Aquò d'Aqui


Lo dire d’Elie Lebre (15)

Comment un paysan provençal du XXème siècle disait son temps, les saisons, le bon sens... dans sa langue de tous les jours. Quinzième semaine…

Ouvrage édité par l'Aeloc
L’agriculteur érudit et curieux Elie Lèbre (Cucuron –  Luberon : 1920-91) par bonheur rencontra l’occitaniste Madeleine Jaquier, et le fruit d’années de collectage nous a permis d’en savoir beaucoup sur la manière vivante et quotidienne de parler provençal.
 
Avec l’aimable autorisation d’Alain Barthelémy-Vigouroux qui a organisé la masse de notes et d’enregistrements issus de ce travail, nous vous en offrons un morceau chaque semaine, en vous recommandant d’acquérir le livre édité par l’Association Pour l’Enseignement de la Langue d’Oc .






Siatz cinquanta dos indispensables

52 contributeurs entre janvier et avril ont ajouté un supplément au prix de leur abonnement au mensuel Aquò d'Aquí, et c'est ainsi depuis deux ans. Leurs dons indispensables permettent à l'ultime magazine d'actualité en langue occitane de faire un pied de nez aux cassandres qui prédisent la mort de la diversité linguistique pour dire le monde.

Cinquantados contributors an portat pèira a Aquò d'Aquí dau tèmps dau darrier trimèstre, que li an aduch precisament 753,5 €uròs. Aquò representa a pauc près la meitat dau còst de l'estampaire per un numerò.














            partager partager

Lucian Clergue fotografe deis arenas


ARLES. Premier académicien à « écrire avec la lumière », le photographe arlésien avait assis son œuvre sur un matériau mouvant, le sable.



En 1979 le photographe avait soutenu une thèse universitaire constituée uniquement de photographies (photo LG DR)
En 1979 le photographe avait soutenu une thèse universitaire constituée uniquement de photographies (photo LG DR)
Despareissut lo 15 de novèmbre 2014 a quatre-vints ans, lo fotografe arlatenc Lucian Clergue aviá trobat l’inspiracien dins l’arena, onte son òbra s’èra pasmens pas encalada.
 
Amé sei fremas nudas dins l’arena e l’onda que careça tot, lei simbòles de la sexualitat èron evident dins l’òbra d’aquel Arlatenc naissut en 1934. Era benleu la rason de sa capitada publica. Am’eu la Camarga serà plus lo reiaume dei moissaus, mai aqueu de la beutat en negre e blanc.
 
Lo joine fotografe (a pas mai de dètz e nouv’ ans alòr) se fai amic amé Picasso a partir de 1953. Aqueu qu’es vengut veire lei corridas en Arle, se tròba amé lei fòtos de Clergue sota lo nas.
 
Se’n ofensa pas, au còntre li demanda d’autras clichats. Lucian Clergue obrarà mai d’un an dins l’unica amira de far veire son trabalh au pintre, que se tròba sedusit per la tiera d’imatges dei « Sauta-en-l’èr »
 
En 1968, amé l’escrivan Michel Tournier, crea lei Rescòntres d’Arle, que consacran au lengatge de l’imatge. E onge ans après, lo vaquí que presenta una tèsi a l’Universitat de Provença, sus lo « lengatge deis arenas  » ; sensa una paraula escricha, mai am’una tiera de fotografias e pas mai.
 
Despuei 2006 èra sòci de l’Acadèmia deis Bèus Arts, lo premier e solet fotografe de s’assetar sota la copòla.

Mardi 25 Novembre 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí en décembre... c'est le moment où jamais de le sauver !

Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.