Aquò d'Aqui


            partager partager

Mille Bâbords demanda ajuda per manca de subvenciens


MARSEILLE. Le site, l'agenda et les activités militantes de l'association anti-système ne seront plus subventionnés par le CD13. Mille Bâbords lance un appel à contributions à ses 2500 utilisateurs.



Lei bailes de l’associacien an escrich a son malhum aqueu dimècres 10 de janvier que « nos a pas espantat la nòva, mai ara siam en perilh de pas poder contunhar nòstra tòca , e mai benlèu deman de pus existir ».
 
Un perilh d’una autra natura que lei degalhs e nafradas fisicas infligidas en octòbre 2016 per una trentena de manifestants, qu’avián, amé violència, investits lo locau de la carriera Consolat, a Marselha.
 
Per reagir, Mille Bâbords bandís una demanda de finançament participatiu amé la plataforma Hello Asso. « Avem decidits de demandar puslèu ai beneficiaris de nòstrei servicis, que lei sòcis ja son solicitats » ajusta la còla bailèssa.
 
Adonc quauquei 2500 personas que recebon la letra setmanièra amé cartabèu de debats e manifestaciens tiermondistas, anti-racistas o anti-sistèma dau relarg de Marselha e d’Ais, son solicitats per donar quauqueis €uròs e sauvar lo sordat Mille Bâbords.
 
 
Fin octobre 2016, à la suite de l'incursion d'un groupe violent au local marseillais de Mille-Bâbords (photo XDR)
Fin octobre 2016, à la suite de l'incursion d'un groupe violent au local marseillais de Mille-Bâbords (photo XDR)

Mercredi 10 Janvier 2018
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche
En octobre Aquò d'Aquí ôte le masque
Dison que...

L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant

L'autorité de l'Etat s'exerce depuis Paris et impose ses décisions à tous. Pour nous éviter le retour de la pandémie peut-être sont elles justifiées. Mais la méthode elle est injustifiable. Il est grand temps que nos élus prennent le pouvoir que le mépris jacobin leur dénie.

Voici donc le retour des restrictions majeures : sur le territoire de la métropole d'Aix-Marseille, les bars et restaurants ferment. En fait les lieux de rencontre, où l'épidémie peut circuler, mais aussi les idées et une certaine idée du bonheur.

Et peut-être fallait-il en passer par là. Mais qu'en décide une conversation téléphonique entre un ministre siégeant à l'ombre de la Tour Eiffel et son préfet, certainement pas habitué de la vie sociale méditerranéenne, cela interroge.
L'Etat protège toujours aussi peu mais impose toujours autant


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.