La carte qui parle croquant

Une unité du CNRS a mis au point, avec l'aide de locuteurs, une carte de France des (nombreux) parlers des différentes langues autochtones territoriales.

126 ! Voilà le chiffre incroyable des dialectes différents des langues de France, tels que répertoriés pour vos oreilles par un laboratoire du CNRS, à Orsay.

 






            partager partager

Terre d'élection


Il y a les candidats qui parlent occitan, ceux qui font des promesses pour les langues régionales, et ceux qui ne comprennent pas tout à fait qui nous sommes.



Hou ! la…Non, pas de consignes de vote avec Aquò d’Aquí. Il faudra vous débrouiller sans. Nous sommes certains que vous vous en sortirez très bien sans nous.

Mais bon, nous n’avons pas pu nous empêcher de jeter quelques regards (éperdus sinon perdus) sur quelques programmes, quelques attitudes aussi.
 
Nous repérons un candidat qui parle occitan. Jean Lassalle. Un bon marcheur, il a effectué un tour de France des élus ruraux voici quelques années. Un dur à cuire aussi, il a observé une grève de la faim en 2006 pour sauver une petite usine de sa circonscription. Elle tourne toujours. Dommage qu’il soit allé, récemment, serrer la pince à Bachar-el-Assad, comme député français.
 
Bien entendu François Bayrou, lui aussi parfait occitanophone, et pas frileux quand il s’agit de ratifier la Charte européenne des langues minoritaires, soutient Emmanuel Macron. Ce qui ne signifie pas que demain il ait un « destin national » comme on dit.
 
Les programmes font peu de place à des avancées en droit pour l’occitan. Nous repérons bien que Benoît Hamon s’engage à ratifier la Charte européenne des langues minoritaires. C’est conforme à ce qu’avait soutenu en son temps Aurélie Filippetti, alors ministre de la Culture, aujourd'hui sa porte parole. Mais c’est une promesse systématique de ce camp-là, jamais tenue ensuite. Et puis, les 39 articles sur 97 reconnus par la France n’accordent pas de droits véritables à l’enseignement ou à l’édition en langues régionales.
 
Philippe Poutou promet lui de faire entrer la diversité linguistique des régions dans l’univers du droit. C’est très aimable et conforme aux écrits de son lointain mentor, Léon Trotski. Cela s’arrête là.
 
A défaut de promettre pour ne pas tenir, cependant, les candidats seraient avisés de ne pas en rajouter dans l’indécence qui consiste à venir chasser les voix de la diversité sans chercher à la comprendre.
 
A ce titre le récent meeting d’Emmanuel Macron à Marseille était à se frapper la tête contre les murs.
 
Un de ses conseils en communication haranguant la salle en criant « qui ne saute pas n’est pas Marseillais ! Ouais! Ouais ! Ouais! » aurait peut-être pu rester en coulisses. Il n’aurait pas beaucoup manqué, à personne, ce soir-là. Le candidat égrainant le nom de supposées nationalités présentes dans la ville : « les Tunisiens, les Algériens, les Comoriens," etc… rappelait un peu trop la prestation identique de François Hollande, même lieu, même contexte, cinq ans avant.
 
Les Marseillais, comme tous les Provençaux, ont besoin de villes et d'un territoire vivables, d’emploi et de respect, de politiques favorisant la convivéncia, pas qu’on saucissonne leur ville et leur région  en cloisonnant arbitrairement des communautés. Et encore moins qu’on agite devant eux des symboles vides. Jeter dans la foule une écharpe aux couleurs du PSG, ça rime à quoi quand la population locale attend de la reconnaissance, une amélioration de ses conditions de vie, et des perspectives d'avenir ?

On sait que les experts en communication ont souvent pris le pas sur les programmes en 2017. Et ce n'est pas terrible. Ces programmes restent toutefois la base sur laquelle il vaut mieux se faire une opinion des candidats qui les portent. Quand ils en portent.

Mardi 4 Avril 2017
Renat Mine





1.Posté par br13 le 07/04/2017 19:32
Veni de descubri voste site chanut doumaci lou journalet que recèbi cade mès émé grand plasé .Parlant d'eleicien ,an diffusa dimars passat la questiounejado ei 11 candidat pèr la presidencialo qu'an toutei agu soun tems de paraulo . L'endeman sus uno autro cadeno fouguèri descoura de veire coume de journaliste si soun trufa dou paure Jan Lassalle pamens deputa despuei 30 an e consou de soun villàgi ,afourtissènt que sabié pas parla lou francés ,rapport à soun acènt biarnés.Emai escriguèsse de libre et fouguèsse saberu que noun sai,leis a pas empacha de faire aquelo remarco marrido que si poù pas mai.Vaqui uno bello provo d'intoulerànci dins uno soucietat que si voù duberto sus lou mounde et foro bandisse lou FN que simbouluso l'ahiranço de l'autre... Mèfi de pas faire parié !A l'ouro que volon toutei un candidat que retipe pas lou sisteme ,n'en vaqui un ,e ve que si n'en trufon raport à seis ourigino terradounenco !
La moundialisacien desoublido lou paure mounde qu'a pecat d'èstre dou siéu ... Pamens aquélis espoumpi de journaliste ,duourien prendre de leissoun de vertu et de drechuro d'aquel ome que trespiro l'ounesteta et que defende emé fouarço sei counvicien (eme fouaço umour ,ço qu'es pas pèr degaia soun dire).

2.Posté par Michel Neumuller le 08/04/2017 06:45
Coma vos, aremarcam ben que lei candidats "pichons", segon lei sondagis, son tractats amé mesprés pèr un sistèma mediaticò-politic que chifra l'avenir am'una tòrre Eiffel dins la tèsta. De comentar lo biais de parlar de Jean Lassalle per pas s'interessar a ce que ditz, es segur lamentable.

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



L’Aquò d’Aquí estival sort du frigo !

Dison que...

L'acharnement judiciaire contre un juste

AIX-EN-PROVENCE. Cédric Herrou a secouru des dizaines de réfugiés aux pieds en sang. C'est ce juste que la Justice choisit de poursuivre.

L'acharnement judiciaire contre un juste
La Cour d'Appel d'Aix-en-Provence jugeait Cédric Herrou, cet agriculteur du pays niçois de 37 ans, accusé d'aide aux réfugiés qui, depuis des mois et le rétablissement de contrôles à la frontière italienne, affluent en suivant la voie de chemin de fer. S'il avait été condamné à des peines avec sursis par le Tribunal de Nice en première instance, ce dernier lui avait toutefois reconnu sa motivation humanitaire. Mais à Aix, tout change.

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.