Terre d'élection

Il y a les candidats qui parlent occitan, ceux qui font des promesses pour les langues régionales, et ceux qui ne comprennent pas tout à fait qui nous sommes.

Hou ! la…Non, pas de consignes de vote avec Aquò d’Aquí. Il faudra vous débrouiller sans. Nous sommes certains que vous vous en sortirez très bien sans nous.






            partager partager

Cette génération qui a affirmé l’individu et le collectif


Avec la disparition d’Ives Rouquette et de Marcèu Esquieu, littérature et animation occitane perdent leurs beaux fleurons. Restent les œuvres, inscrites sur le papier, ou dans l’organisation toujours vive de l’Escòla Occitana d’Estiu.



Ives Rouquette (photo XDR)
Ives Rouquette (photo XDR)
Homme de lettres et animateur de l’Institut d’Estudis Occitans, avant que de soutenir le mouvement Volem Viure Al País dans les années 1970, Ives Rouquette a disparu le 4 janvier à l’âge de 78 ans.

Marcèu Esquieu, passeur de langue (document XDR)
Marcèu Esquieu, passeur de langue (document XDR)
Le chroniqueur littéraire qu’il était aussi avait célébré les écrivains d’oc, longtemps, dans le quotidien La Dépêche du Midi.
 
L’avant-veille c’était Marcèu Esquieu qui s’éteignait. Le fondateur de l’Escòla Occitana d’Estiu avait 84 ans. Pédagogue jusqu’au bout des ongles il avait multiplié les occasions de partager l’occitan, d’émissions de TV en soirées contes.
 
Avec leur disparition, on se rend compte que la génération de la Reneissença des années 1960-70, peu à peu, voit ses rangs s’éclaircir. On prend aussi conscience que les œuvres de cette génération nous resteront, qui pourront encore éclairer les générations suivantes.
 
L’œuvre accomplie, inscrite dans son temps et les préoccupations de son époque,  nous parlera longtemps. Elle nous dit à la fois le triomphe de l’individu qui pense sa société et affirme sa voix, et sa capacité à rechercher l’action collective, pour partager une culture en pensant à ceux qui la porteront demain.
 
Elle n’oublie pas les fondements ruraux de cette culture.
 
Laissons la parole à Ives Rouquette pour le dire mieux que quiconque :
 
Quand aurai tot perdut
mon lassitge ma lenga e lo gost de luchar
me virarai encara un còp cap a vosautres
òmes mieus
carretièrs jornalièrs pastres varlets de bòria
caratges doblidats esperduts renegats
òmes dels vilatges esconduts
dins un temps que vòl pas
que pòt pas espelir
e traparai dins vòstre agach
dins lo quichar de vòstras mans
dins vòstres crits mandats de lònga
de fons a cima de la tèrra
e que degun pòt far calar

Mercredi 7 Janvier 2015
Aquò d'Aquí




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche



Fées et sorcières ici et planètes habitables là-bas

Dison que...

Soyez propres et parlez sans accents

Les journalistes de la télévision publique sont tout simplement priés de rejoindre la périphérie hexagonale, s'ils parlent comme nous. Liberté, égalité, fraternité, mais pas sur les ondes.

En France,  journaliste de radio-télé avec un accent régional, vous seriez interdits d'antenne nationale. Tel est le catéchisme des bailes dans les chaînes publiques.

 

Soyez propres et parlez sans accents

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.