Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

A Orange la Calandreta a formé des centaines d’occitanophones heureux


VAUCLUSA. L’école immersive a fêté son vingtième anniversaire le 8 février 2014. Située à l’orée d’un système local qui conduit au baccalauréat, elle forme aussi des jeunes gens à la compréhension d’un monde où, bien dans sa culture, on respecte mieux celle des autres. A Orange ce n’est pas anodin. Un de ses fondateurs majeurs, Bernat Vaton, nous en fait revivre l’histoire.



Les élèves de la Calandreta participent aussi aux évènements festifs hors l'école, comme ici lors de la Dictada de 2010 (photo MN)
Les élèves de la Calandreta participent aussi aux évènements festifs hors l'école, comme ici lors de la Dictada de 2010 (photo MN)
Il y a eu une fête monstre le 8 février à l’Espace Alphonse Daudet d’Orange. Le groupe Moussu T. e Lei Jovents ont mis le feu sur scène, puis les balètomanes ont dansé jusqu'à pas d'heure avec Per un Còp. Les vingt ans de la première Calandreta provençale ont été dignement célébrés.
 
On attendait plus de 500 personnes pour l’anniversaire de cette école provençale immersive. Bien des « anciens » d’au moins 20-22 ans étaient annoncés. La Calandreta (son nom) avait ouvert pour la première fois ses portes aux écoliers en septembre 1993.
 
« Le traiteur doit s’inquiéter, on ne devait pas être plus de 250, mais le bouche-à-oreille a tellement bien fonctionné, que les inscriptions continuent d’arriver » soulignait avant la fête Bernat Vaton, à la fois très heureux et un peu inquiet.
 
L’architecte orangeois est sur le pontin depuis l’origine du projet, qu’il a lancé avec une poignée d’autres alors qu’il était conseiller municipal dans une équipe de gauche, avant 1995.
 
« Disons-le clairement, le maire de l’époque n’aimait guère l’idée. En revanche nous avions trouvé le soutien du directeur du Lycée Agricole, José Gonzales, qui a bien voulu louer un local à l’association de préfiguration ».

En 1995 la Calandreta craint de disparaître mais une forte mobilisation retourne la situation

Première institutrice (Nadine Estournel) et premier calandron (Guilhem Vaton)
Première institutrice (Nadine Estournel) et premier calandron (Guilhem Vaton)
A l’époque, la Fédération des Calandretas ne comptait qu’une dizaine d’établissements, et en Provence il restait à créer le premier.

Rappelons que ces écoles immersives en occitan pratiquent les méthodes pédagogiques Freinet et sont réunies entre elles par une Fédération qui anime un centre de formation des maîtres à Béziers.
 
Le premier essuyage de plâtres passé, les choses se corsent ! En 1995 le Front National arrive aux affaires à Orange. Et si dans le choc médiatique que l’évènement provoque en France, la vie de la Calandreta ne compte pas, sa vie devient pourtant plus difficile.
 
« Le lycée agricole a déménagé et l’Etat a vendu ses locaux, donc les nôtres. On allait être expulsés. Mais c’était sans compter sur les parents d’élèves ! » se souvient Bernat Vaton.
 
En quelques semaines, un appel de fonds lancé par l’association permet de réunir une somme rondelette. " On pouvait aller à la vente aux enchères avec quelques biscuits ».
 
De partout de l’argent arrive, une cinquantaine de donateurs envoient des sommes, parfois pas du tout anecdotiques. « Le jour des enchères une personne que je ne connaissais pas, M. Surpas, vient me voir : « je vous prête la moitié de la somme nécessaire, vous pouvez surenchérir ! » m’a-t-il dit ».

Enfin, l'Etat conventionne en 1996, les Calandretas sortent de l'ombre

Les tout premiers calandrons d'Orange (photo XDR)
Les tout premiers calandrons d'Orange (photo XDR)
Ça ne sera pas nécessaire, car personne n’ira plus loin que l’association de soutien à la Calandreta. La Ville ne préemptera pas non plus le domaine. Les soutiens de la Calandreta respirent. « En fait nous étions locataires d’un terrain de 3000 m2 et d’un local de 500 m2, pour dix ans encore. Ça a du refroidir les candidats… »
 
Au passage, la Calandreta propriétaire de ses locaux pourra enfin s’en servir sans entraves. « La municipalité y affectait toutes sortes d’entités avec qui nous devions partager le petit immeuble. Une rentrée scolaire, nous y avons trouvé l’Ordre de Malte et avons du expliquer que l’accueil scolaire ne pouvait pas se faire dans ces conditions »…
 
Si la première photo de classe montre quelques élèves, ensuite l’effectif grossira vite. « Chaque année nous avons ajouté une classe jusqu’à avoir toute la Maternelle et tout l’Elémentaire ».
 
 Et puis, en 1996, à l’occasion d’un ministre de l’Education moins frileux que les autres, l’Etat conventionnera avec les calandreta. François Bayrou parle occitan couramment et quotidiennement, l’enseignement immersif ne lui fait pas peur.
 
L’enseignement privé non plus. Au temps de son ministère sera aussi conventionné avec l’Etat le centre de formation des maîtres Aprene, à Béziers. Un  système complet d’enseignement basé sur les méthodes de Célestin Freinet, sort de l’ombre.

Des centaines de jeunes bilingues bien dans leur culture

Vingt ans après les modestes débuts de la Calandreta d’Orange, l’école compte 84 enfants, cinq enseignants y travaillent  dont un pour l’enseignement du français, qui intervient à l’issue de la maternelle.
 
Quatre Atsem, les « tatas », indispensables assistantes d’école, très proches des enfants, se sont aussi mises à l’occitan. « Un cours est ouvert depuis longtemps pour les adultes dans les locaux de la Calandreta » précise Bernat Vaton, et les Atsem le fréquentent, tout comme plusieurs parents.
 
Aujourd’hui la Calandreta mène les élèves au collège Barbara Hendricks,  qui lui-même fournit le proche lycée de l’Arc, où la continuité de l’enseignement est assurée jusqu’au baccalauréat.
 
Et à l’occasion d’une « semaine occitane » au cours de laquelle Aquò d’Aquí sera invité à animer un atelier journalisme en 2008, son journaliste pourra s’en rendre compte avec émotion, au lycée les élèves du cours d’occitan sont bilingues.
 
L’histoire est loin de s’arrêter ici. « Maintenant, face au succès, on va devoir pousser les murs » précise Bernat Vaton, dont on se souviendra qu’il est architecte. Dans un an ou deux les préfabriqués auront vécu. « Et nous ouvrons aussi un appel à dons pour reconstruire en dur ». Avec, l’espère le fondateur, le même bonheur qu’au moment de la vente aux enchères.
Lors de la dernière rentrée scolaire, ils étaient nettement plus nombreux! (photo XDR)
Lors de la dernière rentrée scolaire, ils étaient nettement plus nombreux! (photo XDR)

Mardi 4 Février 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d’Aquí de septembre marche sur les cendres

Dison que...

France info et l'altérité

Si vous voulez comprendre ce qui se joue en Catalogne, croyez-moi, évitez les médias publics français.

France info et l'altérité
ça ne s'arrange pas. La couverture du référendum catalan pour l'indépendance prévu pour le 1er octobre prochain est toujours aussi mal assurée par la plupart des chaînes de TV et stations de radio publiques françaises.



 

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.