Aquò d'Aqui


            partager partager

Lo Rembrandt raubat de Draguinhan èra pas olandés


Le tableau volé en 1999 n’était pas un Rembrandt, selon Jacques Foucart, ex conservateur des peintures nordiques au Louvre. Il avait été retrouvé à Nice début mars 2014, après quinze ans de recel.



Raubada au Musèu deis Arts e Tradiciens de Draguinhan  en 1999 una tela de Rembrandt foguèt retrobada au començament de març de 2014, a Niça,  per una còla de l’Ofici Centrau de lucha còntra lo trafic de Bens Culturaus.
 
Mai èra pas finalament un Rembrandt.
 
L’òbra, que son pretz èra estimat a 3M€ tant que s’agissiá d’una tela dau mèstre olandés, èra en veritat pintada « a la manièra de », per un autor francés dau siècle XVIII.

Lo site especialisat La Tribune de l’Art, imagina amé lo conservator Jacques Foucart, que seriá pusleu de Santerre, Raoux o Grimou, tres mèstres francés de l’epòca.
 
Quant ai dos raubaires, un ancian asseguraire e son complici, arrestats a Niça, èron pas de bòns coneisseires. Mancàvon de discerniment, bòrd que, per un Rembrandt o per un pichon mèstre, la tarifa sera tota pariera per la Justícia.


L'Enfant à la bulle. Le Rembrandt de Draguignan n'en serait pas un, mais ses voleurs l'ignoraient (photo XDR)
L'Enfant à la bulle. Le Rembrandt de Draguignan n'en serait pas un, mais ses voleurs l'ignoraient (photo XDR)

Ecrit en graphie classique avec les suggestions de Reinat Toscano

Samedi 29 Mars 2014
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

On vous parle des poétesses d'oc ?
Dison que...

L'autre pandémie...à perpétuité ?

L'air pollué tue plus surement et plus massivement que la covid 19. Or, cette dernière, en forçant à la cessation d'activités, a révélé les responsables des pollutions les plus prégnantes sinon les plus connues.

L'autre pandémie...à perpétuité ?

Avec près de trente mille morts, la crise de la covid 19, dont on n’ose encore parler au passé, a marqué le premier trimestre de 2020. Elle nous a paru à juste titre terrible. Ces morts sont dues en fait aux affections respirtatoires qui souvent suivaient l’infection virale. Or, il nous faut remettre, toute traumatisante qu’elle soit, cette maladie planétaire dans un contexte plus large.

 

Entre trois et quatr millions de personnes décèdent chaque année d’affections respiratoires dans le monde. La bronchopneumopathie chronique obstructive, autrement dit la bronchite chronique, est un fléau.

 

Et pour partie ce que nous respirons au quotidien aggrave tous les symptômes. Encore ne sait-on pas tout, loin de là, sur  l'air qui est sensé nous faire vivre.



Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.