gaire, d’aquélei politics.
 
D’una man de Ròse dotge a quinge mila manifestaires per « de drechs per la lenga d’òc », acampats per l’IEO e la Federacien dei Calandretas. De l’autra man, aperaquí 4000 que manifestan, bòrd que « Prouvenço reguigno ».
 
En principi li auriá pas fòto, lo rapòrt es d’un a quatre. Pasmens, per lei Provençaus, es la segonda que portarà pèire deman ai politicas, o au manca de politicas, per la lenga regionala.
 

De joines, de joines emai de joines…

L’Ostau dau País Marselhès a pas mobilisat sei sèt cents sòcis, d’artistas provençaus, n’en vesèm pas fòrça a Montpelhier. La Felco a pas demandat d’i manifestar, e leis ensenhaires provençaus son negats dins lo cortègi.
 
Pasmens, aqueu va vesèm clafit de joines. Son élei la suspresa. « Es que vòli gardar nòstrei tradiciens, mai am’un solet licèu qu’ensenha la lenga, me sembla perdut ! » ditz Soizic, d’Auch, pas mai de quinge ans.
 
« Espèri que deman podrai trobar un trabalh onte la lenga meuna me serà utila » declara Guilhem, d’Aurenja, que passa son temps a escriure de demandas d’emplecs.
 
« Comprèni mume pas que podèm gardar un drapèu provençau se la lenga clantís pus ! » lança Eve, que nos vèn dau país d’entre Durença e Verdon, onte es liceana.

Acabada la creissénça de manifestants per la lenga occitana

Tel est bien l'enjeu (photo MN)
Tel est bien l'enjeu (photo MN)
Tótei an assajat, mé de dificultats, de se trobar un establiment onte s’apreniá la lenga d’òc. Ara, voudrián ben que lo monde politic acompanhèsse son camin au moment d’intrar dins la vida professionala.
 
Mai per élei, ges de perspectivas en fin de passacarriera… Ges de discors, de crida, de messatge. Lei organisaires fan chut-chut, coma estorbits.

Amé 30 000 manifestaires en 2012, a Tolosa, la Coordinacien aviá tot plen de causas a dire ai candidats de l’eleccien presidenciala. Li aviá lo president dau Senat, Jan Pèire Bell, per l’entendre, e de candidats…
 
En 2015, amé mitat mens de marchaires, trobam, segur, d’elegits. Per lei Provençaus vesem Marc Vuillemot, lo premier cònsol de La Seina,  mé son ajoncha Cecilia Jourda.

Lo conselhier regionau Arvei Guerrera, e quàuqueis autres. Mai pas Cristòu Castaner, lo candidat PS de Provença, nimai Crestian Estrosi, aqueu de Les Républicains. E d’EELV de Provença, n’en trobam pas mume un.

Dei liberaus ai frontistas, passant per lei socialistas, lei candidats avián chausit lo cortègi collectivista

Dans d'autres régions on manifestait ce 24 octobre, ainsi à Strasbourg, où notre chroniqueur Andrieu Abbe avait choisi de marcher, avec Pèire Costa, anciennement chargé de mission du député européen ALE François Alfonsi (photo XDR)
Dans d'autres régions on manifestait ce 24 octobre, ainsi à Strasbourg, où notre chroniqueur Andrieu Abbe avait choisi de marcher, avec Pèire Costa, anciennement chargé de mission du député européen ALE François Alfonsi (photo XDR)
Aquélei cap de listas ai Regionalas, lei trobam adonc en Arle, ont'un Collectiu vòu, eu, "defendre lei tradiciens", 'mé de gardians e d'aparaires de la bovina, entr'autres. Defendre la lenga ne'n es pas la tòca màger. Crestian Estrosi li parla dau « país que l’a vist nàisser, eu e seis enfants ». Cristòu Castaner eu, « de prepausar un racampament de tótei per s’entendre sus lei questiens de grafia ».

EELV l’i es pas mai qu’a Montelhier e desèrta totalament aqueu terrenc. E la frema dau jorn, Marion Maréchal Le Pen, i pòu dissertar, am una ignorança prefonda, sus la Charta Europenca dei Lengas Minoritàrias, que li tròba una dispausicien que la França a pas retenguda.

Segon ela, « seriam constrenchs de traduire tótei lei documents admenistratius en lengas regionalas ». E, ben segur, "darrier lei lengas regionalas, s'agís pas de donar de drechs a l'arabi".

Lo fantasme pòu tranquilament remplaçar la realitat. De 3 a 4000 personas seran per carrieras sa caucien. Son pas vengudas per aquò, mai tant pièger, chascun pòu lei comptar coma sieus.
 
Lo succès relatiu d’Arle, la revirada relativa de Montpelhier, faudrà ben que quauqu’un assage de leis analisar una briga. L’avuglament e lo repròchi asseguraran pas leis endemans.

L’estrategia localista paga mai que la veritat scientifica

Si les têtes de liste aux Régionales en Provence ont choisi Arles, des élus provençaux viennent témoigner de l'unité du mouvement pour la langue d'oc à Montpellier: Marc Vuillemot est maire de La Seyne (Var - 65 000 habitants) où il développe une politique d'affichage de la langue régionale. Ici avec la conseillère municipale déléguée à la langue régionale, Cécile Jourda (photo MN)
Si les têtes de liste aux Régionales en Provence ont choisi Arles, des élus provençaux viennent témoigner de l'unité du mouvement pour la langue d'oc à Montpellier: Marc Vuillemot est maire de La Seyne (Var - 65 000 habitants) où il développe une politique d'affichage de la langue régionale. Ici avec la conseillère municipale déléguée à la langue régionale, Cécile Jourda (photo MN)
Lo « Couleitiéu Me Dison Prouvènço » laurava la tèrra dau locau despuei de mes.

Am’una bèla ajuda publica que pertòca uei lei 200 000 € e dos salariats que pòdon obrar de lònga, an mai que tot agut lo biais de trabalhar leis elegits locaus dins un triangle entre Sant-Romieg, Arle e la Mar de Bèrra.

Aquí fa d’annadas que se fan fotografiar mé leis elegits, que conéisson qu’élei. Li pàrlan ren que de tradiciens amenaçadas, e de son òrre de l’occitanisme diabolic.

Es un discors qu’aquéleis elegits pòdon crèire, bòrd qu’aquéleis occitanistes, lei veson pas…

Aquélei son luenh, trabàlhan au còrs d’àutreis elegits locaus, a-z-Ais, Gap o Niça, mai an aquélei li pàrlan d’ensenhament, de politicas linguisticas, de teatre, de cançon, d’ediciens…

Tóteis aquélei causas qu’au moment de faire votar, còmptan pas mai que parpèlas d’agaças.
 
E, pecat màger, quand aquélei mobilísan, es per manifestar a Tolosa, Carcassona o Montpelhier. Ailà onte lei politics provençaus s’i faran pas elegir.

Sens concertacien degun anirà pus de cotria amé degun

Peu distingués parmi les quinze mille manifestants de Montpellier, les Provençaux sont néanmoins là, venus de Nice, Gap ou d'ailleurs (photo MN)
Peu distingués parmi les quinze mille manifestants de Montpellier, les Provençaux sont néanmoins là, venus de Nice, Gap ou d'ailleurs (photo MN)
Pasmens en 2012, l’IEO aviá poscut entrainar d’envam a Tolosa. Per lo cambiament que deviá, segon la celèbra formula, « èstre ara ! ». Mai ja se romegava dins lei rèngs. En causa, lo cambiament de nom per aqueu movement qu’aviá fins qu’ara capitat : « Anèm òc per la lenga d’Òc », federator dei dos costats de Ròse, aviá resquilhat fins qu’a « Anèm òc per la lenga occitana ».
 
Se per lo Felibritge, l’autre grand actor d’aqueu movament, l’una e l’autra apelacien son sinonimas, oficialament, podiá pas faire amé de sòcis que son luenh d’èstre tótei dins la muma rega.

Lei bailes se vesèron constrenchs de tenir còmpte de sa basa, lèsta per partida a plegar la mala e rejonhe lo concurrent dau Collectiu. Leis ensenhaires de la Felco, maugrat son occitanisme, cresián dificile de poder faire autrament, élei pereu.
 
Mai es premier lo manca de decisien de cotria qu’aquélei movements  an reprochat a l’Institut d’Estudis Occitans.

E, d’un biais segondari e neblós, s’es ben vista aquí la frontièra entre l’ensenhament public de la Felco, e aqueu associatiu de la Federacien dei Calandretas. L’un demandava pas de manifestar a Montpelhier, l’autre organisava aqueu passacarriera.

De Provençaus invisibles e d’autres subre-exposats per lei medias, pasmens totei manifestants

Lo resultat, l’avèm, l’endeman d’una tiera de manifestaciens qu’aurián poscut faire massa ensèms, en plaça de far crèire a un movement esparpalhat entre lei Provençaus e leis autres.
 
Lei Provençaus manifestaires de Montpelhier seran jamai comptats. Amé mai de 3000 manifestaires, son aquélei d’Arle que seran vists coma lei solets, per lo personau politic.

E aquò, lei premiers an pas acabat de va pagar, en tèrme d’ensenhament, de drechs, d’activitats culturalas, o festivas.
 
Leis elegits auran vist que l’enveja de gardar de tradiciens. La dinamica modèrna e europea de l’occitanisme serà per élei esconduda. Un còup de mai.
Les drapeaux et les slogans rangés, place à la fête à l'issue de la manifestation de Montpellier! Ici le groupe Cocanha (photo Eve Recotillet DR)
Les drapeaux et les slogans rangés, place à la fête à l'issue de la manifestation de Montpellier! Ici le groupe Cocanha (photo Eve Recotillet DR)



Lundi 26 Octobre 2015
Michel Neumuller





1.Posté par Reinat TOSCANO le 27/10/2015 08:01
Lo reportatge de França 3 Mediterranea, lo dissabte de sera, èra clar : an parlat solament d’Arle, sensa jamai parlar de lenga, mai unicament de tradiciens (en donant la bovina coma exemple, çò qu’es per alhors un biais de montar una part de la populacion còntra lei revendicacions provençalistas ò occitanistas).
E la preséncia deis candidats ai regionalas? Aquela de MMLP, se pòu comprendre, mai aquela dau candidat dei « Républicains » e aquela dei socialistas n’en ditz lòng sobre la consciéncia politica (la manca de consciéncia!) d’aquélei personas... Oportunisme? Ignorança?

2.Posté par Joan-Pèire le 27/10/2015 10:44
Montpelhier es pas la fin li nòstri revendicacions demòran :

Volèm una lei, un estatut oficial, valent a dire de drechs e de garantidas.
Volèm l’egalitat de tractament per nòstra lenga e de toti li lengas regionali.
Volèm dins cada region de politicas linguistiqui serioï,
Volèm de medias occitans, ràdios e Tv, sostenguts e renfòrçats
Volèm d’estrucutras culturali per lo teatre, la dansa, la música
de finançaments per la formacion professionala qu’es de competença regionala, e volèm un sosten mai fòrt a la creacion qu’es la vida d’una cultura.

Aurem d'autres apontaments/rendètz-vos, a començar tre lo començament de l’an 2016, anerem a cada region campanejar per l’occitan, manifestarem la nòstra presença e la volontat que lu capcans pilhèsson li sieu responsabilitats.
En lo 2016, farem tanben campanada ai despartaments qu’elu an aüra la competença partejada « lenga regionala ». E pi l'i aurà 2017 e li presidenciali...

3.Posté par NAVUEC le 28/10/2015 09:51
Comment peut-on politiser une cause telle que la sauvegarde de la langue provençale ? Cette distinction entre traditionalistes et modernistes est ridicule, et c'est cela qui aujourd'hui a un effet destructeur.
Ce que je vois, moi, c'est que 2 manifestations d'envergures ont eu lieu et qu'elles montrent l'attachement à une identité qui est autre que parisienne.
La prise de position politique est un luxe qu'on ne peut se permettre dans l'état actuel de notre langue.

4.Posté par Amado le 28/10/2015 17:30
Es uno analiso justo que prepauses aqui, Miquèu. As més lou det sus li punt de diferenciacioun que fan empacho i soulucioun nostro. I a aqui lis enjo de la subre-vivènço de nosto culturo e nosto lengo.

Mai tant que mancarà l'unita à l'entour d'uno memo lucho, queto que siegue la grafio, quet que siegue lou dialèite, quet que siegue l'age e quéti que siegon li valour persounalo, sarèn jamai counsidera pèr aquéli que nous gouvernon.

Alor, quau vou la vido longo pèr la lengo e la culturo e quau la vou pas ?

Es aqui encaro, uno istori de quantita...

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Le prochain Aquò d'Aquí chez vous?

Dison que...

Vai te’n …plantar a la vinha

Ni Mélenchon ni Torreton n’avaient lu Giono ; mais alors qu’est-ce qu’ils en ont parlé avec certitude, à France 2 ! Ne reste plus qu’à ériger en vérité, absolue car médiatique, la diffamation de l’auteur. Sa mémoire doit être vaccinée à force…

D’aquela campanha electorala presidenciala, belèu que vos en parlarèm  pas mai que ce que fau… Avètz d’autre part de que escarcalhar uelhs e aurelhas, tant sembla que lei mèdias vòugon a tot pretz un segond torn amé sei candidats, que jornaus e cadenas siégon publics o que siégon detenguts per un papivòr, televòr, e obligat d’un dei candidats.
 
Es adonc amé eisitacien que vos parlarai de JL Mélenchon. Bòrd que fa pas partida d’aquélei candidats ja elegits per lei cadenas de TV.
Vai te’n …plantar a la vinha

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.