Aquò d'Aqui

Journée historique pour les langues régionales

La loi dite Molac donnera des droits à l'enseignement des langues minoritaires en France, enfin ! ça ne s'est pas fait tout seul.

Bien des lecteurs d'Aquò d'Aquí ont été surpris, le 8 avril, du vote écrasant des députés en faveur de la loi de Protection des langues régionales, avancées par le groupe parlementaire Libertés et Territoires. Pourtant une observation un peu fine des évènements qui ont conduits à cette issue aurait rassurée plus d'un.

















            partager partager

L’occitan profiecha ai joinei maugrabins


De la maternelle au lycée, les enseignants d’occitan remarquent que les jeunes d’origine maghrébine réussissent souvent bien dans la matière. La raison en serait plus psychologique et sociale que linguistique.



Une langue à la maison, une autre à l'école, une situation qui favorise l'apprentissage des langues (photo MN)
Une langue à la maison, une autre à l'école, une situation qui favorise l'apprentissage des langues (photo MN)
« Fau dire que lei joineis Arabis au nòstre triftongan tant coma tu quand dies « ieu : i-e-u », levat que te n’avises pas. Ben ! elei pas mai. Se pausan pas la question e fan ben ! » Lo professor d’occitan es tanben arabofòn e arremarca que, de còps, sei liceans venguts de l’immigracion maugrabina capitan ben en occitan.
 
Lei quauquei professors e mèstres d’escòla qu’avèm questionats son totei consents per dire qu’en generau, an de bòns resultats amb seis escolans arabofòns, mai totei dison pas lei memei rasons.
 
« Premier, la mitat de meis escolans maugrabins son Cabils, e coma parlan sa lenga amb l’arabi, ja tènon una vertadiera soplessa pròpria dins sa lenga » afierma Pèire Brechet. Lo president de l’IEO federau es tanben professor d’occitan en Provença, e acostumat a la lenga aràbia. Per eu, aquela lenga a ja de variacions grandas, e « un joine a Marselha que l’entende a la TV, puei amb seis amics, e après en familha, ausís tres menas de parlar arabi. Pasmens es totjorn la mema lenga ».
 
Sara Laurent, professora d’occitan a Marselha, ensenha dins d’establiments au centre e au nòrd de la ciutat granda, amb de populacions diferentas. « Mei liceans trempan dins un mitan onte cadun parla una lenga : de Comorians, d’Armènis e d’Arabis se pòdon trobar dins una mema classa e finalament ne’n constituir la majoritat. Coma chascun a sa lenga, nos fa una brava bolegadissa. Subretot, coma quasi totei an una lenga d’ostau en mai dau francés, son acostumats au bilinguisme. Es pas lo cas de totei lei « Gallés ». Per mai d’un joine arabi, sei grands venguèron fa de temps, per trabalhar la tèrra ; e per aquelei, la premiera lenga ausida, èra ben sovent l’occitan. Ne’n gardan de còps quauqua ren ».

La souplesse est de rigueur avec une langue à la maison, une autre à l'école, parfois une troisième entendue à la télé

L'occitan sans enjeu scolaire permet de prendre confiance en ses capacités (photo MN)
L'occitan sans enjeu scolaire permet de prendre confiance en ses capacités (photo MN)
« Fau s’avisar que marcha pas per totei » tempèra Matieu Poitevin, a Aurenja. « Coma per d’autrei, n’i a que s’interèssan e que vòlon trabalhar, d’autrei que vòlon pas. Mon experiéncia personala m’apren que son d’en premier lei chatas de familhas maugrabinas que s’investisson. Vòlon pus sovent que lei dròlles s’investir. Es aquò que lei farà capitar ».
 
Fa quauqueis ans, ieu, foguèri estabosit, justament de bailejar un estagi de jornalisme dins la classa terminala d’aqueu professor. Après cinc minutas d’explicas en provençau, demandèri : « me comprenètz ? » çò qu’entraïnèt subran de reaccions escalustradas de chatas d’origina maugrabina : « segur que comprenèm, monsur ! » me respondeguèron, amb l’uelh corroçat. E, verai, èran ja trilingas, entre l’occitan, lo francés e sa lenga d’ostau.
 
« En veritat, sabon qu’amb l’ensenhament de la lenga regionala, i a ges d’enjuec escolar, e coma es per elei una mena d’espacejament, capitan ben sens i pensar» sotalinhava fa quauquei temps la directritz d’una escòla dau quatorzen arrondiment de Marselha. « Coma aquò, aquelei joines que mai d’un còp an de problèmas dins son escolaritat, pòdon prendre fisança en elei, e aquela fisança desbòrda dins lei cors de francés, o de matematicas ». Es una rason que vau per cada joine immigrat, Arabi o non.

L'occitan outil social d'enseignement et d'intégration scolaire ?

"Ils ne se posent pas la question de savoir s'il s'agit d'une langue minoritaire". la question perd son paravent idéologique et profite à la scolarité( photo MN)
"Ils ne se posent pas la question de savoir s'il s'agit d'une langue minoritaire". la question perd son paravent idéologique et profite à la scolarité( photo MN)
L’occitan-provençau coma otís pedagogic e psicologic ? I faliá pensar. Benlèu qu’es un instrument d’integracion, per de joines que mai d’un còp sa familha aviá plantat cavilha aicí fa doas generacions, o benlèu mai. Mai es pereu un biais d’endraiar d’estudis melhors. L’ancian rector de l’Acadèmia d’Ais-Marselha, Joan Pau de Gaudemar, èra sensible an aquel argument. E benlèu que còmpta dins la decision d’aquela Administracion de faire un esfòrç dins lo país selonenc, amb mai d’escòlas que prepausan de provençau, estent que dins l’encontrada i a mai que d’una ciutat marcada per l’immigracion maugrabina.
 
« Coma au sieu se pausan pas la question de la lenga minoritària, dau moment que son valorizats, trabalhan ! Mai d’un professor seriá urós dau resultat » nos ditz encara Sara Laurent. E per lei valorizar, Matieu Poitevin se ditz que de respectar l’imaginari de sa cultura es un bòn mejan. Fa trabalhar en classa leis istòrias d’un eròi arabi ben conoissut, Nasr Eddin, adaptat en provençau a partir d’un tèxte d’Ives Roqueta.



Mardi 10 Juillet 2012
Michel Neumuller




Nouveau commentaire :


Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.

Recherche

Dison que...

Jornalet cerca lo mejan de contuniar

Le journal occitan en ligne vend désormais des livres et reçoit des dons sur son site web

BARCELONA. Dans l’écosystème médiatique occitan, il y a bien peu de journaux d’actualité sociétale. Les maintenir relève du tour de force, et Jornalet, à Barcelona, propose à ses visiteurs d’acheter dans sa boutique en ligne pour tenir le coup. Laissons la parole au créateur et cheville ouvrière du Jornalet, Ferriol Macip Bonet.

Ferriol Macip Bonet, fondateur du Jornalet, qui fait un appel à dons et met en place la vente en ligne de livres en occitan (photo MN)

Jornalet se finança mai que mai amb la collaboracion de sos legeires. Nasquèt en març de 2012 gràcias a la generositat de dos mecènas que cresián al projècte, e tanben gràcias la publicitat institucionala de tres collectivitats importantas. Quant Jornalet nasquèt aviam previst qu’auriam pro de ressorsas publicitàrias, gràcias a la difusion del quotidian numeric. Mas, d’un latz, Google Ads acceptèt pas de publicar d’anóncias car son traductor automatic compren pas l’occitan.

 

 




Copyright

Les articles diffusés sur Aquo d'Aqui.info sont protégés par la législation sur les droits d'auteur et le copyright. Il est interdit de les diffuser hors le site d'Aquo d'Aqui, sauf autorisation expresse de son créateur.