Catalogne : pourquoi le référendum d’autodétermination ?

Depuis que les Félibres ont chanté « Catalan de liuen o fraire… », nos voisins, frères linguistiques, ne nous laissent pas indifférents. Le premier octobre prochain ils choisissent de devenir indépendants, ou pas. Essayons d’expliquer pourquoi et comment.

Les médias français ont un mal certain à appréhender la réalité de la situation politique catalane d’Espagne. Avec, disons-le, une tour Eiffel en tête, les journalistes de la télévision hexagonale, en général, plaquent une conception française sur une réalité catalane.






            partager partager

A Orange l’occitan est la « passerelle » scolaire des langues romanes

Dynamisme enseignant, soutien associatif, coopération entre enseignants expliquent l'attrait du provençal


ORANGE. Au collège comme au lycée l’enseignement de la langue régionale se connecte aux enseignements d’italien ou d’espagnol. Projets d’animation, échanges internationaux de classes et soutien associatif participent d’une belle fréquentation des cours de provençal au collège que visitera cette semaine le recteur Ali Saïb.



Au lycée de l'Arc, la langue d'oc n'est ni inaudible, ni invisible (photo XDR)
Au lycée de l'Arc, la langue d'oc n'est ni inaudible, ni invisible (photo XDR)
Au collège Barbara Hendricks d’Orange l’apprentissage des langues est une affaire sérieuse. Le recteur de l'Académie d'Aix-Marseille, Ali Saïb, pourra s'en rendre compte en visitant l'établissement, vendredi 5 septembre.
 
Et tout pareil au lycée de l’Arc, où les collégiens iront ensuite étudier pour la plupart, en traversant simplement la rue. Sur les murs de celui-ci les attendent déjà des maximes écrites en bleu, telles que « es sus la talvera qu’es la libertat », ou encore « quau ten la lengo ten la clau ».
 
Le trait d’union entre ces deux établissements, c’est la belle vivacité du cours d’occitan-provençal qu’y dispense Matthieu Poitavin.  « 20 élèves en moyenne par classe, de la 6è à la 3è, mais ensuite deux fois moins au lycée, bien que les effectifs soient très différents d’une année sur l’autre ».
 
Le jeune professeur tient une même ligne de conduite dans les deux établissements où il enseigne. Il cherche à favoriser les coopérations entre profs de langue.

Théâtre en italien en provençal, initiation à l'espagnol...

« Très tôt, avec Isabelle Guidon, ma collègue d’italien au collège, nous avons misé sur le partenariat. Les deux langues sont romanes, les élèves ont soif d’apprendre et de voir le monde dans sa diversité. C’est une situation tout à fait favorable ».
 
Quand nous l’avons interrogé, alors qu’il préparait sa pré-rentrée, le prof de provençal était sur un nuage. « Je viens d’apprendre que nous aurons un budget pour lancer un projet commun italien-occitan et monter un spectacle ». Les élèves de 5è en feront leur miel.
 
Et quand il traverse la rue, au lycée, Matthieu Poitevin collabore cette fois avec sa collègue prof d’espagnol. « Depuis deux ans, nous invitons une classe d’un lycée du quartier de Belvitge, à Barcelone. Les élèves orangeois font une initiation au catalan et au castillan, pendant que les élèves catalans s’initient, eux, au français et au provençal ».
Elèves barcelonais et orangeois pour échanger en occitan, catalan, français et espagnol (photo XDR)
Elèves barcelonais et orangeois pour échanger en occitan, catalan, français et espagnol (photo XDR)

L'occitan passerelle entre langues romanes

A voir les photos de groupe des échanges précédents, on ne peut penser que ces rencontres soient tristes. « Ce sont des adolescents qui ont leur propre façon de parler, et qui ont beaucoup à se dire, sur leur manière de voir le monde, l’avenir… »
 
Les « parcours romans » sont probablement des pistes d’avenir pour favoriser la connaissance partagée par les Méditerranéens de leurs langues, comme les échanges entre Palerme et Porto.
 
Et là, la qualité de « langue passerelle » de l’occitan joue un rôle crucial. Langue proche, plus facile à apprendre, il permet aux élèves « d’embrayer » tranquillement sur les autres.
 
On connait les travaux universitaires de Claire Blanche-Benveniste et José Delofeu sur l’intercompréhension entre langues romanes. Il serait intéressant de voir avec les pratiques de terrain orangeoises ce que cela donne et comment aller plus loin.

La diversité s'invite au cours de langue d'oc

Matthieu Poitevin enseigne à plus de cent-cinquante lycéens et collégiens à Orange. Une situation exceptionnelle qu'un système local favorise, fait de partenariats, de solidarités et de projets d'échanges (photo MN)
Matthieu Poitevin enseigne à plus de cent-cinquante lycéens et collégiens à Orange. Une situation exceptionnelle qu'un système local favorise, fait de partenariats, de solidarités et de projets d'échanges (photo MN)
Sans l’occitan à l’école ces projets favorables à l’apprentissage des langues et à l’appréhension du monde n’auraient pas vu le jour dans la cité nord provençale.
 
Avec la création d’une école Calandreta qui vient de fêter ses 20 ans, l’enseignement de la langue régionale a pris son essor dans cette ville du Vaucluse, où de nombreux enfants de travailleurs immigrés choisissent d’apprendre l’occitan.
 
En 2008, à l’occasion d’une Semaine de la création occitane au lycée de l’Arc, notre journal avait pu se rendre compte des résultats. S’adresser en provençal à des élèves de terminale qui vous comprennent parfaitement et vous répondent correctement fut un grand moment. Quand vous apprenez que ces jeunes gens sont souvent issus d’une immigration récente, vous vous dites que l’occitan est, aussi, un bel outil d’intégration. Avec lui on se sent réellement du pays.
 
« Mes élèves sont d’origine diverses : des calandrons bien sûr, mais pas tant que ça, » souligne l’enseignant d’occitan. Des enfants de résidents turcs, souvent artisans du bâtiment, fréquentent aussi ce cours. "Et ils se montrent très intéressés ».
 


Soutiens bienvenus dans la cité

A Orange, l’enseignant se sent soutenu en ville. L’Association Ben Leu (bientôt) récolte des fonds pour apporter un complément aux projets d’animation des enseignants, depuis la maternelle de la Calandreta locale, jusqu’à la classe de terminale.
 
« Un loto est organisé par l’association, qui est doté par des entreprises locales. Le dynamisme de l’association fait beaucoup pour rendre attirant l’enseignement du provençal » soutient Matthieu Poitavin.
 
Il n’est pas inutile de préciser qu’Annie et Bernat Vaton, à l’origine du projet de Calandreta, sont aussi les piliers de l’association Ben Leu.
 

Mardi 2 Septembre 2014
Michel Neumuller





1.Posté par Julien le 05/09/2014 11:53
Jaurès déjà en son temps relevait l'importance de la langue d'Oc dans l'unité des langue latines : " Notre languedocien et notre provençal ne sont guère plus que des baies désertées, où ne passe plus le grand commerce du monde ; mais elles ouvrent sur la grande mer des langages et des races latines" (aout 1911, La Dépèche)

2.Posté par JULIEN Danielle le 13/09/2014 18:25
Òsca per lo Mattieu que fa un trabalh remirable, e mercé a aquò d'aquí de ne'n parlar. Danielle

Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche


Aquò d’Aquí de septembre marche sur les cendres

Dison que...

France info et l'altérité

Si vous voulez comprendre ce qui se joue en Catalogne, croyez-moi, évitez les médias publics français.

France info et l'altérité
ça ne s'arrange pas. La couverture du référendum catalan pour l'indépendance prévu pour le 1er octobre prochain est toujours aussi mal assurée par la plupart des chaînes de TV et stations de radio publiques françaises.



 

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.