Terre d'élection

Il y a les candidats qui parlent occitan, ceux qui font des promesses pour les langues régionales, et ceux qui ne comprennent pas tout à fait qui nous sommes.

Hou ! la…Non, pas de consignes de vote avec Aquò d’Aquí. Il faudra vous débrouiller sans. Nous sommes certains que vous vous en sortirez très bien sans nous.






            partager partager

Tant que li siam si on parlait « culture et territoire » ?


Le trio vocal joue à la Cité de la Musique de Marseille. Mais pour les trois trentenaires chanter occitan est l’affirmation d’un lien : entre les auteurs du passé et le public d’aujourd’hui, entre la langue du pays et un territoire où les habitants sont en demande de culture.



Evidemment qu’ils sont au point, quand ils chantent à trois, en belle polyphonie, à peine accompagnés d’un minimum de percussions !
 
Mais il y a un peu plus. Les trois Vauclusiens de Tant que li siam, qui se produisent à la Cité de la Musique de Marseille ce vendredi 27 janvier, font du chant occitan un trait d’union.
 
« Qu’il est triste de constater que les gens du pays, l’hiver, n’aient pratiquement pas de proposition culturelle, alors que l’été on propose aux touristes des sosies de Johnny Halliday pour la fête du 15 août ».
 
Marie-Madeleine Martinet le dit. Et le chant occitan, tiré des collectages de Pèire Simiand ou des poésies de Louis Giraud, les pieds tanqués dans la terre des labours, fait le lien « entre le territoire et sa culture », soutient Damien Toumi. 

Il constitue un lien, aussi, entre les générations au pays. « En animant des balètis nous savons que nous attirons des jeunes, que la danse amènera au chant, et que le chant conduira à la langue occitane » pense très fort Mario Leccia, le troisième larron de cette équipe formée autour du Ventoux.

Celle-ci ne se préoccupe pas que de sa « proposition artistique », mais encore de l’impact qu’elle peut avoir sur leur territoire et la convivència qu’ils aimeraient y réintroduire.
 

Langue à chanter...pour donner envie de la parler au pays

Marqués par les rencontres faites autour du Trac de Beaumes-de-Venise, voué depuis cinquante ans à l’animation culturelle rurale en Vaucluse, le trio de trentenaires prend conscience, au contact d’un Pèire Simiand († 2003) du poète paysan Louis Giraud ou de l’œuvre de Félix Gras, des vertus de la langue du pays, certes moribonde, mais qui éveille l’envie des habitants.
 
Force est de constater, quand ils viennent à la rencontre des Marseillais à l’Alcazar, la médiathèque du cours Belsunce, face au public fourni qui vient de braver un orage de grêlons pour emplir la salle, que non seulement ils chantent oc, mais qu’ils parlent aussi la langue. Cela n’est pas systématique dans ce milieu artistique où la « langue à chanter » est parfois remisée dès que les spots sont éteints.
 
On peut y voir un gage de durabilité de leur projet.

Lire aussi Tant que li siam à la Cité de la musique de Marseille le 27 janvier 2017
Nos lecteurs abonnés du mensuel Aquò d'Aquí pourront en apprendre plus en mars 2017 sur la pensée de l'action culture de Tant que li siam.

Vendredi 27 Janvier 2017
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Aquò d’Aquí en mai…fait ce qu'il vous plaît

Dison que...

Soyez propres et parlez sans accents

Les journalistes de la télévision publique sont tout simplement priés de rejoindre la périphérie hexagonale, s'ils parlent comme nous. Liberté, égalité, fraternité, mais pas sur les ondes.

En France,  journaliste de radio-télé avec un accent régional, vous seriez interdits d'antenne nationale. Tel est le catéchisme des bailes dans les chaînes publiques.

 

Soyez propres et parlez sans accents

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.