Flambèu catalan

Les élections catalanes du 21 décembre ont à nouveau montré que la moitié de la population souhaite la République et le divorce avec l'Espagne. Elles signent la déroute de la catastrophique gestion de crise du pouvoir espagnol. Elles interrogent enfin tous les Européens sur la qualité de leurs propres démocraties.

Adonc vaquí l’ora dei resultats. E de se dire : « tot aquò per aquò !? ».






            partager partager

Le Port de Bouc de Baumasse en Gafette


« Ce petit opuscule n’a aucune prétention toponymique » prévient Robert Perrotto-André. Mais il pourrait aider le curieux à se promener intelligemment. D’autant que l’auteur soigne sa particularité dans le siècle ; il l’a écrit en provençal comme en français.



Le Port de Bouc de Baumasse en Gafette
Parler toponymie, en Provence, c’est un peu réaffirmer l’importance des langues qui ont précédé le français.
 
Avec « Origine provençale de quelques noms du Port de Bouc », Robert Perrotto-André signe, chez Lacour, un livre bilingue pour dire son terroir.
 
Les noms de lieux y font évidemment souvent référence au monde de la mer et du littoral. Ainsi de cette plage des Ourses.

Aucun plantigrade n’est jamais venu bronzer là ; mais les « ourses » sont en occitan les vagues violentes que la largade, ce vent de mer puissant, jette sur les galets du littoral.
 
Idem de la Gafette, ancien quartier de pêcheurs, qui a pris son nom de l’hirondelle de mer ; elle devait y abonder.
 
Ou encore du Plan d’Aren, qui littéralement signifie « plaine de sable », entendez "plage"…
 
L’auteur, médecin retraité, ne cache pas que, parfois, le nom de lieu résiste au diagnostic. Ainsi de l’étang du Pourra. Viendrait-il de l’occitan « pòrri » en raison de l’abondance de poireaux sauvages ? ou de l’odeur estivale, pas vraiment comparable à la rose ?
 
Robert Perrotto semble considérer, à ce propos, que ses pairs en toponymie considèrent un peu trop facilement que ce qui leur échappe est donc pré-indoeuropéen…Il s’attirera ici sans doute les critiques de certains d’entre eux.
 
En attendant,  on trouvera une bonne part des noms de lieux du Port de Bouc, et les explications de Robert Perrotto-André pourront être lues aussi bien en provençal qu’en français.
 
Une occasion de marcher, carte en mains, dans ce terroir marqué par l’eau et les activités industrielles, mais trop délaissé des curieux.

Ed. Lacour, tel. 04 66 67 30 30

Mercredi 4 Mars 2015
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Aquò d'Aquí 302 chasse le sanglier !
Dison que...

"L’independencia de Catalonha mi fa pas pantalhar"

Gilbert Combe anime l'atelier de théâtre de l'Institut d'Estudis Occitans des Alpes-Maritimes. Il nous a adressé cette prise de position en décembre.

Quand leis Angles votèran per si desseparar d’Europa mi sentiguèri, coma dire, pas flame : un pauc malurós, un pauc deçauput, un pauc en colèra contra aquelei qu’avián causit  de virar l’esquina a la familha europenca e tot aquò tanben per leis anglés maluros, que volián restar  mé nosautrei. 


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.